Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 avril 2014

Hommage / Ma rencontre avec Pierre Autin-Grenier à Saint-Claude (Jura)

 

pierre autin-grenier,hommage,disparition,écrivain,toute une vie bien ratée,histoires secrètes,friterie bar brunetti,gallimard,l'arpenteur,la dragonne,laurence olivier four,blog littéraire de christian cottet-emard,styliste,folio,poche,saint-claude,jura,franche-comté,roland fuentès,christian cottet-emard,dédicace,écriture,littérature

pierre autin-grenier,hommage,disparition,écrivain,toute une vie bien ratée,histoires secrètes,friterie bar brunetti,gallimard,l'arpenteur,la dragonne,laurence olivier four,blog littéraire de christian cottet-emard,styliste,folio,poche,saint-claude,jura,franche-comté,roland fuentès,christian cottet-emard,dédicace,écriture,littérature

C’est à un comptoir de Saint-Claude (Jura), au printemps 2003, entre lectures publiques à la bibliothèque municipale et stations derrière les tables à dédicaces d’un festival de littérature et de bande dessinée animé par Roland Fuentès (qui a le génie de créer des liens entre les gens) que je trinquai avec Pierre Autin-Grenier dans ce fraternel bistrot, ce café de « la Frat » , ainsi qu’on le nomme là-bas.

Bref, comme disent tous les bavards, me voici donc invité à ce festival jurassien de littérature et de bande dessinée auquel participe Pierre Autin-Grenier que je lis depuis longtemps (depuis la fin des années 70) mais que je n’ai jamais rencontré.

Photo : votre serviteur (enfin pas trop quand même) avec Jean-Jacques Nuel (au centre, et qui s’était rasé de vraiment très très près ce matin-là) et Pierre Autin-Grenier (à droite de la photo, seulement de la photo). © Photo Marie-Christine Careddapierre autin-grenier,hommage,disparition,écrivain,toute une vie bien ratée,histoires secrètes,friterie bar brunetti,gallimard,l'arpenteur,la dragonne,laurence olivier four,blog littéraire de christian cottet-emard,styliste,folio,poche,saint-claude,jura,franche-comté,roland fuentès,christian cottet-emard,dédicace,écriture,littérature 

Peu de temps avant l’événement, je découvre des portraits de l’écrivain dans le magazine Le Matricule des anges (N°42) qui lui consacre la couverture et je me dis que ce poète en prose n’a pas l’air commode, surtout page 19 où il se balade avec un gros chien noir au profil aussi ronchon que celui de son maître.

Mais souvent, les photos mentent et l’homme que Roland et Emmanuelle Fuentès me présentent ce matin se révèle prodigue des « kilomètres d’amitié » qu’il m’offre, après ces deux journées jurassiennes empreintes de chaleur humaine et de franche rigolade, dans sa dédicace de Toute une vie bien ratée (Folio / Gallimard), amitié que je suis heureux de partager, fait rarissime, dès le premier contact.

pierre autin-grenier,hommage,disparition,écrivain,toute une vie bien ratée,histoires secrètes,friterie bar brunetti,gallimard,l'arpenteur,la dragonne,laurence olivier four,blog littéraire de christian cottet-emard,styliste,folio,poche,saint-claude,jura,franche-comté,roland fuentès,christian cottet-emard,dédicace,écriture,littératureCe Folio d’à peine 120 pages, je le garde précieusement et je suis toujours fier de le montrer car il est affligé d’un défaut de fabrication. Il lui manque six pages de texte imprimé que Pierre Autin-Grenier se fit un plaisir malicieux de remplir de sa belle écriture droite et régulière, l’écriture d’un homme qui aime prendre son temps et qui aime bien blaguer en signant VLR (Vive La révolution).

 

 

   

pierre autin-grenier,hommage,disparition,écrivain,toute une vie bien ratée,histoires secrètes,friterie bar brunetti,gallimard,l'arpenteur,la dragonne,laurence olivier four,blog littéraire de christian cottet-emard,styliste,folio,poche,saint-claude,jura,franche-comté,roland fuentès,christian cottet-emard,dédicace,écriture,littérature

 

pierre autin-grenier,hommage,disparition,écrivain,toute une vie bien ratée,histoires secrètes,friterie bar brunetti,gallimard,l'arpenteur,la dragonne,laurence olivier four,blog littéraire de christian cottet-emard,styliste,folio,poche,saint-claude,jura,franche-comté,roland fuentès,christian cottet-emard,dédicace,écriture,littérature

Le style Autin-Grenier

Mais je ne dois pas laisser dériver uniquement vers l’anecdote le plaisir que je prends à évoquer ma rencontre avec Pierre Autin-Grenier car si l’homme est de ceux qu’on n’oublie pas, l’écrivain est d’envergure : assurément un grand styliste mais surtout un styliste qui a quelque chose à dire en ces temps de verbe creux et de fausse parole. 

