Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 décembre 2018

Olivier Leguay (piano) joue Éric Satie et Morton Feldman à l'Atelier Jacki Maréchal vendredi 7 décembre, 21h

concert,atelier jacki maréchal,oyonnax,olivier leguay,piano,éric satie,uspud,morton feldman,palais de mari,ain,haut bugey,rhône alpes auvergne,musique,blog littéraire de christian cottet-emard

 

01 juin 2018

Olivier Leguay (piano) joue Morton Feldman samedi à l'atelier Jacki Maréchal

concert,musique,olivier leguay,piano,morton feldman,atelier jacki maréchal,musique du vingtième siècle,concert gratuit,oyonnax,ain,haut bugey,rhône-alpes,france,blog littéraire de christian cottet-emard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concert gratuit à l'atelier Jacki Maréchal ce samedi 2 juin 20h30

 

 

 

 

24 mai 2014

Carnet / Sous le ciel bas

Samedi dernier j’ai de nouveau écouté en concert privé (chez Olivier Leguay et dans son interprétation) les œuvres pour piano du compositeur américain Morton Feldman que j’avais découvertes il y a quelques semaines lors d’une soirée entre amis et mélomanes, notamment  Palais de Mari qui est revenu aujourd’hui me trotter dans la tête alors que je regardais mes frênes battre leur record de lenteur pour pousser leurs nouvelles feuilles.

carnet,note,journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,scepticisme,méfiance,lilas,pivoines,iris,morton feldman,olivier leguay,georges-emmanuel clancier,la grande librairie,ciel bas,littérature,poésie,palais de mari,musique américaine,cigare,efferalgan,douleurs à la nuque,grillons,limites,campagne,prairie,prairie journal,écriture de soi

Cette année, toute la végétation est très en retard. Les lilas sont en train de passer et les pivoines encore en boutons contrairement aux iris en majesté pour me rappeler que nous sommes fin mai dans ce déprimant premier semestre.

Ce vendredi soir, après de violentes douleurs à la nuque heureusement enrayées par l'efferalgan (que deviendrais-je sans ce médicament ?) je suis sorti fumer un cigare dehors. La nuit permet d’oublier le ciel bas. Les derniers parfums des lilas mêlés aux stridulations des grillons redonnent un peu de baume au cœur dans cette interminable et affreuse grisaille jurassienne.

carnet,note,journal,blog littéraire de christian cottet-emard,doute,scepticisme,méfiance,lilas,pivoines,iris,morton feldman,olivier leguay,georges-emmanuel clancier,la grande librairie,ciel bas,littérature,poésie,palais de mari,musique américaine,cigare,efferalgan,douleurs à la nuque,grillons,limites,campagne,prairie,prairie journal,écriture de soi

Il me faudrait sans doute prendre des leçons d’énergie vitale auprès de poètes tels que Georges-Emmanuel Clancier. Le voir et l’entendre parler tranquillement et en apparence sereinement à cent ans de la force de la poésie sur le plateau de l’émission La Grande librairie que j’ai regardée ce soir sur mon ordinateur devrait m’encourager à remonter la pente ou, du moins, à m’en tenir avec plus de rigueur et de confiance en moi à mes propres chantiers littéraires.

Mais je ne suis pas certain qu’il soit judicieux, quand on est comme moi un homme gouverné par le doute, le scepticisme, la méfiance et le sentiment permanent de l’absurde, qu’il soit judicieux dis-je, de tenter de puiser exemple et forces auprès de tempéraments si différents du mien.

Peut-être au contraire faut-il que j’aie la force de remonter du puits obscur que je suis (re) devenu cette eau rare et fraîche qui semble couler en abondance et en surface chez des personnalités plus actives et sûres d’elles que moi mais dans l’élan desquelles je risquerais de me perdre en me faisant distancer.

Toujours le même problème : se connaître et en tirer les conséquences, identifier ses limites, les accepter et ne pas céder au nouveau conformisme ambiant qui fait croire à qui a envie de le croire qu’il n’existe pas de limites ou que nous pouvons indéfiniment et impunément repousser les nôtres alors qu’elles constituent l’essentiel de ce que nous sommes lors de notre inexplicable et bref passage en ce monde.