Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 avril 2019

Carnet / De la rigolade sans risque

culture chrétienne,blog littéraire de christian cottet-emard,humour sans risque,notre-dame de paris,ange de la cathédrale de reims,blague,agnostique,athée,laïcard,carnet,note,journal,christian cottet-emard

Bien que je sois agnostique, je suis très attaché à ma culture chrétienne et à tous ses symboles. Je peux même dire que dans le contexte actuel, je ne me suis jamais senti si proche de l’église catholique qu’aujourd’hui.

De ce fait, on me demande parfois comment je peux rester de marbre voire sourire lorsque certains de mes amis enchaînent de bonnes grosses blagues pas vraiment drôles à ce sujet, comme c’est souvent le cas ces jours à l’occasion du malheur qui frappe Notre-Dame de Paris.

La réponse est simple. Aucune de ces plaisanteries voire de ces moqueries n’est en capacité d’affecter ne serait-ce qu’une seconde une pensée et une culture de deux millénaires.

Et puis, surtout, je suis réellement rassuré que mes amis athées ou laïcards à l’extrême ne s’en prennent qu’aux cathos, comme ils disent, plutôt qu’aux pratiquants d’un autre culte car je sais qu’alors, il ne courent aucun danger !

 

12 avril 2019

Carnet / Du voyage nocturne

 

Je me suis toujours considéré comme quelqu’un qui n’a aucun sens de l’orientation.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

Entre dix-sept et trente ans, les années où j’ai été le plus contraint de me déplacer pour des raisons professionnelles, j’en étais même arrivé à la conclusion que je souffrais de débilité spatiale. En réalité, je me perdais partout où j’allais parce que je n’avais pas envie d’y aller !

J’ai commencé à m’en rendre compte lors de mes séjours à Venise, ville où je me repère assez bien parce que je n’ai aucune urgence à le faire lorsque je m’y promène. Mais s’il est une ville dont l’organisation spatiale s’est très rapidement installée dans mon esprit, c’est bien Lisbonne. Pour oublier la neige, j’y flâne ce soir en rêve éveillé puisque j’ai l’impression de ne plus rêver en dormant. Je dors d’un sommeil léger et fatigant déserté par les grands rêves baroques desquels il m’arrivait d’émerger tout ébloui il y a très longtemps.

Ce soir, j’essaie de me conditionner pour une balade en songe à Lisbonne, pourquoi pas dans le grand parc du Principe Real que j’affectionne tout particulièrement ? J’y trouverai bien un banc pour rêvasser au son d’une Gnossienne de Satie (en hommage au grand Aldo Ciccolini tout récemment disparu) extraite de ma discothèque portative, celle que j’ai dans la tête et qui me rend distrait de tout ce qui me fatigue en ce moment d’être français.

Sur le soir, je pourrais descendre direction Restauradores puis remonter vers mon magasin de cigares, juste derrière la statue de Pessoa attablé au très touristique café A Brasileira.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

J’aurais d’ailleurs croisé le poète quelques mètres plus bas au milieu des passants car à Lisbonne, il est partout. La dernière ville littéraire d’Europe, j’ai désormais la chance d’y aller quand je veux. Que mon sommeil lent comme un vieil electrico m’y conduise cette nuit !

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

Photos © Christian Cottet-Emard,

(Extrait de Prairie Journal (carnets 2006 - 2016)

presse, service de presse, voix de l'ain, didier pobel, christian cottet-emard, prairie journal, carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, blog littéraire de christian cottet-emard, littérature, livre, éditions orage lagune express, ain regard, ain, rhône-alpes auvergne, haut-bugey, france, oyonnax, sepec, haut-jura, montagne, beaux ciels, orgue, cigare, flânerie, lisbonne,carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, prairie journal, voyage, nocturne, lisbonne, portugal, tramway, electrico, principe real, restauradores, blog littéraire de christian cottet-emard, venise, italie, europe, direction, sens de l'orientation, gnossiennes, satie, aldo ciccolini, pianiste, piano, fernando pessoa, poète, poésie, littérature, rêve, sommeil, neige, jura, banc,médiathèque oyonnax

Pour Oyonnax et sa région : disponible à la librairie Mille feuilles d'Oyonnax et à la Maison de la presse de Nantua (Ain)

Un article de Didier Pobel :

presse, service de presse, voix de l'ain, didier pobel, christian cottet-emard, prairie journal, carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, blog littéraire de christian cottet-emard, littérature, livre, éditions orage lagune express, ain regard, ain, rhône-alpes auvergne, haut-bugey, france, oyonnax, sepec, haut-jura, montagne, beaux ciels, orgue, cigare, flânerie, lisbonne,carnet, note, journal, autobiographie, écriture de soi, prairie journal, voyage, nocturne, lisbonne, portugal, tramway, electrico, principe real, restauradores, blog littéraire de christian cottet-emard, venise, italie, europe, direction, sens de l'orientation, gnossiennes, satie, aldo ciccolini, pianiste, piano, fernando pessoa, poète, poésie, littérature, rêve, sommeil, neige, jura, banc,médiathèque oyonnax

