Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 avril 2022

Vient de paraître / Ma contribution au numéro Jean Giono de la revue Instinct nomade

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

Le dixième numéro de la revue littéraire Instinct nomade créée et dirigée par mon ami et éditeur Bernard Deson, à laquelle je collabore, vient de paraître. J'y participe avec un article, Lire Giono aujourd'hui (p. 225 à 229).

 
Présentation de l'éditeur
 
Il est disponible depuis aujourd'hui chez l'éditeur et il le sera dans une trentaine de librairies sous peu. Le dixième numéro de la revue Instinct nomade est entièrement consacré à Jean Giono. Un grand merci à Jacques Ibanès qui a initié ce projet, à Jacques Mény pour avoir mis à notre disposition le fonds photographique de l'association des Amis de Jean Giono, à Sylvie Durbet-Giono pour s'être jointe à nous et aux 47 auteurs et illustrateurs qui ont chacun apporté une touche personnelle afin de réaliser ce portrait grandeur nature du voyageur sans divertissement qui n'a jamais quitté Manosque.
 
Longtemps, Giono est passé pour un auteur méridional, thuriféraire des paysans et des bergers. Estampillé jadis dans le petit Larousse comme chantre de la Haute Provence, une étiquette qui lui a collé longtemps à la peau. Ses protestations systématiques ne servirent à rien et c’est derrière cet écran de fumée, qu’il a édifié son œuvre de poète (la poésie est contenue dans chacune de ses phrases), de romancier, d’auteur dramatique, d’historien, de chroniqueur et de réalisateur dont on sait aujourd’hui, cinquante ans après sa disparition, qu’elle est une de celles qui demeure, laissant loin derrière elle nombre d’écrits de ses contemporains, censés être incontestables à leur époque, et aujourd’hui tombés dans l’oubli.
 
L’œuvre de Giono s’est imposée peu à peu dans le champ littéraire comme une œuvre majeure, puissante, multiforme, cohérente, pensée en grande partie dès ses débuts et menée à son terme de façon implacable, « à la hussarde » pourrait-on dire.

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

christian cottet-emard, mes collaborations presse, article, essais, blog littéraire de christian cottet-emard, revue instinct nomade, bernard deson, jean giono, revue littéraire, littérature, lire giono aujourd'hui, provence côte d'azur, aquitaine, le fleix, dordogne, bourgogne franche comté, france, europe, jura, rhône alpes auvergne, presse littéraire, josé correa, jacques ibanès

Broché ‏ : ‎ 400 pages

ISBN-10 ‏ : ‎ 2491271206

ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2491271206

Prix : 22€

Commande chez l'éditeur : 22€ + 5€ de participation au port (chèque à l'ordre de Bernard Deson 619 rue Henri de Navarre 24130 Le Fleix ou paiement PayPal : bdeson@yahoo.fr)

 
 
 
 
 

01 avril 2022

Vient de paraître / Revue Instinct nomade n°10 : Jean Giono

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

Le dixième numéro de la revue littéraire Instinct nomade créée et dirigée par mon ami et éditeur Bernard Deson, à laquelle je collabore, vient de paraître. J'y participe avec un article, Lire Giono aujourd'hui (p.225).

 
Présentation de l'éditeur
 
Il est disponible depuis aujourd'hui chez l'éditeur et il le sera dans une trentaine de librairies sous peu. Le dixième numéro de la revue Instinct nomade est entièrement consacré à Jean Giono. Un grand merci à Jacques Ibanès qui a initié ce projet, à Jacques Mény pour avoir mis à notre disposition le fonds photographique de l'association des Amis de Jean Giono, à Sylvie Durbet-Giono pour s'être jointe à nous et aux 47 auteurs et illustrateurs qui ont chacun apporté une touche personnelle afin de réaliser ce portrait grandeur nature du voyageur sans divertissement qui n'a jamais quitté Manosque.
 
Longtemps, Giono est passé pour un auteur méridional, thuriféraire des paysans et des bergers. Estampillé jadis dans le petit Larousse comme chantre de la Haute Provence, une étiquette qui lui a collé longtemps à la peau. Ses protestations systématiques ne servirent à rien et c’est derrière cet écran de fumée, qu’il a édifié son œuvre de poète (la poésie est contenue dans chacune de ses phrases), de romancier, d’auteur dramatique, d’historien, de chroniqueur et de réalisateur dont on sait aujourd’hui, cinquante ans après sa disparition, qu’elle est une de celles qui demeure, laissant loin derrière elle nombre d’écrits de ses contemporains, censés être incontestables à leur époque, et aujourd’hui tombés dans l’oubli.
 
L’œuvre de Giono s’est imposée peu à peu dans le champ littéraire comme une œuvre majeure, puissante, multiforme, cohérente, pensée en grande partie dès ses débuts et menée à son terme de façon implacable, « à la hussarde » pourrait-on dire.

