Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 décembre 2019

Mon poème du deuxième dimanche de l'Avent (extrait)

avent,période de l'Avent,dimanches de l'Avent,noël,fêtes chrétiennes,culture chrétienne,occident,église catholique romaine,église,chrétienté,cloches,carillon,clocher,cierge,gloire,arche,nef,blog littéraire de christian cottet-emard,mes poèmes de l'avent,christian cottet-emard,deuxième dimanche de l'avent

De ma prairie comme d’un îlot je vois l’église de mon village croiser dans le flot des nuées

 

Le clocher est le mât dans les jours calmes ou de tempête

 

Et voici dans la brise ou le vent l’alerte joyeuse des cloches

 

Celle du hameau dans la forêt où l’ombre tremble autour d’un cierge

 

Aussi le carillon des grandes villes qui pétillent en attente de la Fête

 

Et pour les temps de gloire l'Arche et la Nef en un même vaisseau

 

Extrait de Mes poèmes de l'Avent, © Éditions Orage-Lagune-Express, 2017, tous droits réservés.

avent,période de l'Avent,dimanches de l'Avent,noël,fêtes chrétiennes,culture chrétienne,occident,église catholique romaine,église,chrétienté,cloches,carillon,clocher,cierge,gloire,arche,nef,blog littéraire de christian cottet-emard,mes poèmes de l'avent,christian cottet-emard,deuxième dimanche de l'avent

Photos : L'église de mon village vue depuis ma fenêtre. (Photos Christian Cottet-Emard)

05 décembre 2019

Carnet / Une leçon de Venise

carnet,note,journal,voyage,venise,italie,tourisme,italie promise,vénétie,blog littéraire de christian cottet-emard,vaporetto,christian cottet-emard,station vaporetto,arrêt vaporetto,canal,attente,atelier de fabrique,usine,clapot,moment à poème,épiphanies,année 80,vingtième siècle,souvenir,photo souvenir

Venise est bien sûr la ville de ce que j’appelle des moments à poèmes, ces étranges épiphanies somme toute assez rares dans une vie et qui surviennent aussi dans les endroits les plus inattendus. L’une d’elles a saisi le jeune homme flottant dans un imperméable gris à la mode des années 80 que j’étais ce soir-là dans un arrêt de vaporetto.

À l’intérieur de ces petites stations flottantes reliées au quai par une passerelle, règne à cette heure tardive une atmosphère d’atelier où l’on a oublié d’éteindre les néons.

C’est pourtant bien à l’éclairage jaunâtre des ateliers d’usine de ma bourgade d’origine, Oyonnax, que je pensais malgré moi avant d’entendre le moteur du vaporetto et le clapot sur sa coque.

Je ne sais pas précisément pourquoi cette pensée m’a rempli d’une joie aussi intense dans cet abri bercé par l’onde du canal et dont les vitres exposées aux embruns me renvoyaient le pâle reflet d’un jeune touriste insignifiant qui se prenait pour un roi du monde au seul prétexte qu’il était à Venise au lieu de croupir dans son lycée vétuste puis dans les locaux blafards de l’industrie où risquaient de déboucher des études trop tôt interrompues.

Je suis au moins certain qu’en ce qui me concerne, mon obsession de Venise n’est pas pour rien dans la chance qui m’a permis d’éviter ce funeste destin. Il ne s’agissait pourtant que de monter dans le dernier vaporetto du soir, celui qui, cependant, ne risque pas de vous emmener là où vous ne voulez pas aller.

 

Extrait de Carnet vénitien © Club et éditions Orage-Lagune-Express 2014.

Photo : Venise, années 80, en attendant le dernier vaporetto du soir. (photo M.)

 

29 novembre 2019

Carnet d'avant L'Avent

carnet,note,journal,autobiographie,humeur,huit jours sous une benne,avent,noël,illuminations,guirlandes,bougies,fêtes,christian cottet-emard,sapin de noël,crèche,fêtes chrétiennes,blog littéraire de christian cottet-emard,occident,culture chrétienne,mode de vie occidental,églises

À quelques jours de l'Avent, c'est toutes les années la même rengaine des blasés, des austères, des pisse-froid, des sévères, des ricaneurs, des snobs, des aigris, des constipés, de ceux qui se détestent eux-mêmes et qui veulent en faire profiter les autres, de ceux qui auraient besoin de passer huit jours sous une benne, la longue plainte des allergiques à Noël.

À chaque fois cela me rappelle cette lettre d’information du responsable d’une revue littéraire reçue voici quelques années et qui se termine ainsi : « Et ne vous laissez pas submerger par la tristesse de Noël. Je vous souhaite de survivre. »

Je suis impressionné par tant d’anticonformisme ! Normal, je fais partie des benêts un brin réacs qui aiment Noël et ses musiques. Sans pour autant me laisser ensevelir sous la pacotille des marchands du temple, sans exiger disneyland de ma commune, j’avoue adorer les guirlandes, les bougies et le sapin décoré de toutes les couleurs. Pire, bien qu’agnostique, je reconnais être encore ému par la crèche. Il m’arrive même de me débarrasser d’une pièce de monnaie pour allumer une veilleuse ou un cierge dans les églises.

Je n'y peux rien, je suis un homme simple !