Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 mars 2017

Scandale Mehdi Meklat : la piteuse mise au point de Télérama

nouvelles du front,polémique,tweets injurieux,télérama,scandale,complaisance,aveuglement,déni,rebelles subventionnés,abus,presse,télé,la grande librairie,le monde,les inrockuptibles,fondation cartier,mehdi meklatSi je reviens sur le scandale Meklat, ce n’est pas par intérêt pour la personnalité négligeable de cet individu, de cette créature (non, le terme est encore trop noble) disons plutôt de ce produit fabriqué par la gauche culturelle. C’est parce que cette lamentable affaire permet de lever un coin du voile qui permet à cette gauche de persister et de signer dans son aveuglement face au péril.

C’est par exemple sous la signature d’une rédactrice de Télérama que le lectorat de ce programme télé a dû cette semaine se contenter d’un articulet digne d’un  numéro d’équilibriste en guise de mise au point.

L’affaire est si embarrassante pour ce temple de la pensée édifiante et de la morale politiquement correcte qu’est devenu Télérama (Meklat était en couverture en octobre 2015 !) que la notule a été judicieusement mise en page, de manière à ce qu’elle puisse être lue par ceux qui avaient le mauvais goût d’attendre des explications et zappée par ceux qui veulent à tout prix « passer à autre chose » selon l’expression à la mode dès qu’une vérité les dérange.

Le texte de cet article discrètement maquetté page 15 pour ne pas être vu est quant à lui d’une tartufferie qui prêterait à rire s’il y avait encore de quoi.

On y découvre Meklat en « jeune homme talentueux, journaliste, réalisateur et coauteur » (rien que ça à vingt et quelques années à peine) tourmenté par son horrifique doublure, l’abominable Marcelin Deschamps. Voilà pour le côté docteur Jekyll et Mister Hyde.

Entrent alors en scène « ceux qui depuis longtemps ont fait une cible de cet ancien Kid de France Inter et qui se frottent les mains » . Je frémis d’horreur à l’idée de ces mains crochues qui se frottent dans l’ombre ! La talentueuse rédactrice nous suggérerait-elle que ces mains sont sans doute prolongées par des gros bras de mâles blancs de plus de 45 ans (*) qui ont caché des brassards à croix gammée dans les tiroirs de leurs buffets de salle à manger ?

L’homme que je suis, celui qui a  largement dépassé cet âge, qui ne collectionne pas ce genre d’objet et qui ne se frotte pas les mains d’une aussi désolante affaire apprend alors dans cette prose navrée qu’il y a « les autres » (dont je ne fais pas partie non plus) , ceux qu’elle appelle « les sidérés » à qui « Mehdi Meklat devra à l’avenir confirmer qu’il est bien l’auteur sensible au monde et à ses prochains qui transparaît dans son œuvre. » (!) Eh oui, son œuvre, rien que ça !

Est-ce à dire qu’à son retour d’exil, quand il se sera refait une virginité médiatique à la faveur de notre fabuleuse capacité à « passer à autre chose » , Meklat retrouvera un éditeur pour lui payer de nouveau des résidences à Los Angelès ou à Istanbul afin de nous pondre d’autres de ces belles histoires qu’aiment tant la presse bobo et post-soixante-huitarde ? C’est ce que sous-entend la rédactrice.

nouvelles du front,polémique,tweets injurieux,télérama,scandale,complaisance,aveuglement,déni,rebelles subventionnés,abus,presse,télé,la grande librairie,le monde,les inrockuptibles,fondation cartier,mehdi meklatAvec une nouvelle couverture de Télérama ? Comme le souligne Alain Finkielkraut, les leçons de cette épisode risquent bien de n’être pas tirées.     

Il faut dire que les grands moyens ont été employés pour qu’on puisse parler d’« œuvre » à propos des écrits de commande d’un ado attardé à l’époque où ses éditeurs l’ont envoyé plancher avec son copain aux USA et en Turquie. La Fondation Cartier a mis aussi le paquet. C’est là qu’il faut regarder si l’on veut analyser et expliquer le scandale Mehdi Meklat.

