Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 janvier 2018

Vient de paraître : QUELQUE PART, N'IMPORTE OÙ... de Lydie Jaillon, nouvelles, 160 p.

littérature,fiction,nouvelles,quelque part n'importe où,lydie jaillon,téléburo,auteure jurassienne,offrez-vous le ciel,mariage en solde,la mélodie du feu,un homme de passage,instantané,tribal masqué,pathétique,derrière les flammes,dans la dentelle,autre chose,l'abribus,cessate omai cessateLes rencontres mais surtout La Rencontre, voilà la grande affaire de la vie humaine et bien sûr celle de la littérature. Le thème permet d’infinies variations dont le roman fait son miel. Dans le genre encore plus exigeant de la nouvelle, écrire court, efficace et original sur un sujet aussi vaste revient à prendre tous les risques.

 

Lydie Jaillon peut se permettre cette audace en raison d’une particularité de son style et surtout de son angle de vue : elle a l’art de placer au bon endroit dans son récit le détail minuscule qui va propulser l’histoire vers d’immenses horizons ou la précipiter vers des gouffres insondables.

 

Quelques feuillets suffisent à nous emporter à plusieurs reprises vers l’un et l’autre de ces extrêmes et cela commence dès le premier récit, Offrez-vous le ciel, où l’on voit l’homme le plus malmené par le quotidien le plus terre-à-terre accéder, sous l’effet d’un achat d’étoile, à une étrange et brève renaissance. Dans La mélodie du feu, on passe de la douce flamme du foyer à l'infernal brasier de la colère. 

 

Dans ces douze nouvelles écrites au cordeau, Lydie Jaillon ne dédaigne pas l’humour car l’enjeu de la rencontre, aussi crucial soit-il, voit souvent sa solennité troublée par le détail (encore lui) qui va prêter à sourire. La note peut être grinçante (Mariage en solde) ou malicieuse (Dans la dentelle) où l’on assiste aux évolutions aériennes et capricieuses d’un soutien-gorge qui sème évidemment le trouble à chacun de ses atterrissages.

 

Dans un autre registre humoristique (Un homme de passage) c’est l’art suggestif du double sens érotique pratiqué avec maestria qui aspirera littéralement lecteurs et lectrices vers une très domestique conclusion.

 

Qu’on ne s’y trompe pas cependant, Quelque part, n’importe où... est aussi le livre des modernes solitudes, des élans contrariés et des rêves têtus qui s’effleurent, se croisent et risquent bien de se manquer dans l’espace étroit d’un abribus où l’on espère, chacun de son côté, quelques secondes d’éternité.

Pour se procurer le livre

 

19 janvier 2018

Quelque part, n'importe où...

quelque part, n'importe où,nouvelles,lydie jaillon,littératureUn article de Jean-Jacques Nuel, sur son blog, à propos de Quelque part, n'importe où... , le recueil de nouvelles de Lydie Jaillon.

 

 

21 novembre 2017

La santé au cinéma

carnet,nouvelle du front,actualité,humeur,billet,opinion,tabac,cinéma,cigarette,cigare,blog littéraire de christian cottet-emard,tabagisme,ministre de la santé,sénatrice ps,cigarette au cinéma,fiction,réel,réalité,imaginaire,acteurs,personnage de fiction,diesel,burn-out,sous-effectif,pollution,malbouffe,zorro,série,don diego de la vega,christian cottet-emard(ou comment agir sur la fiction quand on ne peut agir sur la réalité)

Grâce au zèle d’une sénatrice PS (oui, ça existe encore) et de la ministre de la santé, nous serons peut-être bientôt en mesure d’annoncer une excellente nouvelle : la santé des personnages de fiction cinématographique va notablement s’améliorer puisqu’il seront peut-être enfin privés de tabac.

Certes, les acteurs qui incarnent ces personnages et encore trop d’individus réels persisteront-ils dans leur vice en allant s’en griller une dès que ce qu’il leur restera de vie privée leur en laissera l’occasion mais il n’y a pas de petite victoire !

Moi qui suis un répugnant amateur de cigare (oui je suis coupable, c’est ma faute, c’est ma très grande faute), j’ai été sensible à l’argument d’un professeur ayant déclaré à la télé que la simple vision d’une scène où l’on fume enclenche dans le cerveau un processus d’envie tabagique scientifiquement mesuré. En ce qui me concerne, dans mon enfance, c’est probablement en regardant Don Diego de la Vega allumer des cigares dans Zorro que j’ai été conditionné. Dommage que la sénatrice PS et la ministre n’aient pas été là à l’époque pour veiller sur la santé de Don Diego et par conséquent sur la mienne !

Heureusement, ces années de débauche sont désormais bien loin et nous vivons maintenant une époque formidable pleine de gentilles personnes fermement décidées à faire le bonheur des grands enfants que nous sommes, à nous protéger contre nous-mêmes. Je suis touché par la sollicitude de ces responsables sains et vertueux, notamment celle de la ministre à qui je ferais toutefois, dans le domaine de la santé publique, une suggestion.

Délivrer nos héros de films de l’addiction au tabac, en voilà une idée (puisqu’il faut bien en avoir de temps en temps) mais il en est une qui me plairait davantage et qui concernerait non plus des êtres imaginaires mais de vrais gens. Il s'agirait de délivrer les urbains et les ruraux du diesel, de la pollution, les personnels soignants du burn-out et plus généralement tous ceux qui souffrent au travail parce qu’ils sont en sous-effectif chronique, et aussi les impécunieux condamnés à la malbouffe, la liste ne demande qu’à être complétée et ça, ce n’est pas du cinéma...