Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 juillet 2022

Vient de paraître :

livre,en lisant,christian cottet-emard,essais,éditions orage lagune express,auteurs,écrivains,photos,témoignage,souvenirs,littérature,édition,publication,vient de paraître,duras,nuel,deson,butor,autin-grenier,le gal,cossery,pessoa,perche,giono,char,ramuz,tardieu,houellebecq,jacquier-roux,pérol

Quatrième de couverture :


« Christian Cottet-Emard nous livre dans ce volume dix-sept petits essais accompagnés de documents photographiques sur des écrivains rencontrés dans les livres et parfois dans la vie. Ces textes ont été préalablement publiés dans des journaux, des revues et des magazines mentionnés en annexe de cette édition.

Au sommaire : Marguerite Duras, Jean-Jacques Nuel, Bernard Deson, Michel Butor, Pierre Autin-Grenier, Gabriel Le Gal, Albert Cossery, Fernando Pessoa, François Perche, Jean Giono, René Char, Charles Ferdinand Ramuz, Jean Tardieu, Michel Houellebecq, Roland Tixier, Jean-Louis Jacquier-Roux, Jean Pérol.

Christian Cottet-Emard est né en 1959. Membre du comité de rédaction de la revue littéraire Instinct nomade. Bourse d’écriture du CNL (Centre National du Livre) en 2006. »

Informations et commandes :

Ici

et

#litterature #christiancottetemard #essai #ecrivains #presse #edition

 

 

 

16 octobre 2015

Carnet / Barcelone à distance

Avec une ville, c’est comme avec quelqu’un, le courant passe ou non. Malgré les bons moments vécus à Barcelone, je n’ai pas accroché plus que cela avec la capitale catalane.

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

La rambla del mar et le Port Vell

 

Dès le premier soir avec Marie, nous avons descendu la Rambla à deux pas de l’hôtel jusqu’au Port Vell dont l’imposante passerelle de bois, la Rambla del Mar, nous a conduits au Moll d’Espanya, un immense quartier moderne gagné sur la mer ou s’éclaire au crépuscule l’enseigne Shopping & Dining du vaste centre commercial Maremagnum.

 

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

Le centre commercial Maremagnum

Après quelques excellentes mais onéreuses tapas de poisson accompagnées d’un verre de blanc, nous avons flâné dans le dédale de boutiques de luxe peu fréquentées à cette heure de l’apéritif, ce qui m’a permis de remarquer une femme entièrement voilée de noir qui venait de faire ses emplettes dans un magasin de parfumerie et d’accessoires de marque. Ses mains gantées ont rassemblé les sacs griffés face au sourire mi-inquiet mi-commercial de la vendeuse et sa silhouette a flotté dans l’allée vide au sol brillant avant de s’évaporer comme une brume, vision glaçante et spectrale d’un futur houellebecquien si l’Occident ne se réveille pas de sa torpeur boutiquière et ne fixe pas fermement ses limites. Sous nos yeux désormais, l’alliance moins inattendue qu’il n’y paraît de l’archaïsme le plus obscur au consumérisme le plus clinquant puisque l’un comme l’autre, dans leur feinte opposition, excluent le libre arbitre et l’esprit critique.

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

En remontant la Rambla, le soir 

Peu rassasiés par les tapas, nous avons fait demi-tour et sommes retournés vers les quartiers anciens où nous avons dîné dans un restaurant moyen où l’on parlait français avant de rejoindre la Rambla jusqu’à la Boqueria / Mercat de Sant Josep, le grand marché traditionnel de la ville dont les derniers étals remballaient vers 22h. 

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

L'entrée du marché

Pour la suite du séjour, afin d’éviter les plateaux de tapas vendus au prix des petits fours (n’oublions quand même pas qu’à l’origine, les tapas étaient des restes, des « rogatons » astucieusement accommodés et destinés à être grignotés sur le pouce — alors à prix égal, autant se taper une bonne tranche de morue grillée avec ses petits haricots ronds), nous avons décidé de manger sur ce marché au centre duquel des kiosques sont équipés de comptoirs où l’on cuisine devant les clients tous les produits frais évidemment disponibles sur place.

