Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 novembre 2018

Scandale Mehdi Meklat : « C’est pas moi, c’est mon double maléfique ! »

scandale,mehdi meklat,télérama,inrockuptibles,arte,grande librairie,gauche caviar,blog littéraire de christian cottet-emardComme prévu, selon un plan média bien orchestré qui ne doit duper personne, Meklat revient sur les plateaux de télévision avec un livre et en se posant une fois de plus en victime. Je remets donc en ligne ce que j'avais écrit ici-même à propos de ce manipulateur. Entre temps, mon article a été publié cet été par la revue Instinct nomade dans le numéro consacré à Georges Brassens.

Rappel des faits : 

En février 2017, alors qu'il venait de publier Minute (Seuil) avec son acolyte de toujours, Badroudine Saïd Abdallah, des internautes ont révélé que Mehdi Meklat avait posté entre 2010 et 2015 de très nombreux tweets antisémites, racistes et homophobes sous le nom (volontairement caricaturalement français) de Marcelin Deschamps. Florilège : « Faites entrer Hitler pour tuer les juifs », « Ben Laden me manque », « Les Blancs, vous devez mourir asap », etc. Un peu plus d’un an après l'affaire de ses tweets haineux, Mehdi Meklat va publier cet automne un livre chez Grasset dans lequel il s'expliquera sur cette polémique qui avait fait grand bruit. Un scandale qui avait terni l'image de ce journaliste de 26 ans venu de banlieue, chouchou des médias (il a été chroniqueur sur France Inter et a réalisé des vidéos pour Arte) et de la gauche progressiste (cf. Christiane Taubira avec laquelle il posa en couverture des Inrockuptibles.)

Meklat : un syndrome 

Si je reviens sur le scandale Meklat, ce n’est pas par intérêt pour sa personnalité négligeable et pour ce produit fabriqué par la gauche culturelle. C'est aussi parce que comme tous les individus de cette espèce, lui et ses clones posent le problème suivant  : ou l'on se dit qu'il ne faut rien dire pour ne pas rentrer dans leur jeu ou l'on estime qu'il faut dénoncer à chaque nouvelle affaire afin d'opposer une résistance nécessaire. La deuxième solution me paraît la moins mauvaise car, comme on dit, qui ne dit rien consent.

La vraie question que pose le scandale des tweets homophobes, antisémites, misogynes, injurieux et faisant l’apologie du terrorisme tenus sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps par Mehdi Meklat dépasse largement la personnalité de ce faiseur ridiculement adoubé journaliste, écrivain et chroniqueur par des médias soumis et complaisants. Piteusement, le magazine Télérama qui l’a mis en Une en octobre 2015 est allé jusqu’à publier sur la toile un entretien dans lequel ce manipulateur à double casquette est encore pris avec des pincettes (« Maladroitement et, semble-t-il, sincèrement, il plaide le “double de fiction” » peut-on lire sous la plume de l’auteur de l’entretien). Dur pour un de ces sanctuaires du politiquement correct qu’est Télérama de reconnaître qu’on s’est fait rouler dans la farine ! Et ce n’est pas la première fois ! Mais laissons cette presse à sa fatigue, à ses certitudes, à son vieillissement et à sa déconnexion d’avec le réel d’une époque qu’elle ne comprend plus. 

Reprenons de la hauteur. La question est de comprendre pourquoi et comment une grande partie de l’opinion d’un pays comme la France en vient à se détester elle-même au point d’encenser ceux qui lui crachent leur venin à la figure avec la complicité de médias d’envergure nationale, internationale et d’une prestigieuse fondation privée. Il apparaît clairement depuis des années que l’idéologie mortifère ainsi véhiculée prend les structures et les réseaux culturels en place aux niveaux national, régional et local comme vecteurs privilégiés.

Lorsque des lanceurs d’alertes se montrent vigilants, des affaires du même genre sont portées à la connaissance du grand public mais très souvent, hélas, les petits soldats des entreprises de sape agissant en rebelles subventionnés instillent lentement mais sûrement leur poison en toute impunité. Pour un Meklat démasqué et, espérons-le, définitivement grillé dans les milieux de la culture et des médias, combien d’autres en action ou en embuscade ?

Leur arme : le double langage. Leur logistique : les subventions publiques. Leurs complices : les frustrés, mécontents, déçus, et contempteurs de la culture occidentale. Leurs cibles : les vieux gauchos encore en deuil de leur impossible Grand Soir et les jeunes bobos bavassant à l’enseigne de Nuit Debout et autres auberges espagnoles du mécontentement. Leur défense lorsqu’ils sont confondus : la position victimaire. Meklat excelle dans cette dernière posture dans ses abracadabrantes tentatives de justification.

