Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 octobre 2020

Hommage / Michel Cornaton (1936-2020)

michel cornaton,revue le croquant,université lumière-lyon ii,université de côte d'ivoire,psychologie sociale,lyon,rhône,bourg en bresse,ain,rhône alpes auvergne,maison roger vailland,vin jaune,château chalon,littérature,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,hommage,jean tardieu,christian cottet-emard

Michel Cornaton devant chez lui à l'époque où il habitait Meillonnas dans l'Ain (Photo C. C-E)

Je viens d’apprendre avec une grande tristesse la disparition lundi 5 octobre de Michel Cornaton, professeur de psychologie à l'Université de Côte d'Ivoire, Abidjan (1979-1983), professeur de psychologie sociale à l'Université Lumière-Lyon II (en 1991), directeur-fondateur de la revue littéraire Le Croquant, docteur ès-lettres (psychologie), docteur en sociologie et écrivain.

J’ai eu le privilège de le connaître et de le fréquenter durant les décennies de parution de la revue Le Croquantqu’il avait fondée en 1987.

À sa demande, ce qui m’avait beaucoup surpris et flatté alors que je n’avais que vingt-huit ans, j’avais dès le début de la belle aventure du Croquant rejoint le comité de rédaction.

Les réunions chez lui à Meillonnas dans la maison Roger Vailland puis dans son grand appartement lyonnais et parfois chez des collaborateurs de la revue donnaient lieu à des échanges d’idées qui furent pour moi très formateurs.

À travers ce bref hommage simplement dicté par l’amitié (d’autres que moi sauront mieux restituer son parcours brillant et parfois atypique) je souhaite surtout évoquer l’admiration que m’inspiraient ses exceptionnelles qualités humaines, son sens de l’empathie, son attention aux plus humbles, son humour  distancié et bien sûr son immense culture.

Je ne partageais certes pas toutes ses analyses et ses opinions sur certains sujets sensibles qui le sont plus encore aujourd'hui. Cependant, pour un intellectuel et un universitaire de cette stature, il avait gardé intacte en lui la fraîcheur de celui qui préfère comprendre plutôt que juger mais qui ne peut ni ne veut en aucun cas s’habituer à l’injustice.   

Je n’oublierai pas ces moments de convivialité au cours desquels les discussions informelles entre les nombreux artistes, écrivains, poètes et intellectuels qu’il excellait à réunir autour de ce vin jaune, notamment le Château-Chalon qu’il appréciait et qu’il aimait partager, pouvaient révéler le meilleur de chacun.

Je m’en tiendrai là pour l’instant mais je continuerai comme je le fais de temps à autres sur ce blog à parler de Michel toujours vivant dans mon esprit et de sa revue qui fut à bien des égards, dès les premiers numéros, d’une remarquable pertinence sur de nombreux thèmes aujourd’hui plus que jamais d’actualité.

michel cornaton,revue le croquant,université lumière-lyon ii,université de côte d'ivoire,psychologie sociale,lyon,rhône,bourg en bresse,ain,rhône alpes auvergne,maison roger vailland,vin jaune,château chalon,littérature,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,hommage,jean tardieu,christian cottet-emard

Une petite partie de l'équipe de la revue Le Croquant en 1991

Au premier rang, de gauche à droite : Eva avec le chat Crapouille, Marie-Laure et Jean Tardieu. Au second rang : de gauche à droite : Christian Cottet-Emard, Fabienne et Michel Cornaton, Renée et Paul Gravillon (photo Sylvette Germain)

michel cornaton,revue le croquant,université lumière-lyon ii,université de côte d'ivoire,psychologie sociale,lyon,rhône,bourg en bresse,ain,rhône alpes auvergne,maison roger vailland,vin jaune,château chalon,littérature,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,hommage,jean tardieu,christian cottet-emard

Michel « croqué » par l'écrivain Marin Sorescu

 

Écrire un commentaire