Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 décembre 2021

Aujourd'hui, deuxième dimanche de l'Avent

avent,cantate,bach,premier dimanche de l'avent,couronne,christian cottet-emard,couronne de l'avent,quatre bougies,première bougie,temps de l'avent,culture chrétienne,occident,mon poème de l'avent,blog littéraire de christian cottet-emard,recueillement,bougie,attente,veille,deuxième dimanche de l'aventavent,cantate,bach,premier dimanche de l'avent,couronne,christian cottet-emard,couronne de l'avent,quatre bougies,première bougie,temps de l'avent,culture chrétienne,occident,mon poème de l'avent,blog littéraire de christian cottet-emard,recueillement,bougie,attente,veille,deuxième dimanche de l'avent

En musique ici.

 

28 novembre 2021

Adventus

avent,cantate,bach,premier dimanche de l'avent,couronne,christian cottet-emard,couronne de l'avent,quatre bougies,première bougie,temps de l'avent,culture chrétienne,occident,mon poème de l'avent,blog littéraire de christian cottet-emard,recueillement,bougie,attente,veille

Aujourd'hui, premier dimanche de l'Avent.

 

La couronne

D’épicéa et de laurier
Sertie de pommes de pin de houx et de gui
Elle luira dans la nuit attendue de quatre petites flammes
Telle est la seule couronne dont chacun peut rêver

(Bref extrait de mon Poème de l'Avent, © Éd. Orage-Lagune-Express).

Et en musique, ici.

 

06 juillet 2020

À la fenêtre la nuit d'été

estime-toi heureux, aux grands jours, quatre songeries du ciel ouvert, épilogue, ©club, ©orage lagune express, ©blog littéraire de christian cottet-emard, été,christian cottet-emard, dépôt n°, archive n°, office notarial m, empreinte électronique n°, n°issn 2266-3959, parc rené nicod, oyonnax, ain, rhône-alpes auvergne, haut bugey, france, europe,rue,chat,lampadaire,veille,chambre,insomnie,frédéric guénot,dessin,le grand variable,feuilleton,revue salmigondis

Tard dans la nuit d'été, la fenêtre de ma chambre s’ouvre sur un monde secret qui n’a pourtant rien d’extraordinaire.

 

La rue devient-elle étonnante parce que les gens dorment ?

 

Dans l’ombre, plus personne ne s’inquiète du chat noir qui traverse entre deux lampadaires, il a même toute sa place au moins jusqu’à l’aube laborieuse des superstitieux.

 

Je vois briller ses yeux depuis le balcon lorsqu’il entend le clic de mon briquet.

 

Peut-être me croit-il près du ciel comme un oiseau nocturne alors que j’essaie de me rapprocher de la terre pleine de promesses.

 

© Club, Orage-Lagune-Express et Blog littéraire de Christian Cottet-Emard, ISSN 2266-3959.

Image : je reprends ce dessin de Frédéric Guénot pour illustrer un texte de la série de mes Quatre songeries du ciel ouvert intégrée à la fin de mon recueil à paraître intitulé Aux grands jours. À l'origine, ce dessin avait été choisi pour la publication en feuilleton dans la revue Salmigondis de mon livre Le Grand variable (éditions Éditinter, épuisé).