Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2020

Carnet / Avancer masqué

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,Protecteur ou dissimulateur, le masque est la figure de la peur ou tout au moins de l’inquiétude, qu’il soit objet ou expression voire absence d’expression (on parle du masque du dépressif au visage figé dans sa souffrance).

Depuis le début de la crise sanitaire consécutive à la pandémie, masque est l’un des mots les plus employés chaque jour y compris dans l’humour amer et justifié de ceux qui ne savent plus si l’on manque de masques ou si l’on masque les manques ainsi qu’on peut le lire sur les réseaux sociaux.

Alors qu’il devrait nous rassurer parce qu’il est en capacité d’opposer une résistance à une menace, le masque contribue dans le même temps à nous plonger dans l’effroi parce qu’il souligne la gravité de cette menace d’autant plus grande qu’elle ne peut en premier lieu être combattue que par un geste d’urgence appelé aujourd’hui geste barrière. Bien que cela soit nécessaire, ériger des barrières signifie tout de même être assiégé ou pire acculé c’est-à-dire réduit à une certaine passivité bien évidemment angoissante qu’on tentera de masquer, ce qui fait d’autant plus du masque l’instrument du secret.

Qu’il soit gardé ou révélé, le secret inquiète comme tout ce qui aspire à l’opacité, à la dissimulation. Tout ce qui est masqué peut-être perçu comme hostile car tendant à la prise de distance, au retrait, à la volonté d’exclure ou de s’exclure comme on le constate, entre parenthèses, avec l’actuelle problématique religieuse des femmes voilées dans l’espace public occidental. Pour ceux qui en préconisent ou en imposent l’usage, ce voile est bien le masque contre ce qu’ils considèrent comme impur, mauvais, en un mot comme une maladie dont il faut se protéger avec l’obsession d’avancer masqué. Fin de la parenthèse.    

Point n’est besoin de porter un masque en tissu pour avancer masqué dans de nombreux aspects de la vie sociale, professionnelle et parfois même sentimentale. Lorsque nous nous masquons pour nous grimer (à notre avantage croyons-nous), il s’agit encore de garder un secret qui est parfois un secret de Polichinelle, l’un des masques de la commedia dell'arte. Ce masque immatériel peut alors vite devenir un masque de carnaval. D’ailleurs, la vie sociale relève hélas assez souvent d’un bal masqué où il arrive parfois que quand les masques tombent, il n’y a personne derrière.

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,Pour conclure ce petit essai qui, comme tout texte de ce genre, n’a pas vocation à épuiser le sujet, je ne résiste pas au plaisir d’évoquer la figure du héros masqué, en particulier celle de mon préféré, Zorro.

Lui aussi a beaucoup à dissimuler à des adversaires et à des ennemis certes peu perspicaces et encore moins physionomistes car le masque de Zorro ne recouvre que ses yeux. Pourtant, même les belles femmes qui tombent amoureuses de lui se montrent incapables de reconnaître son double qu’elles fréquentent cependant d’assez près, l’aimable mais peu héroïque Don Diego de la Vega.

Tout le tragique de la vie sentimentale de Zorro tient au fait qu’il ne peut tomber le masque sous peine de prendre de terribles risques, non seulement pour sa sécurité mais encore pour sa capacité de séduction. Entre le regard et le masque, qu’est-ce qui séduit le plus ? Encore une affaire de secret !

En portant son masque, Zorro préserve sa vie secrète de héros mais il se protège aussi du regard de l’élue de son cœur, un regard dont la flamme pourrait bien faiblir ou pire encore s’éteindre s’il finissait par sombrer dans les yeux d’un homme démasqué, autant dire d’un homme ordinaire.

À part un baiser furtif, rien n’est possible entre Zorro et sa belle et quand bien même on les verrait enfin réunis dans un quotidien conjugal, imaginez la scène : Zorro rentre chez lui après son boulot de héros. Sa bien-aimée lui demande :

« Alors, chéri, ta journée s’est bien passée ? »

Réponse de Zorro : « Pas terrible, aujourd’hui je n’ai secouru qu’une veuve et un orphelin... »

Madame : « Ah bon... »

Zorro : « Ben oui. Alors pour me distraire, j’ai sorti mon épée devant le sergent Garcia et je lui ai tracé un Z sur la bedaine. »

Madame : « Ah bravo, c’est malin. »

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,

 

06 mai 2020

Carnet / Nachtmusik

carnet,note,journal,écriture autobiographique,blog littéraire de christian cottet-emard,musique,nachtmusik,gustav mahler,septième symphonie,chant de la nuit,orage,lune,toits,iris,lilas,regard,brume,nuit,christian cottet-emard,enfance,forêt,bois,loup,roman,fiction,écriture,littérature,album photo d'enfance,voyage dans le temps,confinement

Chez moi, nuitamment.

