Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 novembre 2018

Carnet / Dernière page de mon carnet vert. Je commence le rouge et jaune, tout neuf !

carnet,note,journal,autobiographie,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,lecture,portnoy et son complexe,philip Roth,folio

En train de lire Portnoy et son complexe de Philip Roth. Je m’inflige ce pensum parce que je me demande pourquoi ce livre me tombe des mains alors que des millions de gens y comprennent quelque chose. Il est vrai que la lecture de Philip Roth m’est recommandée depuis des décennies par des personnes qui ont toujours le même profil vaguement intello urbain de gauche branchouille et de sexe féminin, sans parler de la presse littéraire.

Qu’est-ce qui ne va pas chez moi pour que je peine ainsi à terminer la lecture d’un roman qui s’est vendu à plus de cinq millions d’exemplaires dans le monde ? J’en suis à la page 197 de l’édition Folio qui en compte 373 et je fournis un effort considérable pour que le marché du poche d’occasion ne s’enrichisse pas de mon exemplaire avant la fin de ma lecture. C’est grave, docteur ?

 

06 novembre 2018

Carnet / D’une danseuse

carnet,note,journal,autobiographie,carnet de bord,littérature,blog littéraire de christian cottet-emard,danseuse,christian cottet-emard,distance

Il m’arrive de plus en plus souvent de considérer la littérature comme une danseuse, une personne qu’on peut aimer regarder, avec qui on peut parfois faire quelques folies mais qu’il vaut mieux ne pas trop prendre au sérieux parce qu’on sait bien, au fond, qu’elle n’a pas tant que cela à donner et que de toute façon on n’est rien pour elle.

Photo CC-E

 

03 octobre 2018

Carnet / Chandernagor

carnet,note,journal,autobiographie,blog littéraire de christian cottet-emard,souvenir,chanson,chandernagor,georges garvarentz,signé alouette,année 1967,télévision,ortf,christian cottet-emard,chant,école jeanne d'arc,école saint-joseph,oyonnax,ain,haut-bugey,rhône-alpes auvergne,france,europeDepuis des années, la musique d’une vieille chanson apprise à l’école primaire me revenait régulièrement aux oreilles sans que je parvienne à m’en rappeler les paroles et à en déterminer l’origine. Je ne me souvenais que du titre, Chandernagor. Dans le cadre des activités d’éveil musical, on nous la faisait chanter notamment lors de la kermesse de l’école ainsi qu’à la rentrée des classes qui avait lieu à l’époque à la mi-septembre.

Puisque j’étais le choriste à la voix la plus aiguë, j’avais été désigné pour chanter aussi les couplets en soliste. Depuis cinquante ans, je suis hanté par cette musique, en particulier en automne, saison à laquelle mon esprit a associé ce souvenir musical.

Après de nombreuses recherches infructueuses auprès de quelques camarades de classe, j’ai fini par trouver aujourd’hui sur internet d’où venait cette chanson. Elle constituait la bande originale signée par le compositeur Georges Garvarentz d’un feuilleton télévisé de 1967 destiné aux enfants et intitulé Signé alouette.

N’ayant jamais vu un épisode de cette série, cette chanson que je chantais sans en comprendre les paroles (pas plus aujourd’hui d’ailleurs) me raconte une autre histoire, celle d’un de mes rares bons moments à l’école, l’heure de chant qui avait parfois lieu dans la cour de récréation sous le marronnier.