Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 avril 2020

Carnet / À paraître dans la revue Instinct nomade : Lisbonne, Pessoa et ses ombres (court extrait)

lisbonne,pessoa,ombres,revue instinct nomade,éditions germes de barbarie,mes collaborations presse,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,funiculaire,elevador da bica,Bairro alto,Cais do Sodré,azulejos,Rua da Buca de Duarte Belo,christian cottet-emard,lisbonne pessoa et ses ombres,promenade littéraire,évocation,voyage,carnet de voyage,carnet de lecture,photographie

Des trois funiculaires de Lisbonne, l'un de mes deux favoris est l’elevador da Bica inauguré en 1892 et qui parcourt la Rua da Buca de Duarte Belo pour accéder au Bairro alto depuis les alentours de Cais do Sodré. On accède comme par enchantement à sa haute station aux murs recouverts d’azulejos et aux lampadaires diffusant une clarté d’un vert clair opalescent par une porte en bois donnant directement sur la rue. Son battant vert foncé s’entrouvre sur le nez du funiculaire qui vous attend en vous fixant de son unique œil jaune tel un monstre débonnaire tout prêt pour deux piécettes à vous faire voyager dans le temps.

lisbonne,pessoa,ombres,revue instinct nomade,éditions germes de barbarie,mes collaborations presse,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,funiculaire,elevador da bica,Bairro alto,Cais do Sodré,azulejos,Rua da Buca de Duarte Belo,christian cottet-emard,lisbonne pessoa et ses ombres,promenade littéraire,évocation,voyage,carnet de voyage,carnet de lecture,photographie

lisbonne,pessoa,ombres,revue instinct nomade,éditions germes de barbarie,mes collaborations presse,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,funiculaire,elevador da bica,Bairro alto,Cais do Sodré,azulejos,Rua da Buca de Duarte Belo,christian cottet-emard,lisbonne pessoa et ses ombres,promenade littéraire,évocation,voyage,carnet de voyage,carnet de lecture,photographie

(Bref extrait de ma contribution au prochain numéro à paraître de la revue Instinct nomade, juste pour échapper un peu, en quelques photos, au confinement qui interdit bien sûr les voyages).

lisbonne,pessoa,ombres,revue instinct nomade,éditions germes de barbarie,mes collaborations presse,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,funiculaire,elevador da bica,bairro alto,cais do sodré,azulejos,rua da buca de duarte belo,christian cottet-emard,lisbonne pessoa et ses ombres,promenade littéraire,évocation,voyage,carnet de voyage,carnet de lecture,photographie

Je relis tranquillement les épreuves du prochain numéro à paraître de la revue Instinct nomade (éditions germes de barbarie) à laquelle j’ai la chance et le plaisir de collaborer. Dans cette livraison particulièrement riche et variée dont le dossier est consacré à Fernando Pessoa, on pourra retrouver ma chronique habituelle et ma contribution au dossier Pessoa sous la forme d’un carnet de voyage et de lecture intitulé Lisbonne, Pessoa et ses ombres. Il s’agit d’une promenade littéraire qui mêle l’évocation de certains de mes quartiers préférés et mon approche de l’œuvre de Pessoa. Qui dit promenade dit détours débouchant sur les silhouettes plus ou moins furtives de Luis Vaz de Camões, Antonio Tabucchi, José Maria de Eça de Queirós, Fernão Lopes, Pedro Nunes, Gomes Eanes de Azurara, João de Barros, Fernão Lopes de Cantanhede, Vasco Mousinho de Quevedo, Jerônimo Corte-Real, Francisco Sá de Menezes.

Précision : les photos illustrant cet extrait de l'article ne figurent que sur ce billet. En parution papier, l'article est illustré par d'autres photos.

Images : elevador da Bica (photos © Christian Cottet-Emard)

 

 

Commentaires

Entre Lisbonne et Pessoa, on te sent vraiment à ton pain !

Écrit par : jacki marechal | 15 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire