Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juin 2022

Carnet / Du moment à poème

carnet,note,journal,littérature,poésie,autobiographie,moment à poème,épiphanie,présence au monde,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,écriture,conscience,perception,sensation,sentiment,instant,présent,passé,avenir,quotidien,mystère,conscience de soi,individualité,analyse,réflexion,introspection,vie intérieure,forêt,sapins,épicéas,lac,route,beaux jours,lumière,matin,cabane forestière,poêle à bois,lampe à pétrole,années soixante,espace,temps,or,diamant,étoile,hiver,décembre

Il m’arrive d’évoquer ce que j’appelle un moment à poème. Voilà qui mérite une définition précise.
 
Ce que je nomme ainsi, faute de mieux, est un épisode de la vie, rare, souvent assez bref mais pas forcément fugace, au cours duquel les conditions se réunissent pour que naisse un poème, y compris pour quelqu’un qui n’écrit pas de poésie ou qui n’écrit pas du tout mais qui a, comme beaucoup de monde, une nature poétique ou tout au moins une forme de conscience qui s’en approche, ce qui fait encore plus de monde.
 
Je crois que n’importe qui peut vivre un moment à poème sans y prêter beaucoup d’attention ou sans s’en apercevoir tout de suite mais il suffit de se montrer attentif au discours d’un individu pour parvenir parfois à en détecter un dans son récit, le plus souvent dans le récit de ses souvenirs. Le moment à poème a beaucoup à voir avec un sentiment de plénitude intellectuelle, affective et physique bien qu’il ne relève pas d’une forme de spiritualité particulière et encore moins d’une illumination mystique ou simplement philosophique.
 
Le moment à poème survient dans un contexte très concret voire carrément dans le quotidien mais c’est justement aux limites du cadre du quotidien, un petit peu comme un enfant déborde dans ses coloriages, que l’épisode se produit dans une sorte de bulle temporelle et dans un espace qui semble lui aussi se modifier, même de la manière la plus infime. La seule certitude est qu’il se passe quelque chose et que cela restera inscrit dans la conscience et dans la mémoire jusqu’à la fin de la vie. Le moment à poème est un état très affuté de la conscience positive car s’il contenait ne fût-ce qu’une once de négativité, il n’entrerait pas dans la définition et n’aurait de la sorte ni intérêt ni bénéfice à rester gravé aussi durablement dans l’esprit. Alors serait-ce tout simplement ce qu’on appelle un moment de bonheur ou de grâce ? Pas seulement.
 
Les moments de bonheur peuvent être nombreux, aisément identifiables et aussi faciles à expliquer qu’à décrire, ce qui n’est pas le cas du moment à poème. La conscience du moment à poème ne navigue pas sur les eaux troubles de la nostalgie parce qu’en un tel cas, il serait prisonnier du passé; or cet épisode qu’on ne peut pas qualifier de révélation mais plutôt d’épiphanie si l’on veut se rapprocher d’une définition plus adaptée, se caractérise par l’intensité de son éclat et de sa permanence dans le temps d’une vie humaine dans laquelle il brille comme l’or, le diamant ou l’étoile, même s’il naît du quotidien le plus humble. L'une des principales caractéristiques de cette expérience est une sensation de parfaite présence au monde et d'adéquation avec l'environnement dans lequel elle survient.
 
J’ai identifié un moment à poème dans la vie de plusieurs membres de ma famille. Ils en vécurent peut-être d'autres au cours de leur existence ainsi qu'il en est dans la mienne. En ce qui me concerne, la pratique de l'écriture qui est une sorte de vie multiple m'aide à les détecter.
 
Pour un de mes oncles, ce fut un matin clair, très tôt, en voiture sur une petite route baignée de la lumière des beaux jours. Pour ma mère, ce fut au bord d'un lac qui n'est presque plus accessible aujourd'hui. Pour mon père, ce fut dans la forêt en hiver. C’était beaucoup plus qu’un souvenir. Il racontait qu’avec quelques camarades, au début des années soixante, il avait passé une journée à aider un ami à couper des épicéas et des sapins sur sa parcelle forestière pour le Noël de la paroisse. L’activité s’était prolongée jusqu’au soir de ce début décembre et dès la nuit tombée, une nuit très froide et très étoilée, le petit groupe avait fini la soirée par un casse-croûte et un vin chaud dans la cabane forestière, autour du poêle à bois et dans le halo de la lampe à pétrole. Mon père a eu une vie austère et semée d’embûches mais ce moment qu’il évoquait parfois avec une sorte d’étonnement était à l’évidence un des creusets de sa jeunesse, de son élan vital, de sa présence au monde et de son espérance en l’avenir. Bien que doté d’un esprit rationnel et d’une intelligence qui le portait plus vers les techniques et les sciences que vers la poésie, il avait réalisé que ce moment serait unique et qu’il le resterait jusqu’au bout ainsi que le lui murmurait cette voix discrète qu’est la nature poétique présente dans la noblesse de chaque esprit élevé.
 
 
 
 

08 février 2022

Carnet / Facilité = Félicité

carnet,note,journal,livres,littérature,écriture,facilité,félicité,blog littéraire de christian cottet-emard,auteur,christian cottet-emard,atelier,travail,effort,pénibilité,lecture,lecteur,lectrice,pages,photo,feuille,gouttes d'eau,inspiration,transpiration,élan vital,dictée

J’ai tellement horreur du travail que je fais tout mon possible pour le dissimuler dans mes livres. Je voudrais qu’à leur lecture, on puisse croire que chacun d’entre eux s’écrit tout seul, sans effort de ma part, comme sous la dictée, comme si l'élan d’un moment faisait de moi son instrument d’écriture.
Si quelqu’un me dit : ce livre a dû te demander beaucoup de travail, je suis un peu contrarié et vexé parce que pour moi, cela signifie que mon ouvrage a exigé du lecteur un effort, c’est-à-dire quelque chose de pénible.
Même si je sais que l’inspiration n’a qu’un petit rôle, je ne veux pas laisser le premier à la transpiration. Je ne veux pas que les relents de l’effort qui ne sent jamais la rose s’exhalent de mes pages.
 
Photo / En regardant par terre, sur la terrasse (avec mon modeste appareil Lumix).
 

#christiancottetemard #litterature #livre #effort #travail

12 janvier 2022

Carnet / De l'air !

colère,espoir,péril,lecture,paysage,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,christian cottet-emard,neige,hiver,jim harrison,écriture,hölderlin

colère,espoir,péril,lecture,paysage,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,christian cottet-emard,neige,hiver,jim harrison,écriture,hölderlin

colère,espoir,péril,lecture,paysage,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,christian cottet-emard,neige,hiver,jim harrison,écriture,hölderlin

Là ou croît le péril, croît aussi ce qui sauve (Hölderlin)

 

Dans cette atmosphère viciée de défaite et de trouille obscène dans laquelle se vautre une partie de ce pays consentant voire applaudissant à son asservissement, je cherche un bol d'air frais les jours où l'espoir tangue. Je commence l'année avec la dose de vitalité, d'agressivité et de colère qu'il faut mais comme toujours, je sais que cette colère doit rester froide pour être saine et belle. Mes paysages et mes lectures m'y aident, je suis conscient de cette chance.

Ma lecture-oxygène actuelle :

colère,espoir,péril,lecture,paysage,blog littéraire de christian cottet-emard,campagne,christian cottet-emard,neige,hiver,jim harrison,écriture,hölderlin

Photos de paysages : vues de la fenêtre de mon bureau à différentes heures (prises au petit bonheur avec mon modeste Lumix)