Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 novembre 2021

Revue INSTINCT NOMADE : ma contribution au numéro Nougaro (en cours de publication)

revue,instinct nomade,bernard deson,claude nougaro,littérature,poésie,chanson,chronique,nougaro la poésie turbulente,histoire de lire et d'écrire,christian cottet-emard,aux grands jours,poèmes,club,blog littéraire de christian cottet-emard,mes collaborations presse,revue littéraire,article,édition,publication,le fleix,dordogne,périgord,aquitaine,sud ouest,france,europe

Un billet : Nougaro, la poésie turbulente.

Un texte : Histoire de lire et d'écrire (en guise de préface à mon recueil Aux grands jours).

Revue Instinct nomade, éditions Germes de barbarie.

...............................

Claude Nougaro, Prisonnier des nuages.

 

 

11 novembre 2021

Carnet / 11 novembre

11 novembre,littérature, viry, jura, franche comté, oyonnax, ain, rhône-alpes, france, europe, commémoration, 14-18, sdf, ordre établi, nouveau conformisme, engagement, vie privée, paix, sécurité, paix sociale, occident, individu, notion d'individu, anatole france,première guerre mondiale,blog littéraire de christian cottet-emard,prairie journal,carnets,éditions orage lagune express

11 novembre,littérature, viry, jura, franche comté, oyonnax, ain, rhône-alpes, france, europe, commémoration, 14-18, sdf, ordre établi, nouveau conformisme, engagement, vie privée, paix, sécurité, paix sociale, occident, individu, notion d'individu, anatole france,première guerre mondiale,blog littéraire de christian cottet-emard,prairie journal,carnets,éditions orage lagune express

11 novembre,littérature, viry, jura, franche comté, oyonnax, ain, rhône-alpes, france, europe, commémoration, 14-18, sdf, ordre établi, nouveau conformisme, engagement, vie privée, paix, sécurité, paix sociale, occident, individu, notion d'individu, anatole france,première guerre mondiale,blog littéraire de christian cottet-emard,prairie journal,carnets,éditions orage lagune express

Détails de tombes de jeunes soldats de la première guerre mondiale dans un cimetière de village (photos Christian Cottet-Emard)

Au lieu des bannières tricolores pavoisant les villes, ce sont des drapeaux noirs qu’on devrait déployer, pour que plus personne ne puisse oublier que dans cette immense escroquerie de la guerre, les vies de millions d’hommes ont été fauchées par les munitions fabriquées par leurs proches, leurs épouses, leurs collègues non mobilisés, leurs anciens chefs trop vieux pour partir à l’abattoir mais à la manœuvre dans les usines. Pendant que les chanteurs de variétoche à deux balles de l’époque voire les compositeurs officiels « contribuent à l’effort de guerre » par des chansons et des musiques de propagande, les affaires continuent. Pour les patrons d’industrie lourde, elles ne sont même jamais si florissantes. Voilà pourquoi vous mourrez, pauvres gars envoyés au front à coup de bottes de gendarmes dans le derrière. Même le vieil Anatole France l’a écrit : « On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels. » carnet,note,journal,matin,petit matin,cafetière,croissant,pain,boulangerie,prairie-journal,écriture de soi,autobiographie,journal intime,11 novembre,morale,france musique,christian cottet-emard,radio,littérature,radio,viry,jura,franche comté,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,commémoration,centenaire 14-18,sdf,ordre établi,nouveau conformisme,engagement,vie privée,paix,sécurité,paix sociale,occident,individu,notion d'individu,anatole france,js bach,café,petit déjeuner

Aujourd’hui encore, après avoir connu l’après soixante-huit où les commémorations tricolores énervaient presque tout le monde, je suis déçu et inquiet du retour de ces effets de manche patriotiques, de cette façon de parler de la guerre au moyen de vieux clichés qu’on croyait définitivement ringardisés. Bien sûr, les journalistes sont trop souvent les premiers à resservir cette soupe en osant encore parler de « morts au champ d’honneur » mais les politiques ne sont pas en reste...

 

11 novembre,littérature,viry,jura,franche comté,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,commémoration,14-18,sdf,ordre établi,nouveau conformisme,engagement,vie privée,paix,sécurité,paix sociale,occident,individu,notion d'individu,anatole france,première guerre mondiale,blog littéraire de christian cottet-emard,prairie journal,carnets,éditions orage lagune expressExtrait de mon livre Prairie Journal (Carnets 2006-2016), éd. Orage-Lagune-Express.

Renseignements, commandes et demandes de services de presse : éditions Orage-Lagune-Express

Pour les personnes de ma région, ce livre est aussi disponible à la médiathèque municipale d'Oyonnax (Ain), au centre culturel Aragon.

06 septembre 2021

Carnet / Naufrage

carnet,note,journal,chronique,billet,humeur,politique,gauche,bobos,manifestation,cortège,blog littéraire de christian cottet-emard,situation sanitaire,pandémie,christian cottet-emard,nouvelles du front,france,maladie,décadence,trahison,pouah !

Il m’a fallu atteindre mon âge pour voir ça : la gauche mécontente parce qu’il y a des manifestations populaires ! Cerise sur le gâteau, j’ai lu hier sur le blog d’une auteure négligeable sur le plan littéraire mais intéressante d’un point de vue sociologique que cette dame se plaignait d’entendre « brailler les manifestants anti-pass sanitaire sous ses fenêtres » . « Brailler » , tel est bien le verbe qu’elle emploie.

Pour ma part, cela fait cinquante ans que j’entends brailler les porteurs de pancartes de cette gauche et de ses variants les plus farfelus sous l’action desquels elle finit en eau de bobo et qui fait la ronde au seuil des mairies et des préfectures pour pratiquer l’indignation sélective.

Hier, c’étaient les bourgeois qui s'offusquaient d’entendre brailler les manifestants, aujourd’hui, ce sont les vieux gauchos ! Ils sont si occupés à leur peur de mourir qu’ils ne voient même plus qu’on a créé à leur nez et à leur barbe des citoyens de seconde zone. Ce qui était le cauchemar de leur jeunesse est l’idéal de leur vieillesse. Pouah !