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

christian cottet-emard,mes collaborations presse,article,essais,blog littéraire de christian cottet-emard,revue instinct nomade,bernard deson,jean giono,revue littéraire,littérature,lire giono aujourd'hui,provence côte d'azur,aquitaine,le fleix,dordogne,bourgogne franche comté,france,europe,jura,rhône alpes auvergne,presse littéraire,josé correa,jacques ibanès

Broché ‏ : ‎ 400 pages

ISBN-10 ‏ : ‎ 2491271206

ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2491271206

Prix : 22€

Commande chez l'éditeur : 22€ + 5€ de participation au port (chèque à l'ordre de Bernard Deson 619 rue Henri de Navarre 24130 Le Fleix ou paiement PayPal : bdeson@yahoo.fr)

 
 
 

18 décembre 2020

Carnet / Qui a peur de l’autobiographie ? (3)

carnet,note,journal,autobiographie,écriture autobiographique,récit,blog littéraire de christian cottet-emard,culture occidentale,individualité,individu unique et irremplaçable,fiction,narration,écriture,occident,autofiction,narcissisme,égocentrisme,nombrilisme,complaisance,ego,wolf,mémoires fictifs,jim harrison,littérature américaine,christian cottet-emard,politique,psychologie,préjugés,mai 68,grand soir,libération de la parole,discours,révolution,contestation,ordre établi,bourgeoisie,dogme révolutionnaire,école,enseignement,oyonnax,ain,rhône alpes auvergne,haut bugey,france,europe,école jeanne d'arc oyonnax,école privée,leçons de morale,instruction civique,marguerite duras

Lisbonne, 2013

(Extraits de mon essai sur l’autobiographie)

Première partie à lire ici.

Deuxième partie : là.

 

Qui ne s’est pas entendu dire un jour, notamment dans l’enfance et l’adolescence : on ne te demande pas ton avis, ce n’est pas ton cas personnel qui compte, tu ne vas pas raconter ta vie... Et qui n’a pas intégré au plus profond ces injonctions au point d’y souscrire en les reformulant sans y réfléchir vraiment : je ne cherche pas à parler en mon nom, mon avis n’a pas d’intérêt, ce n’est pas que je veuille raconter ma vie mais... Mais quoi au fait ?

 

Mettre notre individualité en veilleuse est la première et principale injonction que nous recevons du groupe dès le début de notre socialisation, et cela depuis la nuit des temps. C’est l’implacable loi tribale que l’évolution de chaque civilisation module selon ses besoins et ses croyances. Même en Occident, les notions d’individu et de vie privée relèvent de la modernité. Signer une œuvre et en revendiquer la propriété est une pratique récente (quelques siècles) dans l’histoire de la création artistique occidentale.

 

C’est ainsi que nous en arrivons à l’autobiographie, cette œuvre caractéristique de la modernité dont l’auteur est la matière et qu’il signe en tant qu’individu unique et irremplaçable tout comme son expérience. L’individu, la vie privée, la signature, l’être unique et irremplaçable sont les victoires de l’Occident y compris dans sa dimension religieuse chrétienne. Pour les croyants, Dieu voit et regarde chacun ; et chacun a une relation personnelle avec Dieu, ce qui est une idée cruciale, si j’ose dire, y compris pour l’agnostique qui écrit ces lignes, parce que l’auteur de l’autobiographie réalise qu’il est digne d’être lu, regardé, que ce soit sous le regard divin ou humain.

 

Voilà qui explique une partie des réticences exprimées de nos jours plus encore qu’en d’autres époques à l’encontre de l’autobiographie, ce péché contre l’humilité, ce défi au collectif. En effet, quoi de plus orgueilleux voire de plus arrogant que de prétendre créer et plus encore, dans une certaine mesure, se créer ! Comment une telle prétention, une telle impudence, ne pourraient-elles pas heurter de front tout système de pensée et toute culture hostiles à la notion d’individualité ? De ce point de vue, l’autobiographie a eu et a toujours beaucoup d’ennemis, même au sein de la civilisation occidentale lorsque celle-ci a connu les effondrements des deux guerres mondiales mais aussi, de nos jours, dans l’Occident qui doute, ou pire, qui se prend lui-même en détestation, ce qui constitue encore une menace d’un nouvel épisode d’effondrement.

 

Mais laissons là les digressions et revenons au sujet par une anecdote.

 

J’avais il y a quelques années fait lire à une connaissance un petit ensemble d’articles sur Marguerite Duras que j’avais publié dans le Magazine des livres. Il m’avait été reproché d’employer la première personne du singulier pour décrire mon approche de Duras et de ce fait, de me mettre en scène. Ce reproche m’est parfois adressé lorsque je choisis ce type de narration dans mes chroniques, notamment dans mes collaborations pour la presse. Je me tiens souvent à ce choix parce que je trouve cet angle plus vivant que cette pseudo objectivité dont on nous rebat sans cesse les oreilles et qui n’aboutit le plus souvent qu’à des textes calibrés, lisses et bien ennuyeux.

 

Comme disait Federico Fellini, « Je suis toujours autobiographique, même si je me mets à raconter la vie d’un poisson. »

(À suivre)

© Éditions Orage-Lagune-Express