Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 novembre 2017

Carnet de voyage / Novello

carnet de voyage,italie,venise,vin nouveau,novello,beaujolais,billa,zattere,lagune vénitienne,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,bar à vin,cicchetti,voyage en italie,carnet,note,journal,christian cottet-emard,élégance italienne,philippe sollers,éditions orage-lagune-express,navire le berlin,quai,automne à venise,novembre à veniseL’élégance italienne pétille jusque dans le vin. En France, nous avons le vin prolétaire ou bourgeois, rarement aristocratique. En Italie, c’est la convivialité qui prévaut et qui réunit le plus souvent autour d’un seul verre les trois adjectifs que je viens d’enchaîner à propos de la dégustation à la française.

J’en veux pour exemple ces bars à vin dont les italiens ont le secret, notamment ceux de Venise où mon séjour d’automne 2004 s’était prolongé peu après la date à bien des égards fatidique du beaujolais nouveau. Une journée de promenade, avec un seul arrêt panini dans un minuscule café familial à deux pas de la librairie française, ne pouvait annoncer une soirée au régime sec, surtout dans une ville où la conduite en état d’ivresse est impossible à moins de piloter un bateau.

carnet de voyage,italie,venise,vin nouveau,novello,beaujolais,billa,zattere,lagune vénitienne,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,bar à vin,cicchetti,voyage en italie,carnet,note,journal,christian cottet-emard,élégance italienne,philippe sollers,éditions orage-lagune-express,navire le berlin,quai,automne à venise,novembre à venise

Parti le matin des Zattere (un voyageur un peu expérimenté sait que c’est le plus bel endroit de l’univers, écrit Philippe Sollers dans son Dictionnaire amoureux de Venise), je me retrouvai maintenant, à la nuit tombée, à mon point de départ, avec derrière moi, un arbre incongru et un grand navire à quai, le Berlin, et un peu plus loin à ma gauche l’entrée baignée d’un halo de néon du Billa local, les vénitiens ayant besoin comme vous et moi d’une supérette où s’approvisionner, même au coeur du délire architectural des palais et des clochers, en conserves, fruits et légumes, huile, vinaigre, pâtes et autres denrées quotidiennes et ustensiles divers aussi indispensables à la vie humaine que la poésie et les arts. Au rayon des boissons, je trouvai même du beaujolais nouveau auquel je choisis de préférer le primeur italien laconiquement étiqueté Novello. (J’ai séché les bouteilles à peine revenu dans mes montagnes et je garde un bon souvenir de ce petit nouveau dont le flacon ne cherchait en aucune façon à se prévaloir de bien étranges accointances avec je ne sais quelles framboises ou bananes).

Je passai déposer mes emplettes à mon hôtel tout proche pour repartir aussi sec, c’est bien le mot, à l’abordage de ces petits vaisseaux naviguant dans la joyeuse soirée vénitienne que sont les bars à vin où les risques de tangage ne concernent pas le navire mais les passagers. Une fois franchie l’écluse des premiers gorgeons accompagnés de cicchetti, on se souviendra sans en faire une obsession des quais et des ponts vers lesquels refluent presque toujours une ou deux vaguelettes de buveurs naturellement portés, le verre à la main, à l’extérieur du très exigu théâtre des opérations de bonne bouche.

carnet de voyage,italie,venise,vin nouveau,novello,beaujolais,billa,zattere,lagune vénitienne,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,bar à vin,cicchetti,voyage en italie,carnet,note,journal,christian cottet-emard,élégance italienne,philippe sollers,éditions orage-lagune-express,navire le berlin,quai,automne à venise,novembre à venise

Il serait en effet dommage, après avoir commencé en beauté en s’hydratant les intérieurs de finir tout mouillé à l’extérieur à cause d’un malencontreux plongeon dans le canal, ce qui soit dit en passant, signe le touriste en goguette ou pire encore, le goulu qui ne sait pas boire.

