Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mai 2020

Lisbonne, Pessoa et ses ombres

revue instinct nomade,fernando pessoa,éditions germes de barbarie,bernard deson,christian cottet-emard,poésie,littérature,essai,presse littéraire,lisbonne,portugal,blog littéraire de christian cottet-emard,josé correa,pessoa,ombres,mes collaborations presse,funiculaire,elevador da bica,bairro alto,cais do sodré,azulejos,rua da buca de duarte belo,lisbonne pessoa et ses ombres,promenade littéraire,évocation,voyage,carnet de voyage,carnet de lecture,photographie,luis vaz de camões,antonio tabucchi,josé maria de eça de queirós,fernão lopes,pedro nunes,gomes eanes de azurara,joão de barros,fernão lopes de cantanhede,vasco mousinho de quevedo,jerônimo corte-real,francisco sá de menezesUn très court extrait (le début) de mon carnet de lecture et de voyage Lisbonne, Pessoa et ses ombres. Ce texte (pages 19 à 27) est ma contribution au cinquième numéro de la revue Instinct nomade qui vient de paraître et qui est consacré à Fernando Pessoa.

J’ai longtemps vécu sans l’idée de découvrir Lisbonne. Trop loin et presque trop exotique pour moi comme voyage ! Et puis j’ai lu Pessoa, fantôme de Lisbonne déjà de son vivant. Je voulais guetter ce spectre de papier, marcher derrière son ombre ou plutôt ses ombres frôlant désormais tous les murs de la capitale portugaise, attraper le tram de la ligne 28 comme tous les touristes et enfin, par nécessité dirais-je, chercher où souffle encore l’esprit de l’Occident en ces temps angoissants où l’on veut lui faire la guerre pour ce qu’il a de plus beau et de plus noble. Et si le réveil de l’Occident aliéné pouvait encore venir du Portugal, ce pays pourtant devenu le confetti de son propre empire où une ligne directe relie l’immense et malchanceux Luis Vaz de Camões à l’insaisissable Fernando António Nogueira Pessoa, les deux héros posthumes du panthéon littéraire portugais dont les gloires tardives croisent désormais toutes voiles dehors telles deux caravelles sur l’océan du temps ?

revue instinct nomade,fernando pessoa,éditions germes de barbarie,bernard deson,christian cottet-emard,poésie,littérature,essai,presse littéraire,lisbonne,portugal,blog littéraire de christian cottet-emard,josé correa,pessoa,ombres,mes collaborations presse,funiculaire,elevador da bica,bairro alto,cais do sodré,azulejos,rua da buca de duarte belo,lisbonne pessoa et ses ombres,promenade littéraire,évocation,voyage,carnet de voyage,carnet de lecture,photographie,luis vaz de camões,antonio tabucchi,josé maria de eça de queirós,fernão lopes,pedro nunes,gomes eanes de azurara,joão de barros,fernão lopes de cantanhede,vasco mousinho de quevedo,jerônimo corte-real,francisco sá de menezes

revue instinct nomade,fernando pessoa,éditions germes de barbarie,bernard deson,christian cottet-emard,poésie,littérature,essai,presse littéraire,lisbonne,portugal,blog littéraire de christian cottet-emard,josé correa,pessoa,ombres,mes collaborations presse,funiculaire,elevador da bica,bairro alto,cais do sodré,azulejos,rua da buca de duarte belo,lisbonne pessoa et ses ombres,promenade littéraire,évocation,voyage,carnet de voyage,carnet de lecture,photographie,luis vaz de camões,antonio tabucchi,josé maria de eça de queirós,fernão lopes,pedro nunes,gomes eanes de azurara,joão de barros,fernão lopes de cantanhede,vasco mousinho de quevedo,jerônimo corte-real,francisco sá de menezes

 

 

 

Écrire un commentaire