(En écoutant la Nachtmusik de la septième symphonie de Gustav Mahler)

Après le bref orage, clair de lune vaporeux ce soir. Les toits mouillés des maisons voisines luisent sous la clarté opalescente des moutonnements de nuages qui semblent agrandir à l’infini le ciel laiteux. Des voiles de vapeur parfumée à l’iris et au lilas montent des herbes trempées et se dispersent dans les haies froissées d’une aile d’oiseau au sommeil troublé.

La nuit légère d’un beau printemps ignore les inquiétudes et les tourments humains mais serait-elle aussi réelle si aucun regard conscient ne pouvait la contempler afin d’en concevoir des tableaux, des musiques, des poèmes ou de simples rêveries ?

***

Au cours de ma vie principalement organisée en privilégiant la sécurité, le calme et le retrait, il s’est passé plus de choses extraordinaires, inexplicables et inattendues que dans les récits de fiction les plus débridés. J’ai toujours ce constat à l’esprit lorsque je travaille à l’écriture romanesque et je me demande même pourquoi j’éprouve le besoin d’écrire des histoires dans lesquelles tout ou presque est inventé. La réalité autobiographique est tellement plus subtile et plus riche que ce laborieux bricolage narratif qu’est le roman, à moins qu’on ne parle du roman historique et des grandes fresques sociales que je ne pratique pas.

***

Puisqu’on ne peut guère parcourir les chemins, on peut toujours voyager dans le temps, surtout dans le passé. Le véhicule est des plus simples, l’album des premières photos. Quelques pages tournées suffisent pour tisonner l’étonnement d’avoir été un bébé, un bambin puis, très vite, un gamin réservé et ombrageux.

On sort de l’enfance comme le loup du bois.

 

03 mai 2020

Revue Instinct nomade : Fernando Pessoa. Couverture et sommaire

revue instinct nomade,fernando pessoa,éditions germes de barbarie,bernard deson,christian cottet-emard,poésie,littérature,essai,presse littéraire,lisbonne,portugal,blog littéraire de christian cottet-emard,josé correa

revue instinct nomade,fernando pessoa,éditions germes de barbarie,bernard deson,christian cottet-emard,poésie,littérature,essai,presse littéraire,lisbonne,portugal,blog littéraire de christian cottet-emard,josé correa

revue instinct nomade,fernando pessoa,éditions germes de barbarie,bernard deson,christian cottet-emard,poésie,littérature,essai,presse littéraire,lisbonne,portugal,blog littéraire de christian cottet-emard,josé correa

revue instinct nomade,fernando pessoa,éditions germes de barbarie,bernard deson,christian cottet-emard,poésie,littérature,essai,presse littéraire,lisbonne,portugal,blog littéraire de christian cottet-emard,josé correa

Le numéro 5 de la revue Instinct nomade consacré à Fernando Pessoa est bouclé ! Voici la couverture complète et le sommaire intégral. Voici le lien vers le site pour plus d'infos : https://germesdebarbarie.weebly.com/
Sur 276 pages, le dossier Pessoa en mobilise 216. La sortie des presses est imminente mais les commandes ne pourront pas être honorées avant la mi-mai. Pour ceux qui souhaiteraient se le procurer immédiatement sachez qu'il est déjà possible d'acheter une version PDF (qui pourra être lue sur liseuse, tablette, smartphone ou plus confortablement sur ordinateur). Cette version vous est proposée à 7€ (au lieu de 16€ pour la version papier) et un deuxième numéro de la revue au choix vous sera offert (en PDF également).

Rappel des thèmes des numéros précédents : n°1 Cocteau, n°2 Brassens, n°3 Delteil et n°4 Morrison. Pour ceux qui voudront quand même acheter la version papier du numéro Pessoa après s'être procuré le PDF, le montant déjà payé sera déduit de leur commande.

Ma contribution à ce numéro : un article sous forme de carnet de voyage (avec photos) et de lecture intitulé Lisbonne, Pessoa et ses ombres ainsi que ma chronique habituelle traitant de trois thèmes (poésie et spiritualité, alcool et cigare et affaire Matzneff).