Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juin 2017

Interlude

interlude,flemme,sieste,brouette,pré,campagne,ciel,nuage,été,blog littéraire de christian cottet-emard

Grosse flemme

interlude,flemme,sieste,brouette,pré,campagne,ciel,nuage,été,blog littéraire de christian cottet-emard

Sieste

 

16 mars 2017

Poèmes du bois de chauffage / L’éclaircie nocturne

estime-toi heureux,poèmes du bois de chauffage,éditions orage-lagune-express,christian cottet-emard,la cafetière,cafetière italienne,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes narratifs,photo cafetière,petit déjeuner,matin,chat,tombe,sépulture,éclaircie nocturne,clair de lune,nuages,campagne,ciel,troupeaux,étoiles filantes,vœux,haies,bois vert,bûches,merle,feuilles,âme,feu de joie,prés,herbe mouillée

Après la pluie du jour le ciel est en désordre dans la nuit

Pauvres troupeaux transis qui soufflent qui soupirent dans l’herbe noire des prés mouillés

Moi je suis sous l’averse de mes vœux pieux et matérialistes provoquée par chaque étoile filante en l’éclaircie nocturne

C’est encore de la vie ces feuilles sèches dans les haies où dorment jeunes et vieux merles

Une drôle de vie qui promet à chaque bois vert un lointain destin de bûche

Au bon plaisir d’âmes inquiètes et grises qui persistent à rêver contre toute évidence d’un feu de joie

 

Extrait de Poèmes du bois de chauffage, © Éditions Orage-Lagune-Express, 2017.

Ciel nocturne sur les frênes derrière chez moi (photo Marie)

 

08 mars 2017

Poème du bois de chauffage 1

poème du bois de chauffage,estime-toi heureux,éditions orage lagune express,christian cottet-emard,droits réservés,blog littéraire de christian cottet-emard,bois,bûche,jura,campagne,nature,poème narratif

Mais comment cette idée que je puisse m’appliquer à ranger le bois de chauffage a-t-elle pu te venir ?

Faut-il que ta vie soit un désert pour croire une seule seconde en l’importance et la nécessité de s’appliquer à des piles de bois dont on n’attend rien d’autre qu’elles restent au sec sans s’effondrer

Comment peux-tu penser qu’une telle idée ait pu germer aussi dans une tête comme la mienne ?

Une tête pleine de poèmes encore non écrits pleine d’espoirs déçus mais néanmoins splendides et glorieux

Une tête faite exprès par le Bon Dieu pour se remplir de saudade de chants de musique de somptueuses pensées lubriques et de rêves éveillés et solaires ?

Ou peut-être me prends-tu pour un Suisse appliquant sa technicité horlogère à la régularité et à l’esthétique de ses empilements de bûches ?

Ou bien as-tu fini par croire que j’étais devenu « un vrai jurassien » ou quelque chose comme ça ?

Alors que je suis à peine le reflet du miroir de la salle de bain des vitres et de la flaque de pluie sur la route forestière

© Éditions Orage-Lagune-Express 2013