Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 janvier 2019

Carnet / En écoutant Tippett

sir michael tippett,compositeurs britanniques,musique anglaise du vingtième siècle,classiques du vingtième siècle,Divertimento on Sellinger’s Round,blog littéraire de christian cottet-emard,musique,vingtième siècle,disque,poèmes du bois de chauffage,la lune du matin et autres récits de l'homme invisible,éditions germes de barbarie,disques chandos,disques nimbus records,christian cottet-emard

Pour commencer l’année et continuer mon voyage dans l’œuvre du compositeur britannique Sir Michael Tippett (1905-1998) que j’avais découvert en 1991 avec son Triple concerto, terminé en 1979, et son Concerto pour piano composé entre 1953 et 1955, je me suis fait offrir le coffret de ses symphonies. J’ai commencé par celles que je considère comme les plus accessibles pour moi, la première (1944-1945) et la deuxième (1956-1957). Entre temps, au début des années 2000, j’avais trouvé d’autres compositions moins monumentales, notamment le Divertimento on Sellinger’s Round pour orchestre de chambre (1953-1954) que j’ai beaucoup écouté lors de la période d’écriture des poèmes de mon cycle La Lune du matin et autres récits de l’homme invisible constituant la quatrième section de mes Poèmes du bois de chauffage. Dans mes explorations musicales permanentes, je suis étonné d’avoir mis si longtemps à entrer dans une œuvre aussi vaste que celle de Tippett, assurément l’un des plus importants compositeurs britanniques du vingtième siècle.

sir michael tippett,compositeurs britanniques,musique anglaise du vingtième siècle,classiques du vingtième siècle,Divertimento on Sellinger’s Round,blog littéraire de christian cottet-emard,musique,vingtième siècle,disque,poèmes du bois de chauffage,la lune du matin et autres récits de l'homme invisible,éditions germes de barbarie,disques chandos,disques nimbus records,christian cottet-emard

 

12 mai 2018

Un film sur un de mes compositeurs préférés :

Sir William Walton (1902 - 1983).

Et sa Partita for orchestra.

18 août 2011

Carnet du second degré

edward elgar,william walton,musique anglaise,compositeurs britanniques,blog littéraire de christian cottet-emard,carnet,musiqueJ’ai déjà dit dans ces carnets qu’il m’arrivait d’écouter certaines œuvres d’Edward Elgar (1857-1934) « au second degré » tant cette musique au demeurant superbe mais marquée de lourde nostalgie impériale franchit difficilement le mur du son du goût français, ce qui explique d’ailleurs la méconnaissance du public français à l’égard de ce très grand compositeur considéré par les britanniques comme leur musicien officiel.

edward elgar,william walton,musique anglaise,compositeurs britanniques,blog littéraire de christian cottet-emard,carnet,musiqueMais ceci est encore plus vrai pour William Walton (1902-1983) , son successeur si je puis dire, dans la veine impériale de certaines de ses compositions telles que la Marche pour une Histoire des peuples anglophones. Point de nostalgie d’Empire dans cette pièce datant de 1959,  écrite à l’origine pour le générique d’une série télévisée, mais une tradition de rythme et d’orchestration irrésistible, caractéristique de cette esthétique. Dans cette veine, il me semble toutefois déceler chez Walton un soupçon d’ironie, ce qui me ramène à cette notion d’écoute au second degré.

Cependant, qu’on ne s’y trompe pas, Elgar comme Walton dans leurs musiques symphoniques et chorales respectives, sont deux compositeurs aux œuvres considérables, même si celle de Walton fut injustement occultée dans les années soixante du vingtième siècle par une avant-garde de musiciens plus tournés vers l’expérimentation formelle.