Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juin 2020

Quelques images sauvées du temps où ma famille vivait du peigne et de l'ornement de coiffure

 

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

Sur ce lien, un petit montage sur l'entreprise familiale de peignes et d'ornements de coiffure réalisé par Marie.

* Note concernant les papiers à en-tête reproduits ici : le nom de l'entreprise familiale était composé d'une partie du nom d'état civil tronqué (Cottet au lieu de Cottet Emard) et, selon sa volonté, du nom de jeune fille de mon arrière-grand-mère Clotilde (Bondet).

maison d'enfance,maison,demeure,propriété,carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,souvenir,passé,enfance,adolescence,prairie journal,colère,rage,insomnie,cauchemar,réveil en sursaut,douleur,néant,tombeau,perte,peigne,ornement de coiffure,matières plastiques,presse à injecter,plasturgie,blog littéraire de christian cottet-emard,entrepôt,démolition,tilleul,christian cottet-emard,entreprise cottet-bondet,oyonnax,boulevard,hantise,chagrin,vision,souffle,envers,enfer,porte,ain,rhône-alpes,haut-bugey,france,vallée des plastiques

 

19 juin 2020

Carnet / Double ville

carnet,note,journal,autobiographie,voyage,tourisme,carnet de voyage,carnet de lecture,lisbonne,portugal,vision,rêve,réalité,imaginaire,réel,antonio tabucchi,fernando pessoa,littérature,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,bernardo soares,hétéronyme,christian cottet-emard,lieu dit,lieu d'être,capitale,ville

Photo CC-E

Je relis Requiem d’Antonio Tabucchi, lu pour la première fois en 2000. À cette époque, je ne connaissais pas Lisbonne. J’ai décidé de m’y rendre en octobre 2013 pour m’y promener dans les pas de Fernando Pessoa. C’est après tout une façon comme une autre de découvrir une ville. J’y suis retourné en septembre 2014 ainsi qu’en juillet et décembre 2016. J’espère y séjourner encore dès que possible.

Dans Requiem de Tabucchi, le narrateur s’endort sous un mûrier en lisant le Livre de l’intranquillité de l’hétéronyme Bernardo Soares avant de se perdre en rêve dans une Lisbonne caniculaire et déserte, propice aux rencontres avec des vivants parfois fantomatiques et des morts qui semblent avoir encore un pied dans la vie. Les rues, les quartiers et les squares sont nommés avec précision, ce qui n’évoquerait rien au lecteur n’ayant jamais visité la ville s’il n’y avait bien sûr la puissance de suggestion de Tabucchi.

C’est ainsi qu’à la lecture de Requiem s’est formée dans mon esprit une Lisbonne imaginaire à laquelle s’est ajoutée la Lisbonne réelle de mes séjours au cours desquels j’ai marché des journées entières et tard dans la nuit. Les deux visions se sont alors emboîtées pour n’en faire qu’une, ce qui constitue pour moi l’unique et merveilleuse expérience de la ville véritablement vécue comme lieu dit et lieu d’être.

carnet,note,journal,autobiographie,voyage,tourisme,carnet de voyage,carnet de lecture,lisbonne,portugal,vision,rêve,réalité,imaginaire,réel,antonio tabucchi,fernando pessoa,littérature,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,bernardo soares,hétéronyme,christian cottet-emard,lieu dit,lieu d'être,capitale,ville

Photo CC-E

 

18 mai 2020

Carnet / Qui a peur de l’autobiographie ? (2)

carnet,note,journal,autobiographie,écriture autobiographique,récit,blog littéraire de christian cottet-emard,culture occidentale,individualité,individu unique et irremplaçable,fiction,narration,écriture,occident,autofiction,narcissisme,égocentrisme,nombrilisme,complaisance,ego,wolf,mémoires fictifs,jim harrison,littérature américaine,christian cottet-emard,politique,psychologie,préjugés,mai 68,grand soir,libération de la parole,discours,révolution,contestation,ordre établi,bourgeoisie,dogme révolutionnaire,école,enseignement,oyonnax,ain,rhône alpes auvergne,haut bugey,france,europe,école jeanne d'arc oyonnax,école privée,leçons de morale,instruction civique

La défiance vis-à-vis de la littérature autobiographique se nourrit de préjugés politiques et psychologiques. J’évoquerai les premiers dans le billet d’aujourd’hui et les seconds dans une autre publication dans quelques jours.

