Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juin 2020

Légende d'été

été,heure d'été,rêve d'été,légende d'été,jour,nuit,fleur,parasol,parapluie,monde,averse d'été,passante,abat-jour,pluie d'été,lampion,ombre,aube,blog littéraire de christian cottet-emard,poésie,littérature,estime-toi heureux,©orage lagune express,christian cottet-emard,dépôt électronique n°,archive office notarial n°,droits réservés,texte,photo ©marie-christine caredda,lumière

Photo Marie-Christine Caredda

 

Dans mon rêve l’été est une grande fleur qui s’ouvre et qui contient toutes les autres

 

comme une légende qui contient toutes les histoires

 

ou bien un parasol qui fleurit dans les rues du monde et qui contient tous les autres

 

puis sous l’averse fraîche et parfumée comme une passante inaccessible

 

un parapluie qui éclôt et qui contient tous les autres

 

et dans sa brève nuit de fête où l’on erre comme une ombre heureuse avant de s’éloigner des lampions

 

un abat-jour qui veille jusqu’à l’aube et qui contient tous les autres

 

Mais peut-être n’ai-je pas rêvé

 

Extrait de mon recueil Estime-toi heureux 

© Éditions Orage-Lagune-Express

 

11 juin 2020

Carnet / Dans le seul but de bien rêver

carnet,note,journal,carnet de voyage,carnet de lecture,lisbonne,portugal,buenos aires,argentine,capitales littéraires,photographie,lisbonne pessoa et ses ombres,revue instinct nomade,les 7 vies de fernando pessoa,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard,ain,jura,vallons,forêts,blog littéraire de christian cottet-emard,borges,bibliothèques,labyrinthe,rêve,géographie rêvée,regard,rome,italie,sept collines,capitales d'europe,continent européen,voyageur,touriste,lumière,ombre,terrasse de café,vert,bleu,jaune

Photo © Ch. Cottet-Emard

Moi qui suis accroché pour le meilleur et pour le pire à ces vallons et à ces forêts où j’habite aux confins de l’Ain et du Jura, je me demande toujours, piètre voyageur, touriste des plus ordinaires, ce qui me rend si familier de mes villes étrangères préférées parmi lesquelles, évidemment, Lisbonne où je me rendis pour la première fois en octobre 2013.

Cette photo date de cette époque. Sept ans déjà, et le souvenir intact, comme neuf, de cet instant privilégié, de ce moment à poème où un changement d’angle et de perspective transformait en quelques pas ma vision de ce coin de place.

carnet,note,journal,carnet de voyage,carnet de lecture,lisbonne,portugal,buenos aires,argentine,capitales littéraires,photographie,lisbonne pessoa et ses ombres,revue instinct nomade,les 7 vies de fernando pessoa,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard,ain,jura,vallons,forêts,blog littéraire de christian cottet-emard,borges,bibliothèques,labyrinthe,rêve,géographie rêvée,regard,rome,italie,sept collines,capitales d'europe,continent européen,voyageur,touriste,lumière,ombre,terrasse de café,vert,bleu,jauneDans le carnet de voyage et de lecture que j’ai récemment publié dans le cinquième numéro de la belle revue Instinct nomade (éditions germes de barbarie) intitulé Les sept vies de Fernando Pessoa (Lisbonne est bâtie sur sept collines, comme Rome) je me demande si la capitale portugaise est une ville borgésienne. Malgré toutes ses bibliothèques, je ne le crois pas.

Cette question m’est pourtant venue à l’esprit au moment de prendre la photo, peut-être à cause de quelques couleurs aux nuances sombres malgré la lumière qui se joue des courbes et des plis de la ville et qui entre partout. Rien de suffisant pour penser à Borges et Buenos Aires.

Chaque regard invente sa propre géographie dans le seul but de bien rêver.

 

09 mars 2020

Ombre élastique au petit matin

estime-toi heureux,poésie,extrait de poème,récit,tramway,rail,ombre,élastique,retour,petit matin,entre chien et loup,littérature,christian cottet-emard,© éditions orage lagune express,droits réservés,spectre,ville,pavés,adieu,blog littéraire de christian cottet-emard,sombre,lisbonne,portugal,europe

Mon ombre ne rassure que moi

 

On dit que ceux qui errent sans elle ne savent qu’ainsi leur infortune de spectres chagrinés et perplexes

 

et je vois bien la mienne hésiter entre chien et loup sur les pavés de vieilles villes aux tramways hantés

 

sans comprendre pourquoi elle aussi voudrait s’étirer comme un élastique et claquer d’un coup sec

 

tel l'adieu impatient et sans regrets des femmes qui n'aiment plus

 

(Extrait de mon recueil Estime-toi heureux. © Éditions Orage-Lagune-Express.)

Image : rails du tramway à Lisbonne (photo Christian Cottet-Emard)