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

Morue grillée et haricots cuisinés sur le marché

Ambiance et gourmandise garanties mais additions plutôt salées pour un marché. Rien à voir avec les marchés portugais, notamment à Porto, où l’on se régale aussi en produits frais bien cuisinés mais pour trois ou quatre fois moins cher, notamment dans les restaurants populaires. Sur le marché Sant Josep, il existe aussi une multitude de petites gourmandises pas chères à déguster debout, notamment de succulents verres de jus de fruits pressés à un euro. Quant aux friandises de toutes sortes, sucrées et salées, elles débordent des étals où elles vous sont servies à un rythme effréné. 

À Barcelone, tout va vite, très vite, trop vite, ce qui peut dérouter les tempéraments nonchalants comme le mien. Quant aux horaires (notamment de repas), il n’y en a pas. Les gens mangent tout le temps, à une cadence soutenue, ce qui n’empêche pas les personnels de service et les commerçants de se montrer gentils et patients, en particulier avec les touristes dans mon genre, incapables d’aligner une seule phrase dans une langue étrangère. 

En ce qui me concerne, malgré les langues vivantes au programme du collège et du lycée, je n’ai jamais pu m’exprimer autrement qu’en français, non pas parce que j’avais de mauvais professeurs mais parce que ce genre d’apprentissage est hors de ma portée. Pour moi, apprendre à parler une langue étrangère, en dehors des difficultés techniques insurmontables que cela suppose, a quelque chose à voir avec l’exil, ce serait comme changer de maison. Je n’en suis pas fier et j’en éprouve une grande frustration puisque cela constitue un obstacle à une éventuelle installation au Portugal pour moi et les miens au cas où la situation deviendrait trop pénible voire dangereuse en France (que la Providence nous en préserve). Je me console de cette faiblesse en constatant que dans les pays étrangers que je connais (à part la défunte Yougoslavie où je ne remettrai jamais les pieds malgré la beauté des paysages de la Croatie), les autochtones ont souvent à cœur de montrer qu’ils se débrouillent en français et apprécient qu’on les en complimente.

À l’heure où j’écris ce carnet, j’ai sous les yeux le guide de Barcelone qui traîne sur mon bureau et dont les images devraient désormais me parler mais ce n’est guère le cas comme ce le fut pour Venise, Rome, Lisbonne et Porto. Je n’ai pas ressenti cette ville au fond de mon esprit, je n’ai pas réussi à en saisir l’âme malgré les lieux que j’ai le plus appréciés tels que les vieilles rues du Barri Gotic, la place Reial avec ses palmiers et ses grands cafés où j’ai bu des cocktails et du Cava en fumant des Upmann. 

Peut-être cette difficulté à véritablement vivre Barcelone s’explique-t-elle par les excès de la gestion du tourisme de masse à coup sûr aux mains de technocrates qui raisonnent en terme de « flux de visiteurs à optimiser » , surtout sur le plan financier. Les musées sont ruineux et les plus connus inaccessibles sans billets coupe-file réservés sur internet avant même le départ. Pas question de musarder et d’entrer au dernier moment au gré de l’inspiration ainsi que nous en avons l’habitude lors de nos voyages. 

Nous avons fait le tour de la Sagrada Familia sans pouvoir y entrer, ce qui est regrettable car elle est à mon avis plus belle à l’intérieur qu’à l’extérieur avec ses arches arachnéennes et son côté Facteur Cheval à la puissance mille.

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

Le chantier permanent de la Sagrada Familia

Les cars de touristes se déversent sur Gaudi comme sur Disneyland, sans doute est-ce ainsi qu’une partie de ces distraits abordent cette architecture dont le délire mâtiné de prouesse technique aux limites de ce que peuvent supporter les lois de la pesanteur semble voué à ne rien exprimer d’autre que le vertige et l’obsession de la prolifération. En cela, Gaudi est un visionnaire de nos temps rétifs à toute intériorité. J’ai trouvé l’antidote sur les hauteurs de Montjuic où un anglais nous a mystérieusement cédé ses billets d’entrée valables pour une journée à la Fondation Miro dont l’œuvre m’a toujours beaucoup parlé. 

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

À l'entrée du concert au Palais de la Musique Catalane

Sur le plan musical, nous avons réussi à réserver le seul concert disponible dans nos dates au Palais de la Musique Catalane dont la grande salle constellée de verrerie et de mosaïques multicolores a été conçue par l’architecte comme un jardin où la nuit ne tomberait jamais.

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

Une salle de concert certes extravagante et somptueuse où l’on accède par un escalier monumental mais qui ne saurait faire oublier un programme un peu trop court lors de cette soirée où Manuel de Falla et Isaac Albéniz ne faisaient que passer entre deux Zarzuelas auxquelles quelques ballets conventionnels quoique professionnels n’apportaient rien d’autre qu’une note un peu trop folklorique, sans parler de certains auditeurs agités, bruyants et mal élevés, mal assortis à ce lieux raffiné.

barcelone,espagne,catalogne,ville,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,christian cottet-emard,voyage,promenade,blog littéraire de christian cottet-emard,maremagnum,corte inglés,shopping,dining,rambla,rambla del mar,port vell,moll d'espanya,occident,houellebecq,cauchemar houellebecquien,ennemi,boqueria,mercat sant josep,marché,tapas,morue grillée,langue étrangère,venise,lisbonne,rome,porto,croatie,yougoslavie,place reial,palmier,cava,vin,barri gotic,cigare upmann,sagrada familia,tourisme,facteur cheval,montjuic,fondation miro,palais musique catalane

La coupole inversée de la salle de concert

Pour finir, un conseil à qui ne voudrait pas manquer de découvrir cette salle prestigieuse : prenez d’emblée un concert et faites l’économie de la visite touristique en groupe qui vous soulagera de la somme excessive de 18 euros par personne sous prétexte de vous imposer un guide. Il vous plantera dix minutes devant des annonces publicitaires et des propos convenus de stars du classique avant de vous infliger une brève conférence au cours de laquelle il vous parlera comme à des demeurés. Quand je pense que certains lui ont donné un pourboire en sortant ! 

Voilà qui résume hélas un des aspects pompe à fric de Barcelone, ce qui n’enlève heureusement rien à son prestige et à sa démesure auxquels il faut aussi ajouter un indéniable attrait en matière de shopping avec l’incontournable Corte Inglés, les belles fringues et les caves à cigares au choix étourdissant. 

On est loin de l’époque décrite par le texte d’un écrivain étudié au lycée en cours d’espagnol et dont j’ai oublié le nom. Barcelona hora punta, ainsi s’intitulait l’extrait, évoquait une ville grise du milieu du vingtième siècle en proie au malaise social des ouvriers. La déferlante du tourisme a modifié le paysage social en profondeur en apportant un autre style de précarité pour les moins qualifiés. Est-ce pour rassurer les foules de visiteurs que la présence policière est si massive et si visible ? Au moins les espagnols ne semblent-ils pas avoir de complexes, contrairement à nous français, avec ces impressionnants déploiements de forces (voitures rapides, fourgons équipés de grilles anticaillassage, policiers en tenue armés jusqu’aux dents) qui ne peuvent peut-être pas supprimer toute menace mais qui ont le mérite d’envoyer un message clair à l’ennemi.

Je dédie cette conclusion à celles et ceux qui vont m’enlever de leurs contacts FB après l’avoir lue.

(À suivre, peut-être...)

Photos CCE

20 janvier 2011

Tu écris toujours ? (61)