Cette défiance s’inscrit dans ce que j’appelle les nouveaux conformismes qui ne sont que la répétition à l’opposé des anciens selon des successions de cycles plus ou moins longs facilement comparables à des effets de mode. De la mode, ces usages de prêt à penser ont la futilité. Sans en dresser un inventaire fastidieux à travers les siècles, on peut se contenter d’observer la période révélatrice comprise entre l’avant et l’après mai 68.

Le genre littéraire autobiographique a toujours existé, seul diffère le regard porté sur lui au gré des différents contextes historiques et sociaux.

Avant la grande libération de parole qui a caractérisé mai 68, s’exprimer à titre individuel, donner son opinion, raconter sa vie, se raconter, relevait de prérogatives voire de privilèges consentis à une élite intellectuelle et artistique vaguement considérée comme excentrique. Pour le commun des mortels, la norme et les usages dictaient la discrétion et la mesure dans l’expression de soi, ce qui conduisait l’individu à se brider lui-même pour éviter de se détacher du groupe. Dans la société encore très corsetée de l’époque, cette exigence était considérée comme une forme élémentaire de civilité voire de politesse.

Le pli était donné dès la socialisation des enfants, en famille, notamment dans les milieux bourgeois, puis sur les bancs de l’école. Il suffit de regarder les photos de classe de ces années pour mesurer le poids de conformisme qui s’abattait sur les visages de la plupart des écoliers. Ce n’était certes pas grand-chose en comparaison des décennies précédentes où les sourires étaient presque toujours absents de ces photographies scolaires, l’atmosphère s’étant déjà un peu détendue au début des années soixante.

J’étais à l’école primaire privée Sainte Jeanne d’Arc d’Oyonnax au milieu de ces années et je me souviens que nous avions parfois le droit d’évoquer rapidement une expérience personnelle lors des leçons de morale qui tenaient lieu d’instruction civique. En dehors de ces brèves parenthèses, on était prié de garder pour soi toute idée, réflexion, humeur ou émotion ne relevant pas de la sphère collective. Il en allait évidemment de même dans le monde des adultes.

Le grand soir vite remisé au magasin des accessoires, mai 68 ouvrit tout de même une fenêtre dans la valorisation de l’expression personnelle. Dans l’enseignement comme dans les entreprises, l’individu était encouragé à donner son point de vue, ce qui n’était plus vécu par la hiérarchie comme une impolitesse ou une inconvenance mais comme une volonté positive de s’impliquer avec plus d’enthousiasme et de spontanéité dans l’action collective.

C’est à ce moment qu’apparut en littérature ou tout au moins dans l’édition la vogue du témoignage ouvrant à nouveau la voie sur les différentes formes d’écriture autobiographique qui donnèrent encore plus tard des sous-genres tels que l’autofiction. Cette dernière contribua très vite à déconsidérer de nouveau l’autobiographie renvoyée une fois de plus à son insignifiance supposée.

Du point de vue politique, la frustration provoquée par l’échec du grand soir convergea en une radicalisation des courants idéologiques révolutionnaires ou simplement réformistes, lesquels ayant d’abord cru pouvoir tirer parti d’une libération du discours populaire spontané, finirent par renvoyer cette parole individuelle à l’inutile et méprisable expression du narcissisme petit-bourgeois désigné comme une entrave à la contestation et à la lutte contre l’ordre établi qui venait de se reconstituer en se contentant de lâcher un peu de lest.

En littérature, l’écriture de soi faisait désormais plus que jamais l’unanimité contre elle en étant aussi bien rejetée par l’ordre bourgeois que par le dogme révolutionnaire. La boucle était bouclée et cette vision fait aujourd’hui consensus.

On n'admet d’un auteur qu’il choisisse de puiser dans sa vie le matériau de ses livres qu’à la condition que son vécu individuel s’inscrive dans le courant du grand récit collectif ou dans la défense et l’illustration des valeurs en vogue, de préférence politiquement correctes ou correspondant aux standards de la posture rebelle qui remplace de nos jours la véritable action subversive.

Cette pression morale qui fait peser tant de suspicion sur l’autobiographie est tout à fait dans l’air du temps. Elle a même produit un conditionnement psychologique dont je décrirai certains aspects dans quelques jours, en suite des deux premières parties de cette série.

 

(À suivre)

Première partie à lire ici.