L’homophobie, l’antisémitisme, la misogynie, l’injure, l’appel à la violence et au terrorisme, ce n’est pas lui, Mehdi Meklat, mais celui qu’il appelle son double maléfique de fiction, Marcelin Deschamps ! Nous noterons au passage que dans le sordide petit théâtre qu’est l’esprit schizophrénique de cet individu, le rôle du méchant est dévolu à un double affublé d’un nom et d’un prénom bien franchouillards ! Quant au gentil abrité par le même corps, on nous dit qu’après la polémique, il est parti loin de la France pour penser, réfléchir. Eh bien qu’il prenne son temps et qu’il médite en particulier sur ce que sait tout véritable écrivain : les écrits restent et parfois, celles et ceux qui les lisent ont de la mémoire...

Pour la presse bien-pensante (Télérama et consorts) ne peuvent exercer cette mémoire en attendant un Meklat au tournant que « ceux qui depuis longtemps ont fait une cible de cet ancien Kid de France Inter et qui se frottent les mains » . Je frémis d’horreur à l’idée de ces mains crochues qui se frottent dans l’ombre ! Il ne reste plus qu'à suggérer que ces mains sont sans doute prolongées par des gros bras de mâles blancs de plus de 45 ans (1) qui ont caché des brassards à croix gammée dans les tiroirs de leurs buffets de salle à manger  !

L’homme que je suis, celui qui a largement dépassé cet âge, qui ne collectionne pas ce genre d’objet et qui ne se frotte pas les mains d’une aussi désolante affaire apprend alors dans cette prose navrée qu’il y a les autres (dont je ne fais pas partie non plus), ceux qu’elle appelle « les sidérés » à qui « Mehdi Meklat devra à l’avenir confirmer qu’il est bien l’auteur sensible au monde et à ses prochains qui transparaît dans son œuvre. » (!) Eh oui, son œuvre, rien que ça ! Est-ce à dire qu’à son retour d’exil, quand il se sera refait une virginité médiatique à la faveur de notre fabuleuse capacité à « passer à autre chose » , Meklat retrouvera un éditeur pour lui payer de nouveau des résidences à Los Angeles ou à Istanbul afin de nous pondre d’autres de ces belles histoires qu’aiment tant la presse bobo et post-soixante-huitarde ? C’est ce qui est sous-entendu.

Des idées ? Non, du business !

Les gens comme moi, nous sommes shootés à l’air pur de nos provinces, nous manquons de nez pour flairer les miasmes. Nous respirons trop haut. Dans ce genre d’affaire, notre erreur est de nous positionner sur le terrain des idées alors que tout se joue beaucoup plus bêtement, sur le terrain du commerce, même pas celui de la gauche culturelle saumon fumé mais bien celui de la gauche culturelle caviar, celle qui vend de la culture industrielle « bancable ». C’est dans ce fatras para-culturel de luxe clinquant pour drugstores branchouilles qu’on trouve ainsi du produit rap, du produit banlieue, du produit rebelle et bien sûr du produit Meklat, du livre d’élevage, du livre calibré et toutes sortes d’« œuvres » préfabriquées puis déversées à grands coups de subventions publiques et de médias en attente de retour sur investissement.

Et hélas, si peu de monde pour se demander un seul instant comment on peut parler d’« œuvre » pour qualifier la morgue et la schizophrénie d’une de ces multiples petites frappes que les héritiers des nouveaux riches et des parvenus de la culture envoient sur les plateaux de télévision, dans les studios radiophoniques et en résidence dans les centres culturels, les médiathèques et les collèges de province pour faire prendre à leurs publics conquis d’avance les vessies de la démagogie, du pur business et du prêt à penser pour les lanternes de la culture avec l’onction financière des Drac et autres usines à gaz d’un système devenu fou.

Mais le plus pathétique, à mon sens, est le silence gêné et assourdissant sur ce genre d’affaire d’un grand nombre d’auteurs que je connais et qui courent après 100 petits euros pour une lecture ou un atelier d’écriture. De quoi ont-ils peur ? D’être grillés dans Télérama (2), Le Monde, les Inrockuptibles, La Grande librairie, France Inter, France Culture ? Et alors ? De toute façon, ces médias les ignoreront toujours, ce qui n’est plus vraiment grave puisque ces organes de presse sont de moins en moins prescripteurs en ce qui concerne les ventes de livres.

Oui, comme tout cela est piteux, si peu « jubilatoire » pour citer l’adjectif préféré de Télérama. Certains me demandent pourquoi je reste abonné. Eh bien, désormais, pour savoir comment pense l’ennemi.

 

(1) Je fais ici allusion à une couverture de Télérama où une jeune cinéaste dont j’ai oublié le nom déclarait « j’en ai assez du cinéma fait par des hommes blancs de plus de 45 ans. ».

(2) La démangeaison du désabonnement m’était aussi venue à la lecture d’un entretien avec Abd al Malik (encore un rappeur slameur) dont les propos à l’encontre de Charlie Hebdo et de la liberté d’expression m’avaient révolté.

Retrouvez cet article en version papier dans la revue Instinct nomade : scandale,mehdi meklat,télérama,inrockuptibles,arte,grande librairie,gauche caviar,blog littéraire de christian cottet-emard 

 

14 novembre 2018

Marché du livre : panique à bord

marché du livre,littérature,livre,édition,diffusion,distribution,presse,journalistes,plateformes d'auto-édition,micro-édition,édition à compte d'éditeur,édition à compte d'auteur,presse littéraire,presse magazine,télérama,blog littéraire de christian cottet-emard,cultureTélérama, le magazine qui vieillit mal, vient de laisser passer une perle de plus dans un article de Gilles Heuré intitulé Parus, pas lus s’appuyant sur le rapport d’un sociologue au ministère de la Culture qui décrit la surchauffe du marché du livre : surproduction, librairies submergées et baisse des ventes par livre et par auteur.

De plus en plus de titres se vendent à moins de cent exemplaires, (cela on le savait) mais l’explication fournie laisse rêveur : une tendance engendrée notamment par la multiplication des petits éditeurs, la « microédition » encourageant la production à compte d’auteur et en version numérique.

Les petits et micro-éditeurs éditeurs qui sont assez souvent des viviers de création littéraire et qui n’ont, soulignons-le au passage, jamais accès aux pages littéraires de Télérama, apprécieront. Les voilà rendus responsables non seulement de la crise du marché du livre mais encore du recours à l’édition à compte d’auteur alors qu’ils sont les premiers à en dénoncer l’arnaque !

On passera sur les approximations de l’auteur de l’article qui jette dans le même sac poubelle cette micro-édition qu’il saisit de guillemets dédaigneux et la pratique du compte d’auteur. Il doit pourtant savoir que le compte d’auteur n’est tout simplement pas de l’édition et qu’il n’est pas dans les usages des micro-éditeurs dignes de ce nom.

En réalité, cette manière de déconsidérer le travail des petites et micro structures éditoriales mais aussi de l’auto-édition (qui est encore autre chose) exprime la panique de ceux qui s’en rendent coupables parce qu’ils ont des intérêts dans un système de production, de diffusion et de distribution du livre à bout de souffle et dont la fin par asphyxie les privera à court terme de leurs prérogatives. Cela fait du monde, notamment chez les responsables des grandes maisons d’édition et chez les journalistes qui leur servent encore la soupe !

Pas étonnant que tout ce beau monde s’énerve, surtout quand la prochaine étape de ces bouleversements dans la chaîne du livre verra les premiers auteurs de best-sellers migrer vers les plateformes d’auto-édition les plus performantes et les plus rémunératrices... Il ne faut pas croire que tous les hommes et femmes de lettres sont allergiques aux chiffres !

 

27 mars 2017

De la paix civile en France (lectures croisées de la presse)

Le 8 mars, dans un entretien à l’AFP, Emmanuel Macron a déclaré : « La vraie rupture, ce que je propose pour les quartiers, c’est une vraie politique de discrimination positive et de mobilité » .

Dans un excellent article du Figaro du jeudi 16 mars (pages débats), Anne-Marie Le Pourhiet, vice-présidente de l’Association française de droit constitutionnel et professeur à l’université de Rennes-I, écrit tout le mal qu’elle pense de la discrimination positive qu’Emmanuel Macron veut promouvoir et qui constitue un danger pour la paix civile en France :

« Inutile de jouer les tartuffes devant la " montée des extrêmes " lorsque, à longueur d’actes et de discours démagogiques et clientélistes, certaines élites dirigeantes ne font que semer les ferments de l’amertume sociale » conclut-elle très justement.

Je ne peux m’empêcher de croiser cette lecture avec celle du dossier de l’ineffable et bien pensant Télérama n° 3506 (semaine du 25 au 31 mars) comiquement intitulé « Pourquoi tant de haines ? » dans lequel Richard Rechtman, psychiatre, anthropologue et directeur d’études à l’EHESS déclare :

« La haine n’est pas encore au pouvoir. Pour qu’elle l’imprègne vraiment, il faudrait que des lois discriminantes soient votées, qu’un corps de magistrats les applique et que la police veille. » CQFD !

En ce qui me concerne, la première fois que j’ai entendu l’expression « discrimination positive » , je n’en ai pas cru mes oreilles. Je savais certes que les politiques ont l’art de faire dire n’importe quoi aux chiffres et aux lettres mais, désolé, pour un esprit rustique comme le mien qui s’appuie sur la clarté de la langue française, « discrimination positive » signifie tout simplement « passe-droit » ainsi que l’explique Anne-Marie Pourhiet dans le Figaro.