Les gens comme moi, nous sommes shootés à l’air pur de nos provinces, nous manquons de nez pour flairer les miasmes. Nous respirons trop haut. Dans ce genre d’affaire, notre erreur est de nous positionner sur le terrain des idées alors que tout se joue beaucoup plus bêtement, sur le terrain du commerce, même pas celui de la gauche culturelle saumon fumé mais bien celui de la gauche culturelle caviar, celle qui vend de la culture industrielle « bancable » .

C’est dans ce fatras paraculturel de luxe clinquant pour drugstores branchouilles qu’on trouve ainsi du produit rap, du produit banlieues, du produit rebelle et bien sûr du produit Meklat, du livre d’élevage, du livre calibré et toutes sortes d’« œuvres » préfabriquées puis déversées à grands coups de subventions publiques et de médias en attente de retour sur investissement.

Et hélas, si peu de monde pour se demander un seul instant comment on peut parler d’« œuvre » pour qualifier la morve et la schizophrénie d’une de ces multiples petites frappes que les héritiers des nouveaux riches et des parvenus de la culture envoient sur les plateaux de télévision, dans les studios radiophoniques et en résidence dans les centres culturels, les médiathèques et les collèges de province pour faire prendre à leurs publics conquis d’avance les vessies de la démagogie, du pur business et du prêt à penser pour les lanternes de la culture avec l’onction financière des Drac et autres usines à gaz d’un système devenu fou.

Mais le plus pathétique, à mon sens, est le silence gêné et assourdissant sur ce genre d’affaire d’un grand nombre d’auteurs que je connais et qui courent après 100 petits euros pour une lecture ou un atelier d’écriture. De quoi ont-ils peur ? D’être grillés dans Télérama, Le Monde, les Inrockuptibles, La Grande librairie, France Inter, France Culture ? Et alors ? De toute façon, ces médias les ignoreront toujours, ce qui n’est plus vraiment grave puisque ces organes de presse sont de moins en moins prescripteurs en ce qui concerne les ventes de livres.

Oui, comme tout cela est piteux, si peu « jubilatoire » pour citer l’adjectif préféré de Télérama. Certains me demandent pourquoi je reste abonné. Eh bien, désormais, pour savoir comment pense l’ennemi.

(*) Je fais ici allusion à une ancienne couverture de Télérama où une jeune cinéaste dont j’ai oublié le nom déclarait « j’en ai assez du cinéma fait par des hommes blancs de plus de 45 ans. »
La démangeaison du désabonnement m’était aussi venue à la lecture d’un entretien avec Abd al Malik (encore un rappeur slameur) dont les propos à l’encontre de Charlie Hebdo et de la liberté d’expression m’avaient révolté.
Il y eut aussi dans la période de Noël 2016 la diffusion d’une publicité de l’association Aides que certains jugèrent obscène mais qui me choqua quant à moi pour une autre raison : elle véhiculait à mon avis un message idéologique ethnique extrêmement biaisé, ambigu et malsain.

 

Commentaires

On a du mal à comprendre la position de Télérama et des gens qui continuent à soutenir Meklat. Tant que les faits n'étaient pas connus on peut admettre qu'ils n'étaient pas informés, mais depuis... Il suffit d'assumer ses responsabilités en dénonçant les faits et en renonçant à toute relation avec l'auteur indigne du moindre intérêt culturel et humain.

Écrit par : Lebas Pascale | 04 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Ce sont des médias qui fabriquent des icônes. Tout ce qui ne va pas dans le sens de leur vision du monde est automatiquement étiqueté réactionnaire ou fasciste embusqué. Ils sont aussi dans un mouvement général de déni d'une réalité qui les dérange profondément dans leurs vieilles certitudes. Je crois en outre que ces magazines sont produits par des gens (notamment les plus âgés d'entre eux) qui ont des comptes à régler avec leur milieu social et leur culture d'origine. Déçus d'un Grand Soir qui n'est jamais venu, ils pensent que la contestation viendra des banlieues et de cultures différentes. Hélas, ces cultures différentes n'ont pas les mêmes objectifs... Elles considèrent nos pratiques culturelles comme le ventre mou d'un Occident auquel elles sont hostiles. Je n'aurais pas dit cela dans les années 80 mais maintenant, nous avons l'expérience des événements de ces décennies pour juger.

Écrit par : Christian Cottet-Emard | 06 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire