Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 avril 2020

Pâques (avec Mahler et Klopstock)

pâques,résurrection,symphonie n°2 résurrection,gustav mahler,gustavo dudamel,bbc proms,londres,dudamel,Palau de la Música Catalana,Friedrich Gottlieb Klopstock,ode ressusciter,blog littéraire de christian cottet-emard,fête chrétienne,culture chrétienne,musique,cloches de pâques,joie de pâques,occident

- Gustav Mahler (1860-1911) : final de la deuxième symphonie « Résurrection » sur l'ode Ressusciter de Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803), interprété aux BBC Proms à Londres par Gustavo Dudamel.

- L'intégralité de la symphonie encore dirigée par Gustavo Dudamel au Palau de la Música Catalana à Barcelone. (Pour lire le texte de l'ode de Klopstock dans le final en sous-titre en français, aller à 1h15).

 

Texte : l'ode « Ressusciter » de Klopstock dans le final de la symphonie :

Tu ressusciteras, oui, tu ressusciteras,
Ma poussière, après un court repos !
La vie immortelle
Te sera donnée par Celui qui t’a appelée !
Tu es semée pour fleurir de nouveau !
Le Seigneur de la moisson va
Ramasser des gerbes
De nous, qui sommes morts !
Oh crois, mon cœur, crois :
Tu n’auras rien de perdu !
Ce que tu as désiré est à toi, à toi, oui, à toi !
À toi, ce que tu as aimé et ce pour quoi tu t’es battu !
Oh, crois : tu n’es pas né en vain !
Tu n’as pas vécu ni souffert en vain !
Tout ce qui est advenu doit passer
Et ce qui est passé, ressusciter !
Cesse de trembler !
Prépare-toi à vivre !
Ô douleur, toi qui pénètres en toute chose,
Je t’ai échappé !
Ô mort, toi qui conquiers tout,
Tu es maintenant conquise !
Avec des ailes que j’ai gagnées
Dans le chaud élan de l’amour
Je m’envolerai
Vers la lumière qu’aucun œil n’a pénétrée !
Je mourrai afin de vivre !
Tu ressusciteras, oui, tu ressusciteras,
Mon cœur, en un instant !
Ce que tu as vaincu
Te portera vers Dieu !
- Friedrich Gottlieb Klopstock -

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire