Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2018

Oh !

estime-toi heureux,poème,poésie,âme,mot interdit en poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,poète,conformisme,nouveau conformisme,éditions orage lagune express,christian cottet-emard,oh !,ironie,humour,photo lisbonne

Aujourd’hui je vais commettre un impair dans le monde des poètes

 

Quelque chose de pas joli-joli de pas loyal une faute de goût

 

Quelque chose de bien pire que de ne pas aimer le rap

 

Après ça je suis bien conscient que je n’aurai plus qu’à aller me faire lire ailleurs mais je dois avouer que ça me démange depuis longtemps

 

Je vous vois venir vous croyez que je vais me contenter d’écrire un sonnet rimé avec alexandrins et césures à l’hémistiche puis repartir tout content oh non

 

Non je vais faire bien pire parce que je me sens tout à mon aise même si je sais qu’après ce coup-là je pourrai toujours courir pour me faire publier par un éditeur artisan alternatif militant engagé citoyen indigné nuit-deboutiste subventionné ou pas   

 

Eh bien voilà il est temps Mesdames et Messieurs temps pour moi d’en venir au fait

 

D’autant qu’à cinquante-huit ans je peux me le permettre sans conséquences sérieuses sur ma vie sociale et littéraire

 

Aux nez et aux barbes de tous les pâles et retardataires imitateurs des beats qui croient casser trois pattes à un canard parce qu’ils farcissent leurs poèmes de mec putain et de oh-putain-mec alors qu’on s’amusait déjà ainsi comme des petits fous au milieu du vingtième siècle de l’autre côté de l’océan Atlantique

 

Eh bien oui Mesdames et Messieurs voici le moment où je vais commettre l’irréparable et en finir avec plus de cinquante ans de poésie lettriste de poésie sonore de poésie-action de poésie expérimentale de poésie oulipienne de poésie littéraliste de nouveau réalisme poétique de poésie électrique enfin bref

 

Bon allez cette fois qu’on en finisse il le fallait allez hop

 

Je vais employer le mot âme dans un poème eh bien voilà c’est fait

 

© Éditions Orage-Lagune-Express, 2018.

Photo © Christian Cottet-Emard (affiche détournée)

 

 

17 décembre 2017

Esquisse pour mon poème du troisième dimanche de l'Avent

estime-toi heureux,occident,culture chrétienne,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes d'inspiration chrétienne,avent,période de l'avent,noël,cloches,village,église,chapelle,clocher,forêt,campagne,grande ville,carillon,fêtes chrétiennes,grand solemnel,notre-dame de paris,campanone,basilique saint-pierre du vatican,rome

Les cloches

De ma prairie comme d’un îlot je vois l’église de mon village croiser dans le flot des nuées

 

Le clocher est le mât dans les jours calmes ou de tempête

 

Et voici dans la brise ou le vent l’alerte joyeuse des cloches

 

Celle du hameau dans la forêt où l’ombre tremble autour d’un cierge

 

Aussi le carillon des grandes villes qui pétillent en attente de la Fête

 

Et pour les temps de gloire Grand Solemnel de Notre-Dame et Campanone de Saint-Pierre

 

Photo : Cloches à Porto (photo Christian Cottet-Emard)

 

10 décembre 2017

Mon poème du deuxième dimanche de l’Avent

avent,noël,poésie,fête chrétienne,étoile de l'avent,couronne de l'avent,veille,crèche de noël,christian cottet-emard,estime-toi heureux,blog littéraire de christian cottet-emard,culture chrétienne,occident

I

L’étoile

Trois rois se troubleront d’une nouvelle étoile mais seront rassurés

Ils s’en iront vers celui qui viendra pour naître habiter le logis des humains puis revenir en gloire à la fin des temps

Une mangeoire sera le Berceau

 

II

La couronne

D’épicéa et de laurier

Sertie de pommes de pin de houx et de gui

Elle luira dans la nuit de quatre petites flammes

Telle est la seule couronne dont chacun peut rêver 

 

III

La veille

Le cœur du passereau ralentit dans la plus longue nuit

Il attend lui aussi l’avènement du jour

Dehors tout brille si froidement

Mais le balancier de l’horloge est toujours régulier

Le temps existe encore

 

IV

La crèche

Il fallait au plus grand mystère la plus humble demeure

Même pas une maison à peine une cabane

Un simple abri pour tous les lendemains du monde

 

Photo : veilleuses à la basilique de Fourvière (photo Christian Cottet-Emard)