Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 juillet 2022

Légende d'été

été,heure d'été,rêve d'été,légende d'été,jour,nuit,fleur,parasol,parapluie,monde,averse d'été,passante,abat-jour,pluie d'été,lampion,ombre,aube,blog littéraire de christian cottet-emard,poésie,littérature,estime-toi heureux,©orage lagune express,christian cottet-emard,dépôt électronique n°,archive office notarial n°,droits réservés,texte,photo ©marie-christine caredda,lumière

Photo Marie-Christine Caredda

 

Dans mon rêve l’été est une grande fleur qui s’ouvre et qui contient toutes les autres

 

comme une légende qui contient toutes les histoires

 

ou bien un parasol qui fleurit dans les rues du monde et qui contient tous les autres

 

puis sous l’averse fraîche et parfumée comme une passante inaccessible

 

un parapluie qui éclot et qui contient tous les autres

 

et dans sa brève nuit de fête où l’on erre comme une ombre heureuse avant de s’éloigner des lampions

 

un abat-jour qui veille jusqu’à l’aube et qui contient tous les autres

 

Mais peut-être n’ai-je pas rêvé

 

Extrait de mon recueil Estime-toi heureux 

© Éditions Orage-Lagune-Express

 

21 juin 2020

Légende d'été

été,heure d'été,rêve d'été,légende d'été,jour,nuit,fleur,parasol,parapluie,monde,averse d'été,passante,abat-jour,pluie d'été,lampion,ombre,aube,blog littéraire de christian cottet-emard,poésie,littérature,estime-toi heureux,©orage lagune express,christian cottet-emard,dépôt électronique n°,archive office notarial n°,droits réservés,texte,photo ©marie-christine caredda,lumière

Photo Marie-Christine Caredda

 

Dans mon rêve l’été est une grande fleur qui s’ouvre et qui contient toutes les autres

 

comme une légende qui contient toutes les histoires

 

ou bien un parasol qui fleurit dans les rues du monde et qui contient tous les autres

 

puis sous l’averse fraîche et parfumée comme une passante inaccessible

 

un parapluie qui éclôt et qui contient tous les autres

 

et dans sa brève nuit de fête où l’on erre comme une ombre heureuse avant de s’éloigner des lampions

 

un abat-jour qui veille jusqu’à l’aube et qui contient tous les autres

 

Mais peut-être n’ai-je pas rêvé

 

Extrait de mon recueil Estime-toi heureux 

© Éditions Orage-Lagune-Express

 

17 février 2020

Brefs délires

brefs délires,blog littéraire de christian cottet-emard,aphorismes,salon du livre,champagne,fête,invitation,chiffres,statistiques,raison,absurde,outils,notaire,social,ministre,république,morale,dissuasion,vivre-ensemble,pays,monde,préceptes,travail,souffrance,pieds,tête,fou,poule,œuf,christian cottet-emard

Participer à un salon du livre me donne envie de m’ennuyer à une fête où personne ne sait qui a invité qui et qui a payé le champagne.

 

Les chiffres et les statistiques sont les meilleurs outils de la raison au service de l’absurde.

 

N’importe quel bon notaire de province fait plus de social qu’un ministre de la République.

 

Il n’existe que deux préceptes pour garantir le vivre-ensemble entre les pays du monde. Un : ne me fais pas ce que tu ne voudrais pas que je te fasse, fait office de morale. Deux : le premier à tirer est le second à mourir, relève de la dissuasion.

 

Avec le travail, on est sûr de souffrir, soit parce qu’on n’en a pas, soit parce qu’on en a un.

 

Ce n’est pas parce qu'on a mal aux pieds qu'on peut marcher sur la tête.

 

Ce n'est pas la première fois qu'un poète me fait penser à une poule enfermée dans l'œuf qu'elle a pondu.

 

© Éditions Orage-Lagune-Express, 2019