D'autres articles sur Prairie journal ici

 

05 avril 2019

Carnet / Des mathématiques et des papillons de nuit

mathématiques,papillons de nuit,lampadaire,lumière,ténèbres,maths,blog littéraire de christian cottet-emard,salon du livre de nantua,psychanalyse,carnet,note,journal,système scolaire,échec scolaire,études,christian cottet-emard,sélection par les maths,raisonnement,résultat,nul en maths,handicap,portes,verrous,cancre,réverbèreLa vie d’un être humain ressemble à celle d’un papillon de nuit victime de la pollution lumineuse. S’il rencontre un réverbère, il ne peut s’empêcher de s’en approcher et de s’épuiser à tourner autour de cette lumière qui non seulement ne l’éclaire pas mais encore le précipite dans les ténèbres.

C’est exactement ce que j’ai pensé au salon du livre de Nantua où je suis passé en touriste voici quelques semaines et où le premier stand sur lequel je suis tombé était celui d’une auteure d’ouvrages proposant une alternative à l’approche et à l’enseignement des mathématiques. Je précise tout de suite qu’il s’agissait d’une personne très sympathique et sincère dans sa volonté bienveillante de transmettre l’intérêt et le goût pour cette discipline indispensable et déterminante dans les progrès de l’humanité. On peut être conscient de l’importance et des bienfaits des mathématiques sans rien y comprendre, ce qui est hélas mon cas.

Mon incapacité totale et peut-être pathologique à saisir et à pratiquer le raisonnement mathématique me fit donc décliner la proposition d’un auteur du salon qui voulait me présenter la dame derrière son stand mais celle-ci m’entendit lui répondre que les maths avaient détruit ma vie, ce qui ne manqua pas de l’encourager à s’adresser à moi pour me présenter son travail. Puisque nous étions de fait mis en relation, je m’empressai de nuancer mon propos : ce ne sont pas les mathématiques qui ont détruit ma vie mais leur utilisation comme outil de sélection.

Dans le système scolaire, point de salut pour qui reste en carafe en maths dès le début ainsi que cela se produisit pour moi. Il en eût été tout autrement si j’avais été juste capable d’atteindre un niveau ne serait-ce que médiocre, quitte à me maintenir un peu en dessous de la moyenne mais je ne pus même pas atteindre cet objectif, ce qui me colla l’étiquette de cancre au milieu du front et me ferma toutes les portes. Les conséquences furent bien sûr désastreuses.

La vie m’offrit heureusement d’autres opportunités et un certain nombre de coups de chance qui me firent échapper au pire mais il est aussi vrai que sans le soutien permanent de ma famille et de mes proches, je ne sais que trop ce que je serais devenu dans cette spirale de l’échec. Malgré la vie agréable que je mène avec ce handicap, une vie bien plus confortable que celle à laquelle auraient pu prétendre plusieurs premiers de la classe qui n’avaient aucun problème en maths comme dans toutes les autres disciplines, je n’ai jamais pu oublier ce sentiment terrible, cette sensation de danger et cette panique qui s’abattent lorsqu’on entend les portes se fermer et les verrous claquer les uns après les autres.

J’ai pourtant le souvenir d’un résultat en maths, au lycée, mais cette petite victoire est marquée du sceau de l’absurde. Je ne saurais dire par quel maléfice, j’avais abouti à un résultat juste avec un raisonnement faux (il paraît que c’est possible en maths) mais comme c’est le raisonnement qui compte, je ne m’en trouvai pas plus avancé, ce qui finit de me dégoûter de cette masturbation intellectuelle.

Je ne fus donc pas un client pour la dame qui vendait ses petits manuels aux couvertures ludiques et colorées. Pour m’en excuser mais aussi pour prendre la fuite, je ne trouvai rien d’autre à lui dire qu’il était désormais pour moi trop tard pour un nouveau rendez-vous avec les maths. Après avoir passé une grande partie de ma vie à élaborer d’incessantes stratégies d’évitement, de contournement et de dérobades face au récurrent obstacle qu’ont été pour moi les maths, et ceci jusque dans les aspects les plus inattendus et les plus triviaux de mon existence, je ne vais pas entamer une psychanalyse de vingt ans pour me retrouver un jour, au bout du rouleau, à comprendre pourquoi je n’ai rien compris, foi de papillon de nuit !

 

Chroniques voisines (sur le thème des chiffres) :

Les mésaventures de Cardio Vasculaire

Une belle descente