Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 août 2020

Aujourd'hui, l'Assomption

assomption de la vierge marie,assomption du titien,venise,Frari,basilique,vêpres de la vierge,monteverdi,ambronay,fête chrétienne,blog littéraire de christian cottet-emard,15 août,culture chrétienne,occident

Titien : Assomption de la Vierge (Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari, Venise).

Et en musique : extrait des Vêpres de la Vierge de Claudio Monteverdi (Ambronay 2013).

 

 

 

22 mai 2015

Des pas dans la nuit

Un jour de bora bianca, ce vent redouté des vénitiens, il longeait la façade Renaissance de la Scuola di san Rocco avant d'entrer dans la basilique Santa Gloriosa dei Frari.voyage,italie,venise,recueil,carnet de voyage,l'italie promise,christian cottet-emard,littérature,éditions orage-lagune-express,escarpin,vénétie,basilique santa gloriosa dei frari,scuola di san rocco,bora bianca,frari,titien,canova,giovani bellini,assomption du titien,encens,gabrieli,ricercare,cavazzoni,canzon,orgue callido,orgue piaggia,trattoria,lasagnes aux orties,poisson grillé,polenta,frascati,aqua,canal,escarpins à nœud papillon,algues,renaissance,droits réservés,©,copyright,pas dans la nuit,fondamente,lagune vénitienne,musique,rêve éveillé,souvenir

Il s’accorda quelques instants de compagnie avec Titien, Canova et Giovani Bellini lorsqu’il entendit quelques craquements dans l'obscurité où stagnaient de lourds effluves d'encens. Des notes d’orgue s'y mêlèrent bientôt, qui lui firent oublier l'Assomption du Titien.

En émergeant de l'ombre lourde de la basilique, il retrouva les ocres du quartier des Frari réconciliés avec le dernier soleil du jour. Le vent avait capitulé et abandonné dans sa déroute des souffles d'algues. L'air se radoucissait et invitait quelques touristes réfugiés dans des bars minuscules et délicieusement enfumés à retrouver le jeu de piste des itinéraires de visite balisés de flèches noires sur fond jaune, idéales pour se perdre mieux encore qu'on ne l'eût espéré. Une nuit, il avait déambulé dans ce quartier souvent désert où, enfilant une rue au hasard, il avait entendu monter de la pénombre une voix :

« Aqua ! » Une silhouette venait de l'avertir que la rue débouchait directement sur le canal et qu'entre les deux, on n'avait pas jugé utile d'installer une barrière.

Il vit alors l'ombre s'approcher. Elle appartenait à une jeune femme en imperméable qui le jaugea, amusée mais vigilante. « Attention au canal ! » Elle lui parlait en français. Il pensa qu’il devait avoir une tête de français. Elle l'accompagna le temps de lui indiquer un chemin plus sûr. Il l’observa furtivement. Elle était dans son élément. Ses escarpins surmontés d'un nœud papillon s'assuraient avec une grâce appliquée sur les dallages de pierre. Le rythme de son pas dans le silence nocturne créait cette même harmonie, ce même équilibre ténu qu'un ricercare des Gabrieli ou une canzon des Cavazzoni sur l'orgue Callido et sur l'orgue Piaggia de la basilique.

Ce pas, il l’entend encore s'éloigner, des années après, aussi nettement que ce soir-là où il dînait, dans une trattoria silencieuse, de lasagnes aux orties et de quelques poissons grillés agrémentés d'une tranche de polenta et de vin blanc.

 

Extrait de mon recueil L'Italie promise, © éditions Orage-Lagune-Express. Ce texte sera repris dans mon prochain recueil de nouvelles à paraître cette année.