(Extrait de mon carnet de voyage en Italie, © Éditions Orage-Lagune-Express)

Photos : image verre et bouteille empruntée ici.

Navire le Berlin à quai sur les zattere ce beau soir de novembre 2004 (photo Christian Cottet-Emard)

Léger tangage sur un petit pont vénitien assez près d'un bar (photo Christian Cottet-Emard)

 

05 novembre 2017

Carnet / Des livres achetés et des manuscrits reçus

il y avait des rivières infranchissables,marc villemain,éditions joelle losfeld,la foi d'un écrivain,joyce carol oates,éditions philippe rey,collection fugues,livres,manuscrits,édition,librairie montbarbon,bourg-en-bresse,ain,librairie des arcades,lons-le-saunier,jura,blog littéraire de christian cottet-emard,grand café le strasbourg,christian cottet-emard,brasserie,promenade,rêverParmi mes récents achats chez Montbarbon à Bourg-en-Bresse et à la librairie des Arcades à Lons-le-Saunier, deux livres que je veux tout de suite conseiller : Il y avait des rivières infranchissables (nouvelles) de Marc Villemain, éd. Joelle Losfeld, et La Foi d’un écrivain (essais) de Joyce Carol Oates, éd. Philippe Rey.

il y avait des rivières infranchissables,marc villemain,éditions joelle losfeld,la foi d'un écrivain,joyce carol oates,éditions philippe rey,collection fugues,livres,manuscrits,édition,librairie montbarbon,bourg-en-bresse,ain,librairie des arcades,lons-le-saunier,jura,blog littéraire de christian cottet-emard,grand café le strasbourg,christian cottet-emard,brasserie,promenade,rêverEn cette période automnale à laquelle mon rythme de lecture s’intensifie toujours, je lis aussi pas mal de manuscrits que me confient mes amis. Même si je mets longtemps à répondre, je tiens à ce que celles et ceux qui m'offrent cette grande marque de confiance sachent que je suis très touché de ces envois et que je réserve la plus grande attention à leurs ouvrages. Les textes que j’ai récemment reçus par mail me donneraient envie de reprendre même très modestement une activité d’édition mais bien que je dispose de tout mon temps libre, il me faudrait des journées doubles pour ne pas avoir l’œil sur la montre. Les amis concernés se reconnaîtront, qu’ils me pardonnent ma lenteur, c'est que j'ai aussi d'autres activités, comme celle-ci par exemple  (!) :

 

il y avait des rivières infranchissables,marc villemain,éditions joelle losfeld,la foi d'un écrivain,joyce carol oates,éditions philippe rey,collection fugues,livres,manuscrits,édition,librairie montbarbon,bourg-en-bresse,ain,librairie des arcades,lons-le-saunier,jura,blog littéraire de christian cottet-emard,grand café le strasbourg,christian cottet-emard,brasserie,promenade,rêver

07 octobre 2017

Salon du livre d'Attignat : après les feuilles d'automne, les pages d'automne

salon du livre attignat,ain,rhône-alpes auvergne,christian cottet-emard,dragon ange et pou,tu écris toujours ?,blog littéraire de christian cottet-emard,paysage,photo,feuilles d'automne,mariage d'automne,prairie journal,carnet,journal,nouvelles,littérature,éditions le pont du change,éditions germes de barbarie,jura,roches d'orvaz,promenade,nature,saison,signature,dédicace

Je serai présent ce dimanche 8 octobre après-midi au salon du livre d'Attignat dans l'Ain sur le stand des éditions le Pont du change pour signer mes ouvrages Tu écris toujours ? (chroniques littéraires humoristiques, Dragon, ange et pou (nouvelles fantastiques et humoristiques), ainsi que Prairie journal (carnets, journal intime) et Mariage d'automne (nouvelles sentimentales).

Pourquoi l'après-midi ? Parce que je n'ai pas envie de me lever tôt le dimanche et que j'ai l'habitude de prendre mon temps au petit déjeuner suivi d'assez près par le déjeuner.