Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2021

Aujourd'hui, quatrième dimanche de l'Avent

avent,cantate,bach,premier dimanche de l'avent,couronne,christian cottet-emard,couronne de l'avent,quatre bougies,première bougie,temps de l'avent,culture chrétienne,occident,mon poème de l'avent,blog littéraire de christian cottet-emard,recueillement,bougie,attente,veille,deuxième dimanche de l'aventavent,cantate,bach,premier dimanche de l'avent,couronne,christian cottet-emard,couronne de l'avent,quatre bougies,première bougie,temps de l'avent,culture chrétienne,occident,mon poème de l'avent,blog littéraire de christian cottet-emard,recueillement,bougie,attente,veille,deuxième dimanche de l'avent

culture chrétienne, religion chrétienne, occident, attente de noël, christian cottet-emard, chant, musique, chorale, blog littéraire de christian cottet-emard,temps de l'avent,occident,musique,occident chrétien

avent,cantate,bach,premier dimanche de l'avent,couronne,christian cottet-emard,couronne de l'avent,quatre bougies,première bougie,temps de l'avent,culture chrétienne,occident,mon poème de l'avent,blog littéraire de christian cottet-emard,recueillement,bougie,attente,veille,deuxième dimanche de l'avent

Un extrait de mon poème de l'Avent :

 

La patience et les rêves passent sous la lanterne

 

 

L’hellébore noir attend l’hiver près des futaies

 

pour devenir la rose de Noël

 

 

Près de l’autel la flamme de la bougie attend la nuit

 

pour ouvrir l’ombre comme un livre

 

 

Nées l’une et l’autre de lointains obscurs elles

 

regardent très haut vers les voûtes où se dissipent

 

les effluves

 

de la forêt et de l’encens

 

 

Et c’est à l’heure la plus sombre où elles vacillent que

 

le vieux monde va s’éclairer et rajeunir

 

© Éditions Orage-Lagune-Express, tous droits réservés.

 

Et en musique :

 

Jean-Sébastien Bach, Cantate BWV 132

 

« Bereitet die Wege, bereitet die Bahn / Préparez

 

les chemins, préparez la voie ! » - 22 décembre 1715

 

(Weimar) 4e Dimanche de l’Avent.

 

01 novembre 2021

Mon quatrième poème de la Toussaint et du jour des Défunts (extrait)

poésie,toussaint,jour des défunts,fêtes chrétiennes,culture chrétienne,occident,christian cottet-emard,encens,marbre,bruyère,estime-toi heureux,éditions orage-lagune-express,droits réservés,office notarial,dépôtn°,blog littéraire de christian cottet-emard,quatrième poème de la toussaint

À la Toussaint, mon esprit est la maison que je veux accueillante et joyeuse pour mes défunts,
 
 
la douce maison des morts
 
 
tant je fus toute ma vie heureux et choyé dans leurs terrestres demeures.
 
 
Je les attends comme ils m’ont espéré
 
 
s’ils veulent bien venir au seuil de ma mémoire
 
 
et ni la nuit ni le froid ne m’atteignent quand je leur ouvre ma porte
 
 
car je ne vois dehors dans le vent que l’envol des feuilles d’automne qui fut leur danse enfantine et leur grande valse.
 
 
Je les connais tous, même ceux qui sont nés et ont vécu lorsque je n’étais pas encore parce que nous parlons d’eux autour de la grande table.
 
 
Comme ce grand récit nourrit bien, autant que les mets et les vins,
 
 
et qu'il est bon de rire de leurs rires et de pleurer de leurs larmes.
 
 
 
Extrait de : Encens, marbre et bruyère, ensemble intégré à mon recueil Estime-toi heureux. © Éd. Orage-Lagune-Express.
Feuilles d'automne sur la route forestière (photo MCC)
 

02 mars 2021

Carnet / L'instant du voyage

carnet,note,journal,carnet de voyage,prairie journal,escapades,album photo escapades,éditions orage-lagune-express,christian cottet-emard,portugal,lisbonne,lisboa,europe,instant

Être disponible à l'instant et le revivre en pensée plus tard, tel est le plaisir du voyage. Le retour sur l'instant passé n'est pas seulement un souvenir mais une sorte de double vie. Quelques jours ou des années voire des décennies peuvent séparer un bel instant d'un autre. Parfois, l'instant unique, réel et revécu en rêve éveillé, devient alors comme une maison du retour dont on peut franchir le seuil à volonté, l'esprit léger.

 

Texte extrait de l'album photo Escapades, de mon recueil Carnets de voyage et du premier volume de mon livre Prairie Journal (carnets 2006-2016) © éditions Orage-Lagune-Express.

Photo : Lisbonne, 2014 (photo Christian Cottet-Emard).