Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 octobre 2022

Carnet / De bois et de marbre

bois de chauffage,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,rangement,christian cottet-emard,campagne,travail,poème,bois

Je ne dois pas être normal. Hier mercredi, j’ai rangé mon bois de chauffage de manière à ce qu’il ne soit pas exposé aux intempéries tout en restant bien aéré. Eh bien une fois cette tâche accomplie, je n’en ai éprouvé aucune satisfaction particulière, comme à chaque fois que je fournis un travail, même s’il y a du résultat. N’importe qui d’autre aurait pensé qu’il avait bien employé sa journée. Moi, non. Cela me laisse de marbre. En m’acquittant de cette besogne, je pensais que pour moi, une journée bien employée peut se résumer à écrire un poème absolument inutile (bon ou mauvais) dont tout le monde se fiche majestueusement. Et il en fut ainsi toute ma vie, dès l'enfance. C’est grave docteur ?

bois de chauffage,carnet,blog littéraire de christian cottet-emard,rangement,christian cottet-emard,campagne,travail,poème,bois

#christiancottetemard #travail #bois #marbre #campagne #CARNET #nature

 

Commentaires

La «valeur» travail est absente tout simplement dans votre logiciel personnel, pas de notion de devoir accompli, pas de satisfaction face au résultat de l'effort engagé, juste un pragmatisme de circonstance face à la nécessité de faire....
Vous êtes en fait très contemporain, le travail n'a plus rien de noble ( à tort ou à raison ), il est souvent alimentaire et donc nécessaire, la tendance actuelle c'est la recherche de sens dans ce que l'on fait, l'inversion du rapport entre travailleurs et employeurs est assez spectaculaire et bien malin celui qui pourra prédire ce qu'il va advenir dans ce monde très incertain, où beaucoup de menaces sont susceptibles de nous faire perdre équilibre et stabilité.
Je suspecte une certaine satisfaction à ne rien éprouvé face au labeur !
Donc pas besoin de docteur.....

Écrit par : un lecteur intéressé | 28 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Je crois qu'il faut distinguer le travail de l'emploi. L'emploi est une souffrance, la perte d'emploi aussi. Emploi et perte d'emploi sont des péripéties de la vie humaine, du moins pour le commun des mortels. Être indifférent à la "valeur travail" peut aider sur le plan essentiellement psychologique lorsqu'on est confronté à l'épreuve du chômage. Cela permet aussi de bien vivre la retraite (à condition qu'un minimum vital de revenu soit garanti). Le travail relève quant à lui de la malédiction de la condition humaine, personne ne peut y échapper. Personne ne peut accéder au rang de pur paresseux. Un authentique paresseux serait une curiosité, une chimère, une merveille de la nature, mais jamais on ne verra un tel prodige puisqu'il refuserait tout simplement de sortir du ventre de sa mère !

Écrit par : christian cottet-emard | 29 octobre 2022

Un emploi sous entend forcément travail....Après ce n'est qu'une question de dialectique.
Concernant le travail comme une « malédiction de la condition humaine » selon vous,
Karl Marx écrivait que le travail était une « aliénation de l'homme par l'homme », il a toujours revendiqué le fait de ne pas vouloir travailler
( je ne parle pas de toute sa production littéraire...ect ),
ce qui lui a valu un soutien financier permanent de sa famille et des conditions de vie très précaires pour lui et ses enfants.
( «Karl Marx ou l'esprit du monde » Jacques Attali ).

Pour que les retraités bénéficient d'un « minimum vital de revenu.. », il faut un maximum d'actifs au turbin sous nos latitudes, et des conditions favorables de cotisations sur de longues années.
Le travail semble malheureusement une obligation pour les personnes de naissances et de conditions modestes pour vivre et survivre trop souvent.

En terre d'Israël, les juifs orthodoxes revendiquent une indemnité d'existence sans travail, leurs vies étant dédiées uniquement à la prière et à la procréation.

Au Katar, le plupart des natifs ne travaillent pas, leurs structures claniques et très hiérarchisées sans oublier leurs fortunes grace à l'énergie fossile,
les « obligent » à recourir à des « travailleurs » étrangers ( traiter comme des esclaves la plupart du temps ), et parqués dans des zones dédiées pour ne pas être mélangés aux autochtones....( vécu d'une amie d'origine Indienne ).

Alors je ne sais pas si une chimère peut être une merveille de la nature, je ne sais pas si d'authentiques paresseux existent ou pas et si au bout du compte il refuseraient de venir au monde....?
En tout cas chez nous, notre phénomène de foire, écoféministe wokiste, racialiste, en marche pour la déconstruction du monde occidental, à récemment décréter que « la valeur travail était une idée de droite» et que l'on « avait droit à la paresse »......c'est grave docteur ??

Écrit par : un lecteur intéressé | 29 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Eh oui, impossible d'échapper au travail, même pour organiser plaisirs et loisirs ! Quant au personnage que nous savons, oui, c'est très grave et tous les docteurs réunis n'y suffiront pas !

Écrit par : christian cottet-emard | 30 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire