Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juin 2020

Quelques images sauvées du temps où ma famille vivait du peigne et de l'ornement de coiffure

 

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

Sur ce lien, un petit montage sur l'entreprise familiale de peignes et d'ornements de coiffure réalisé par Marie.

* Note concernant les papiers à en-tête reproduits ici : le nom de l'entreprise familiale était composé d'une partie du nom d'état civil tronqué (Cottet au lieu de Cottet Emard) et, selon sa volonté, du nom de jeune fille de mon arrière-grand-mère Clotilde (Bondet).

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

 

06 août 2019

À ciel ouvert

l'inventaire des fétiches,christian cottet-emard,éditions orage lagune express,1988,proses courtes,blog littéraire de christian cottet-emard,marc chagall,littérature,lézard,grenier,violon,chat,pipistrelle,maison,cabane,tulipe,bauge,cave,coquille,ciel,corolle,grillons,enfance

Enfants, la conscience de notre disproportion au monde nous pousse à rêver d’habiter les lieux les plus saugrenus. Qui n’a pas réajusté l’univers à sa dimension en construisant des cabanes, en aménageant des placards et même en s’appropriant un gros arbre creux ?

 

Précaires, rien de ce qui abrite, recouvre, englobe, recèle, en un mot embrasse, n’a échappé à notre élan de conquête. Corolles de tulipes, trous de grillons, coquilles désertées, bauges de sangliers ou caves moussues, tout nous fut recoin de ciel, surtout le grenier craquant de soleil sous la tuile tiédie comme un lézard de pierre.

 

Ne nous arrive-t-il pas de surprendre de temps à autres, nos proches dans les endroits les plus extravagants ? Adultes, nous nous plaisons par exemple, sous prétexte de vérifier la toiture de la maison, à recoller les lambeaux de nos ciels enfantins en dérangeant au détour d’une cheminée notre vieux chat secret chasseur de pipistrelles.

 

L’impossibilité d’habiter nos lieux d’enfance nous conduit cependant à les visiter assidûment. De ces espaces refusés à l’ordinaire des jours, le toit est le plus fréquenté. On raconte ainsi que le grand-père du peintre Marc Chagall s’y réfugiait pour jouer du violon en paix. Voilà pourquoi Chagall a souvent peint dans ses toiles un violoniste sur le toit.

 

Extrait de mon recueil de proses courtes L'inventaire des fétiches, © Éditions Orage-Lagune-Express, 1988. Droits réservés.

Tableau : Le violoniste bleu, Marc Chagall.

 

21 avril 2019

Joyeuses Pâques !

Mon poème de Pâques

blog littéraire de christian cottet-emard,fête chrétienne,pâques,poème de pâques,culture chrétienne,occident,christian cottet-emard,poésie,hymne,éloge,office des ténèbres,église,vaisseau,maison,joie,fœhn,pétale,flocon,victoire,lumière,renouveau de l'occident,renaissance,espoir,attente,éditions orage lagune express,droits réservés

Qui sort de l’enfance et se découvre mortel adoucit sa tristesse dans les Pâques

 

Même l’Office des Ténèbres est doux à l’écolier qui n’a pas peur de son église parce qu’il sent qu’elle est une maison et un vaisseau à sa mesure comme à celle du monde

 

Maison où l’on est libre d’entrer ou de sortir

 

Vaisseau du port ou du grand large ou voile blanche à l’horizon

 

Quel voile noir a pu peser si lourd sur la Terre ce vendredi? se demande l’enfant inquiet en entrant dans la nuit épaisse

 

Et quelle est cette attente en ce samedi perplexe jour silencieux sans cloches ?

 

Les voici revenues ce dimanche dans les flocons dans les pétales ou dans la folle joie du fœhn

 

L’enfant anxieux s'éveille alors le cœur délivré parce qu’il entend parler autour de lui en leur concert d’une étrange et prodigieuse victoire sur la mort dont il a vu passer s’étendre et fuir l’ombre provisoire

 

© Éd. Orage-Lagune-Express 2016 pour cette version

Photo : carillon à Porto (photo CC-E)

 

Et en musique, dans la joie de Pâques : Johann Sebastian Bach, l'Oratorio de Pâques.