Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 janvier 2019

Mon poème de l'Épiphanie

épiphanie, rois mages, gaspard, melchior, balthazard, fête chrétienne, blog littéraire de christian cottet-emard, or, encens, myrrhe, tradition, galette des rois, épicéa, étoile, offrandes

D’une nouvelle étoile trois rois se troublent mais sont rassurés

 

Ils marchent vers celui qui vient pour naître habiter le logis des humains puis revenir en gloire à la fin des temps

 

Une mangeoire est le Berceau

 

Gaspard Melchior et Balthazar rejoignent le temps des merveilles

 

Leur étoile n’est pas de ces abominations de la désolation que les savants ravissent avec enthousiasme des ténèbres aux éperviers de leurs calculs

 

Elle est l'étoile de ceux que leur espoir fait rois

 

© Éditions Orage-Lagune-Express et Christian Cottet-Emard

 

Image : Frère Eric de Saussure. L’Adoration des Mages.
Vitrail de l’église de la Réconciliation de Taizé, 1962.

 

 

02 janvier 2019

L’ordre cosmique du vieux square

Pendant ces fêtes, Noël, Jour de l'An, Épiphanie, la mémoire de mes proches défunts m'accompagne d'autant plus. Je remets donc en ligne ce texte dans lequel je les évoque autour de l'ancien square de la place de la gare à Oyonnax, lui aussi disparu mais intact dans un album photo d'archives familiales tiré en un seul exemplaire et bien sûr dans mon souvenir.

 

oyonnax,ain,haut bugey,rhône alpes auvergne,france,europe,ancien square gare d'oyonnax,photographie,années 1970,vingtième siècle,évocation,souvenir,blog littéraire de christian cottet-emard,autorail picasso,gare routière,paysage urbain,bancs publics,ampoule de réverbère,éclairage public,christian cottet-emard,poésie,littérature,autobiographie,christian cottet-emard,mary poppins,julie andrews,bert,Dick Van Dyke,poèmes du bois de chauffage,paysage / évasion,éditions germes de barbarie,cierge,église,année 1973,famille,noël,jour de l'an,épiphanie,rois mages,fêtes chrétiennes

 

Cette photo du vieux square aux arbres malingres et aux bancs vermoulus si tu pouvais

 

Ah oui l’ancien square détruit pour laisser place à la gare routière

 

Si tu pouvais sauter dans cette photo de 1973 comme Mary Poppins (Julie Andrews) sautait à pieds joints dans les tableaux dessinés aux craies de couleur par Bert (Dick Van Dyke) sur le trottoir

 

Tu te retrouverais dans le monde de 1973 sous les lampadaires du square maigrichon entre la lune et la pendule de la gare et il y aurait tout près le Picasso bicolore rouge et crème de la voie ferrée qui ferait les gros yeux il y aurait

 

Personne ne serait mort il y aurait ce prodige les tiens tous vivants sous les toits de la petite ville chez eux aux balcons de leurs appartements et de leurs maisons derrière les haies de buis de leurs jardins

 

Chez eux tout près du square une arrière-grand-mère (Clotilde) deux grands-mères (Yvonne et Marie-Rose) un grand-père (Charles) un père (Jean) une mère (Jeannine) une marraine (Geneviève) gamin tu disais ma reine et tu attendais pendant des heures de la voir descendre de l’autorail Picasso traverser la voie et ouvrir le portillon du jardin ils seraient tous là autour du square

 

Une dame encore inconnue d’eux (Gisèle la mère de ta future épouse) calerait son vélo contre un banc avant d’aller rejoindre son mari (Francesco)

 

Dans l’ordre cosmique du square dans son monde lisible les tiens

 

Planètes dans ton ciel étoiles dans ta nuit comme dans les nuits de 1973 où cillait l’ampoule du lampadaire au milieu des branches

 

Le square jadis détruit pour laisser place à la gare routière existe pourtant plus aujourd’hui que la gare routière c’est normal

 

Ce qui n’est pas normal c’est la gare routière où attendent tous ces gens qui ont des têtes à ne pas avoir envie d’aller où les bus les emmènent

 

À coup sûr le diable s’en est mêlé ou alors qui et pourquoi te demandes-tu dans l’ombre des églises en regardant trembler la flamme des cierges

 

(Extrait du poème Paysage / Évasion qui constitue l'une des quatre sections de mon recueil Poèmes du bois de chauffage, © éditions germes de barbarie). Pour Oyonnax et sa région, ce livre est en vente à la librairie Mille Feuilles rue Anatole France, Oyonnax.

oyonnax,ain,haut bugey,rhône alpes auvergne,france,europe,ancien square gare d'oyonnax,photographie,années 1970,vingtième siècle,évocation,souvenir,blog littéraire de christian cottet-emard,autorail picasso,gare routière,paysage urbain,bancs publics,ampoule de réverbère,éclairage public,christian cottet-emard,poésie,littérature,autobiographie,christian cottet-emard,mary poppins,julie andrews,bert,Dick Van Dyke,poèmes du bois de chauffage,paysage / évasion,éditions germes de barbarie,cierge,église,année 1973,famille,noël,jour de l'an,épiphanie,rois mages,fêtes chrétiennes

 

 

27 décembre 2018

Parfois le chat

chat,félin,yeux dechat,christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage,éditions germes de barbarie,le fleix,périgord,dordogne,aquitaine,france,europe,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,poésie,poèmes narratifs,librairie mille feuilles oyonnax,ain,haut bugey,rhône alpes,

Parfois le chat me regarde d’un air sérieux comme mon père

 

L’air de dire tu sais on n’est pas sur Terre pour rigoler tous les jours

 

Alors pourquoi ?

 

 

Extrait de mes Poèmes du bois de chauffage et autres récits de l'homme invisible, éditions Germes de barbarie. (Pour Oyonnax et sa région, livre en vente à la librairie Mille feuilles, rue Anatole France, Oyonnax)

Précision : cette illustration n'est destinée qu'à cette note en ligne et ne figure pas dans l'ouvrage. Il s'agit d'un détail d'art de rue que j'ai photographié en me promenant à Lyon.