Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 août 2015

Interlude / Soir d'été chez moi

interlude,cigare,quintero,havane,cuba,cognac,maison,blog littéraire de christian cottet-emard,et à part ça,christian cottet-emard,volutes,tabac cubain,fumée,paresse,rêverie,été,soir d'été

interlude,cigare,quintero,havane,cuba,cognac,maison,blog littéraire de christian cottet-emard,et à part ça,christian cottet-emard,volutes,tabac cubain,fumée,paresse,rêverie,été,soir d'été

interlude,cigare,quintero,havane,cuba,cognac,maison,blog littéraire de christian cottet-emard,et à part ça,christian cottet-emard,volutes,tabac cubain,fumée,paresse,rêverie,été,soir d'été

interlude,cigare,quintero,havane,cuba,cognac,maison,blog littéraire de christian cottet-emard,et à part ça,christian cottet-emard,volutes,tabac cubain,fumée,paresse,rêverie,été,soir d'été

 

22 juin 2015

Bonne résolution

Bon, j'ai assez tiré ma flemme. Il va falloir s'y remettre...

porto,portugal,voyage,promenade,flemme,paresse,vitrine,machine à écrire mercedes sélection,christian cottet-emard,et à part ça,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,carnet,journal,note,écriture de soi,prairie journal,autobiographie,fatigue,sommeil,rêve,veille,rêve éveillé,bonne résolution

 

18 octobre 2014

Carnet / Du voyage

Les clochettes des vaches tintent dans la nuit derrière la fenêtre de mon bureau. Ce soir, j’ai encore manqué l’occasion de me coucher un peu plus tôt. Je suis comme les enfants, je n’arrive pas à me résoudre à aller au lit. Je suis tourmenté par des envies de sucre et de tabac. Si je cède à la tentation d’une friandise sucrée, je sais que j’enchaînerai avec un cigare. J’en ai fumé plusieurs dans la journée, il ne faut pas exagérer...

vache,clochette,troupeau,pré,forêt,épicéa,voyage,nuit,pluie,venise,lisbonne,portugal,italie,touriste,tourisme,promenade,flânerie,vaporetto,tramway,blog littéraire de christian cottet-emard,étranger,capitale,ville,europe,occident,culture occidentale,sécurité,christian cottet-emard,rêverie,paresse,irresponsabilité,disponibilité,dilettantisme,sucre,tabac,cigare,friandise,bonheur,immunité diplomatique

C’est en veillant que je pense le plus au voyage. Je suis pourtant très casanier. Je ne voyage pas pour découvrir d’autres cultures, j’ai déjà encore assez à apprendre de la mienne, la culture occidentale. En voyage, je ne cherche pas spécialement le contact avec les gens du pays que je visite, ce qui ne m’empêche pas d’apprécier la gentillesse et la courtoisie qu’on trouve beaucoup plus à l’étranger qu’en France.

À l’étranger, j’aime loger dans des hôtels confortables et anonymes avec des petits déjeuners copieux et standards. Mes pays de prédilection sont l’Italie et le Portugal. Je connais bien la Belgique où j'ai de la famille et où je passais mes vacances d'été lorsque j'étais enfant. La première fois que j'ai vu la mer, c'était la mer du Nord (Ostende, Coxyde, Knokke-Le Zoute).

Ces deux dernières années, j’ai privilégié Lisbonne comme destination. Je ne peux voyager que dans des contrées et des villes où je me sens en sécurité, ce qui exclut un ou deux continents et un grand nombre de pays où je n’ai aucune intention de mettre les pieds de toute ma vie. Les vrais voyageurs à l’esprit aventureux et las de l’Occident me considèrent comme un rigolo, un touriste. C’est précisément ce que je suis et je n’en éprouve aucune honte.

vache,clochette,troupeau,pré,forêt,épicéa,voyage,nuit,pluie,venise,lisbonne,portugal,italie,touriste,tourisme,promenade,flânerie,vaporetto,tramway,blog littéraire de christian cottet-emard,étranger,capitale,ville,europe,occident,culture occidentale,sécurité,christian cottet-emard,rêverie,paresse,irresponsabilité,disponibilité,dilettantisme,sucre,tabac,cigare,friandise,bonheur,immunité diplomatique

Pour moi, le voyage, c’est me retrouver à dix heures du matin à Lisbonne en train de fumer un cigare et de boire un café au soleil pendant que les gens de mon Jura entendent crépiter la toile de leur parapluie sous l’averse. Dix heures du matin dans une grande ville étrangère, de préférence du sud de l’Europe, est pour moi le temps du voyage, son heure magique, le moment où je me retrouve moi-même, où je ne suis plus en pilote automatique, où je bénéficie d’une sorte d’immunité diplomatique, où rien d’autre ne me concerne que la disponibilité à l’air du temps, où en tant qu’étranger je ne suis responsable de rien, hors de l’Histoire, essentiellement occupé à des futilités, à flâner, à voir, à rêver éveillé, à m’intéresser à ce qui n’intéresse personne, à faire de menus achats, à photographier un tramway à Lisbonne et un vaporetto à Venise.

Ce que je sais dans ces moments légers, c’est qu’au retour, une fois chez moi en attente dans la nuit de ma campagne jurassienne comme à un arrêt ou à une station fantômes, ce tramway et ce vaporetto reviendront me chercher à ma porte, comme s’ils surgissaient en lisière des forêts d’épicéas où, derrière ma fenêtre, tintent les clochettes des troupeaux.

Photos : Lisbonne, tramway dans le soir humide. Venise, vaporetto sous le pont Rialto. (Photos © Christian Cottet-Emard)