Je m’en étais déjà persuadé en lisant Histoires secrètes paru à l’origine chez Laurence-Olivier Four, livre que j’avais prêté c’est-à-dire perdu. 

Le hasard, au début du 21ème siècle, me remit Histoires secrètes dans les mains sur une heureuse initiative de Jean-Jacques Nuel qui eut la gentillesse de m’envoyer l’ouvrage réédité aux excellentes éditions de la Dragonne, l’occasion idéale de rédiger une note de lecture sur la Toile et que je remets en ligne ici :

Histoires secrètes 

Auteur d’une dizaine de livres de proses (à forte connotation poétique), de nouvelles et de récits, Pierre Autin-Grenier privilégie avec bonheur la forme courte. 

Contrairement aux apparences, l’auteur de Je ne suis pas un héros et de Toute une vie bien ratée, publiés chez L’Arpenteur / Gallimard, est loin d’être un écrivain facile, même si quelques critiques l’avaient hâtivement étiqueté comme tel en résumant son œuvre à l’inventaire des petits riens du quotidien. Car c’est plutôt dans le mystère de ce quotidien que Pierre Autin-Grenier chemine, mêlant tour à tour des éléments narratifs à des épisodes de ce que Pavese appelait « la contemplation inquiète ».

Rebelle aux classifications, surprenante, souvent déroutante, cette prose qui se donne l’air de filer quelques historiettes progresse en réalité comme une vaste variation écrite et réécrite dans une langue à la limpidité singulièrement classique.

Avec des titres pareils !

Anecdote, quand tu nous tiens... Je ne peux résister au plaisir d’en rapporter une pour conclure cette ébauche de portrait. Elle date de l’époque où PAG eut les honneurs de Télérama. Je furetais dans une grande librairie de Lyon non loin de piles assez considérables de « Je ne suis pas un héros » et de « Toute une vie bien ratée » lorsque j’entendis rouspéter une petite jeune femme très BCBG (du genre eau minérale et remise en forme) en virée avec sa photo-copine :

« Ah bravo, Je ne suis pas un héros, Toute une vie bien ratée, eh bien, avec des titres pareils, on est sûr de garder le moral ! Et c’est avec ça qu’il pense vendre, lui ? »

En écho aux propos de cette oiselle, je ne crains pas de poser solennellement la question : Pierre Autin-Grenier était-il conscient de ses responsabilités envers les bobos qui ne peuvent plus « positiver » à cause de ses titres scandaleusement négatifs? 

 

Photos : Toute une vie bien ratée, mon Folio annoté par PAG.

 

pierre autin-grenier,hommage,disparition,écrivain,toute une vie bien ratée,histoires secrètes,friterie bar brunetti,gallimard,l'arpenteur,la dragonne,laurence olivier four,blog littéraire de christian cottet-emard,styliste,folio,poche,saint-claude,jura,franche-comté,roland fuentès,christian cottet-emard,dédicace,écriture,littérature

 

 

 

Et pour compléter cet hommage, mon papier sur Friterie-bar Brunetti :

Les apocalypses de Pierre Autin-Grenier

(De la résistance à cette société de termites)

Friterie-bar Brunetti, de Pierre Autin-Grenier, éditions L’Arpenteur/Gallimard. 2005. 97 pages.

« Aussi longtemps qu’il y aura des cafés, la “notion d’Europe” aura du contenu » écrit George Steiner et l’on ne s’étonnera pas de refermer sur cette citation l’Autin-Grenier nouveau, Friterie-bar Brunetti. N’en déduisons pas pour autant que l’auteur champion des titres à rebrousse-poil (Je ne suis pas un héros, Toute une vie bien ratée...) a choisi de se la couler douce en tricotant un livre sur les cafés du bon vieux temps.

D’abord, pour les habitués de tous les bars-friteries du monde, il n’est pas plus de bon vieux temps que de semaine des quatre jeudis. Ensuite, jamais danger ne fut plus grand qu’aujourd’hui de voir la notion d’Europe risquer de se dissoudre dans « la lumière carcérale d’anonymes cafétérias » .

Qu’on ne s’y trompe donc pas, ces pages qui piquent comme un vin nouveau et qui rabotent comme un blanc-cass ont la densité d’un pavé. Friterie-bar Brunetti, d’écriture chantournée comme toujours avec Pierre Autin-Grenier, est un petit livre de grosse colère et d’appel à la résistance à « l’oppression de cette société de termites » . 

L’évocation du bar-friterie ouvert en 1906 dans le quartier de la Guille (de la Guillotière pour les non lyonnais) n’a rien d’un inventaire de photos sépia pour collectionneurs de belle époque. Jusqu’à sa disparition d’un paysage urbain déjà en proie au « criminel tourbillon du modernisme à tout prix » , le rendez-vous de la rue Moncey fut celui d’une humble et coriace humanité. L’auteur y fit les siennes et s’y abreuva d’autant de paroles que de godets.

