Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 décembre 2017

Dans mes haies : l'hiver et l'automne du fusain (bonnet d'évêque)

fusain,automne,hiver,saisons,blog littéraire de christian cottet-emard,interlude photo,photographie,image,christian cottet-emard,campagne,nature,jura,promenade,chez moi

Fusain l'hiver dans mes haies.

fusain,automne,hiver,saisons,blog littéraire de christian cottet-emard,interlude photo,photographie,image,christian cottet-emard,campagne,nature,jura,promenade,chez moi

Le même cet automne

(Photos Christian Cottet-Emard)

 

17 décembre 2017

Esquisse pour mon poème du troisième dimanche de l'Avent

estime-toi heureux,occident,culture chrétienne,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes d'inspiration chrétienne,avent,période de l'avent,noël,cloches,village,église,chapelle,clocher,forêt,campagne,grande ville,carillon,fêtes chrétiennes,grand solemnel,notre-dame de paris,campanone,basilique saint-pierre du vatican,rome

Les cloches

De ma prairie comme d’un îlot je vois l’église de mon village croiser dans le flot des nuées

 

Le clocher est le mât dans les jours calmes ou de tempête

 

Et voici dans la brise ou le vent l’alerte joyeuse des cloches

 

Celle du hameau dans la forêt où l’ombre tremble autour d’un cierge

 

Aussi le carillon des grandes villes qui pétillent en attente de la Fête

 

Et pour les temps de gloire Grand Solemnel de Notre-Dame et Campanone de Saint-Pierre

 

Photo : Cloches à Porto (photo Christian Cottet-Emard)

 

05 décembre 2017

Carnet / Veille

carnet,note,journal,veille,neige,nuit,épicéa,frêne,ciel,crépuscule,bleu indigo,blog littéraire de christian cottet-emard,nature,inquiétude,loisir,campagne,temps,hiver,christian cottet-emard

Ce soir au crépuscule, on aurait dit que le ciel voulait entrer dans la maison, vite, juste le temps d’une visite fastueuse et silencieuse. La nuit, la clarté des champs enneigés éclaire la moindre ramure de frêne et, sous un ciel bleu indigo, dessine en ligne claire les contours de chaque épicéa sur le flanc de la montagne. Un brusque et léger redoux apporte au parfum de la neige une note fugace d’herbe et de résine aussitôt masquée par l’odeur de la fumée d’une bûche qui s’enflamme plus lentement que les autres. Je referme la fenêtre entrouverte et je veille parce que j’en ai aussi bien l’inquiétude que le loisir.

Photo : hier soir chez moi au crépuscule (photo Christian Cottet-Emard)