stylotordu.jpgConseils aux auteurs ratés

 Il nous est tous arrivé au moins une fois dans notre vie de penser à quelqu’un sans raison particulière et de le voir rappliquer le jour même voire quelques instants après. J’étais exactement dans cette situation l’autre jour, le nez écrasé contre ma porte d’entrée et l’œil rivé à l’œilleton dans lequel se déformait de la plus hideuse manière le visage d’une vieille connaissance, l’auteur abonné aux circulaires de refus des éditeurs du monde entier, le genre de type très déprimé à qui on a envie de répondre « je ne suis pas là » s’il s’avise d’appuyer sur le bouton de la sonnette. Ne pas céder à toutes nos pulsions constitue la base de la civilisation. J’ouvris la porte et dis : « ah quelle bonne surprise... Mais entre donc. Que me vaut le plaisir de ta visite ?
— Ils m’ont encore refusé. Je n’en peux plus. Tu veux que je te dise ? Je crois bien que j’ai raté ma vie.
— Impossible.
— Pardon ?
— Impossible. Comment veux-tu rater (ou réussir, d’ailleurs) quelque chose que tu n’as pas entrepris ?
— Je ne comprends pas.
— C’est pourtant simple, ni toi ni moi n’avons entrepris nos vies. Nous n’avons pas entrepris de naître et de vivre, donc nous ne pouvons réussir ou rater quelque chose que nous n’avons pas entrepris. Nous n’y sommes pour rien, nous naissons et nous vivons, c’est tout. »
Le pauvre garçon n’avait pas l’air convaincu, probablement parce que je ne l’étais pas moi-même. (Si nous devions croire en toutes les vérités que nous infligeons à autrui à longueur de journée, nous renoncerions tous à la parole et toute la classe politique se volatiliserait). Je tentai donc quand même de  redonner le moral à mon interlocuteur en lui suggérant que dans une autre vie, peut-être pourrait-il se réincarner sous la forme d’un auteur à succès, comme mon voisin. « Tu parles ! Je suis tellement nul que c’est en limace que je me réincarnerai.
— Tu vois, tu es toujours négatif. Tu pourrais choisir un autre animal, un écureuil par exemple.
— Pourquoi un écureuil ?
— Parce qu’il vaut mieux sauter dans les arbres avec la queue en panache que passer son temps à ramper dans le mouillé en laissant des traces gluantes. »
Je rapporte cette conversation pour montrer à quel point l’obstination des éditeurs à refuser les manuscrits des auteurs ratés peut s’avérer préjudiciable à la tranquillité de personnes compréhensives dans mon genre, obligées d’accueillir, d’écouter, de consoler et de conseiller bénévolement les recalés qu’ils fabriquent à la chaîne.
Ceci dit, face au grand dépressif qu’est l’auteur raté, vous avez intérêt à trouver les bons arguments pour éviter qu’il n’attente à ses jours en sortant de chez vous, ce qui ferait désordre auprès des voisins. « Malgré tes échecs auprès des éditeurs, tu as au moins produit une œuvre, dis-je à mon visiteur. J’aurais plus de raisons que toi de me plaindre, moi qui rêvais d’écrire et qui me suis contenté de procrastiner. J’avais bien une idée de roman mais mon voisin a été plus rapide et c’est lui qui a touché le gros lot. Avant d’accéder à la gloire et à la fortune, il était comme toi, un auteur raté. Son best-seller raconte l’histoire d’un auteur raté qui tombe amoureux d’une jeune, belle et riche héritière. Tu vois, ce n’est pas si compliqué. »
Transformer le handicap en une force, voilà le meilleur conseil que vous puissiez donner à un auteur raté qui vient vous servir à domicile sa soupe à la grimace et l’amère tisane de ses états d’âme. Pour les cas les plus sévères, je préconise le travail manuel. En effet, l’auteur raté ne doit pas passer sa journée à ruminer, surtout s’il a décidé de venir faire ça chez vous. On peut gagner beaucoup à le distraire de son sentiment d’échec en lui confiant de petits travaux qui lui permettent de retrouver l’estime de soi. Vous faites ainsi une bonne action et des économies, au prix où est la main-d’œuvre... Au dernier auteur raté qui a cru bon de larmoyer dans mon salon, j’ai proposé de monter ma cuisine achetée en pièces détachées chez iyaka. En le regardant travailler depuis mon poste d’observation du monde favori, mon fauteuil, au coin du feu en fumant un bon cigare, j’ai pensé à la belle carrière qui aurait pu être la sienne chez iyaka s’il n’avait pas persisté dans celle d’auteur raté. Pour être sûr qu’il avait repris confiance en lui, je lui montrai les lames encore empaquetées d’un parquet flottant destiné au deuxième étage de ma maison. J’avais tellement bien réussi à motiver le brave garçon qu’il se déclara prêt à attaquer tout de suite mais comme je me sentais un peu fatigué de l’avoir vu s’agiter toute la journée avec ses outils bruyants, je l’invitai à revenir le lendemain, après ma sieste si possible. Je ne rechigne pas à donner de mon temps pour aider mon prochain mais tout de même, il ne faut pas exagérer.maglivres27.jpg

 

Extrait de TU ÉCRIS TOUJOURS ? Précédents épisodes parus en volume aux éditions Le Pont du Change, Lyon. Cet épisode de TU ÉCRIS TOUJOURS ? illustré par le dessinateur Miege est paru dans le Magazine des Livres n°27 (novembre/décembre 2010).