Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 novembre 2021

La lune du temps

 
Ah ! la Lune, la Lune m’obsède...
Croyez-vous qu’il y ait un remède ?
 
- Jules Laforgue -
(L’imitation de Notre-Dame la Lune)
 

estime-toi heureux,recueil,christian cottet-emard,poème,poésie,littérature,blog littéraire de christian cottet-emard,la lune du temps,astre,nuit,ciel,rêverie,lune,nuages,éditions orage lagune express,nuit,automne,printemps,saison,vitre,jeunesse,vacances,coton,passé,présent,avenir,dessin,frédéric guénot,dessinateur

Dessin : Frédéric Guénot

 
Une nuit d’automne comme une nuit de printemps et la lune à travers la vitre de la salle de bain.
 
 
Elle éclaire tout le ciel qui veut être en cette heure une prairie de coton.
 
 
Puisqu’il faut à l’homme trois jours pour y poser les pieds, voir la lune serait une manière de voir l’avenir.
 
 
La lune me fait toujours le même effet qu’à mes seize ans lors des soirs de cet âge quand on croit rêver alors qu’on vit.
 
 
Presque un demi-siècle a passé et je la vois comme à seize ans, comme si rien ou si peu n’avait bougé
 
 
dans ma vie semblable en son meilleur à cette nuit très claire
 
 
et vaste comme la jeunesse en vacances.
 
 
Voir ainsi la lune reviendrait à voir aussi le passé
 
 
et peut-être la lune est-elle une machine à voyager dans le temps.
 
 
Extrait de mon recueil Estime-toi heureux. © Éd. Orage-Lagune-Express.
 

25 octobre 2021

L’ami de la poésie

estime-toi heureux©,poésie,ami de la poésie,recueil,christian cottet-emard,© éditions orage lagune express,blog littéraire de christian cottet-emard,cocotte,danseuse,poète,campagne,nuit,froid,vache,étable

Il va bien falloir que je pense à la poésie

ainsi que je l’ai certes fait toute ma vie.

Mais il me faut aussi penser à elle autrement.

Oh elle m’a donné de beaux moments en tant que lecteur

Comme poète ? Quoi ?

Une danseuse, la poésie,

qui a moins donné au poète qu’une cocotte.

Eh oui, c’est ainsi que je pense parfois à la poésie aujourd’hui.

Ah, la vache, la poésie !

Mais la poésie n’est pas une vache, hélas.

Au moins une vache donne du lait et si l’on se perd dans la campagne par une nuit froide

et qu’on trouve une étable où s’abriter

elle donne aussi de la chaleur si l’on se blottit contre elle.

Mais si l’on s’endort contre la poésie sous le gel sans pitié d’une nuit

on meurt non pas comme un chien mais pire encore

comme un foutu poète.

 

Extrait de mon recueil Estime-toi heureux. © Éd. Orage-Lagune-Express, 2021.

Photo © Christian Cottet-Emard

16 avril 2021

HERMES BABY de Jean-Jacque Nuel

service de presse,hermes baby,jean-jacques nuel,éditions la boucherie littéraire,collection carné poétique,antoine gallardo,poésie,littérature,machine à écrire hermes baby,outil d'écriture,recueil,édition,publication,blog littéraire de christian cottet-emard,chronique,note de lecture,christian cottet-emard

Hermes Baby, ma machine à écrire de Jean-Jacques Nuel. Éditions La Boucherie littéraire. 10 €.

 

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme... » ? Dans l’œuvre littéraire de Jean-Jacques Nuel, la réponse à la question d’Alphonse est oui.

Marques de leurs époques, les petites mécaniques de notre quotidien mènent la sarabande entre les lignes des nombreux livres de l’auteur désormais retiré dans la région de Cluny. La machine à écrire portative au nom qui fait rêver ne pouvait échapper à l’hommage de son propriétaire qui lui dresse un éloge plein d’esprit et de tendresse dans cet élégant et court recueil décrit par l’éditeur comme un livre-objet hybride à mi-chemin entre le carnet blanc et le livre imprimé.

Jean-Jacques Nuel se souvient qu’il avait à peine dix-sept ans lorsqu’il avait acheté cette machine : « Je lui avais donné le diminutif affectueux de Baby comme à une petite amie » . Comme dans bien d’autres livres de Nuel, c’est du rapport souvent décalé entre les rêves et les réalités mêlées de la vie et de l’écriture qu’il s’agit dans ce texte en forme de prélude à ceux de la deuxième partie du recueil. On y retrouve les figures de l’écrivain contrarié « entre les 4 murs de la littérature » où arrivent les lettre de refus. Procédons à un bref retour chariot annoncé par « le tintement clair de la sonnette » de Baby et relisons ces pages : « J’aurais dû m’inspirer de sa solidité, sa simplicité, sa fiabilité, sa fidélité, sa patience, son endurance, sa résistance, qualités indispensables pour un écrivain » .

Jean-Jacques Nuel sait de quoi il parle et, comme sa vaillante Baby, il n’a pas démérité.

 

Note / La machine à écrire portative Hermès Baby évoquée par Sébastien Siraudeau du journal Le Parisien :

Ultraportable ! Avec sa coque au toucher granité dotée d'une poignée rétractable, l'Hermès Baby — nommée aussi Poids plume ou Rocket Hermès — est la star des machines portatives du XXe siècle. Commercialisée en 1935 par le suisse Paillard, elle supplante Underwood sous les doigts des écrivains nomades, dont Ernest Hemingway. Les modèles des années 1950 « vert tilleul »(photo) sont les plus populaires. Elle sera fabriquée à plus de 4,5 millions d'exemplaires jusqu'au rachat de l'entreprise par Olivetti dans les années 1980.

service de presse,hermes baby,jean-jacques nuel,éditions la boucherie littéraire,collection carné poétique,antoine gallardo,poésie,littérature,machine à écrire hermes baby,outil d'écriture,recueil,édition,publication,blog littéraire de christian cottet-emard,chronique,note de lecture,christian cottet-emard