Pas question pour lui d’y siroter la tisane nostalgique en cette heure inquiète et furibarde, lorsque la table ou le comptoir où s’accouder ne surgissent plus que de la seule ardoise magique de l’écriture. Amateurs de pittoresque, touristes pendulaires brinquebalés entre faux bouchons lyonnais et Venise en un jour, passez votre chemin car le jeune écrivain en résidence chez Brunetti a gardé la canine aiguisée contre « les séances de photos de vacances de ces chausse-petit du vol charter qui, un instant dans leur vie, se sont pris pour Stanley et Livingstone sur les bords du Tanganyika réunis. »

Et ce n’est ni la soixantaine ni le succès qui lui adouciront l’humeur noire contre ce qui nous est vendu à prix exorbitant comme le progrès : les voyages absurdes (« qu’ils voyagent donc, ceux qui n’existent pas » écrivait Pessoa), la tambouille immobilière et financière ainsi que l’usure en usine et partout ailleurs, (« leur petite idée sur la question, c’est la semaine des soixante-quinze heures de crève-corps pour tous et jusqu'à soixante-quinze ans... »). 

C’est dit. Au comptoir Brunetti, ne sont de bois que sol et mobilier, surtout pas la langue fleurie d’un écrivain qui déclare avoir « commencé croupignoteux » mais qui sait comme personne tirer le portrait au quotidien de l’équipage en escale, en cale sèche ou en galère. Langage-tangage, c’est à cette cadence que défilent les habitués, sympathiques ou non mais qui rament autant qu’ils trinquent dans leurs vies souvent cabossées.

Pour décalquer leur image de l’inutile éternité, Pierre Autin-Grenier ne leur fait pas l’insulte de les affubler d’une truculence artificielle de réclame et c’est un beau cadeau qu’il envoie à la mémoire de Madame Loulou avec son talon d’escarpin « planté bien droit dans la sciure » , de son client, ancien col blanc de la banque, « rescapé de la tyrannie des bureaux » , du grand Raymond avec son bagout, de Ginette avec ses sentiments essorés par un Prince pas charmant du tout, du père Joseph régalant la jeunesse des années soixante d’une friture de gardons avec en tête le souvenir cuisant des jeunes de sa génération « tous élevés aux tickets » . 

Qu’il écrive sur sa vie ou sur celle de son prochain, Pierre Autin-Grenier n’a pas son pareil pour en distiller les déluges et les apocalypses. À l’heure du complot des « fripouillards d’en haut » , nous verrons dans son éloge d’un bistrot disparu l’Arche possible des premiers et, pour les secondes, l’espoir d’une révélation sur l’amère potion qu’on nous concocte, puisqu’il est encore temps.

Christian Cottet-Emard

(Critique parue dans la revue La Presse Littéraire n°1)

 

28 mai 2013

« Quelqu'un qui écrit » !

éditions syros,collection tempo,un écrivain à la maison,roland fuentès,littérature,roman,blog littéraire de christian cottet-emardAprès, Juliette Carton s'est mise à décortiquer toutes les questions qu'on lui posait. Quand Marius lui a demandé depuis quand elle était écrivain, elle a dit qu'elle ne se considérait pas comme un « écrivain », mais comme « quelqu'un qui écrit ». Va comprendre, Fernande... personne n'a osé lui demander la différence ! [...]

— Juliette est sympa mais un peu nunuche... Tu ne le répéteras pas, hein ? Elle fait partie de ces auteurs qui n'osent pas se proclamer « écrivain » sous couvert de (fausse) modestie. Comme si « écrivain » signifiait « génie ».

— Et vous, qu'est-ce que vous pensez de tout ça ?

— Je pense qu'écrivain, c'est un métier comme un autre. Quand on demande à un boulanger quelle est sa profession, il ne dit pas : « Je suis quelqu'un qui fait du pain. » Il n'y a pas plus d'écrivains géniaux que de boulangers géniaux. Le génie, ça ne dépend pas de l'activité que l'on pratique.

(Extrait de Un écrivain à la maison, de Roland Fuentès, éditions Syros, collection Tempo).

30 septembre 2009

Roland Fuentès à la librairie Montbarbon

a7a3f7daa61fdf30.jpgRoland Fuentès signera ses livres lors d'une rencontre-dédicace à la librairie Montbarbon, 19 rue Maréchal Joffre, 01000 Bourg-en-Bresse, le samedi 3 octobre 2009 de 15h à 18h.

Né à Oran en 1971, Roland Fuentès a passé son enfance en Algérie et sa jeunesse en Provence et en Côte d'Azur. Il vit maintenant dans l'Ain. Il s'oriente vers les langues étrangères et devient professeur d'allemand. Il enseigne à mi-temps et emploie l'autre partie de son temps à écrire des nouvelles et des romans, d'abord pour adultes et, depuis peu, pour la jeunesse.