Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mai 2022

Carnet / L’abstraction des bords de mer

carnet,note,journal,voyage,vacances,été,christian cottet-emard,italie,sardaigne,mer,bord de mer,lungomare,méditerranée,alghero,sardaigne,océan atlantique,landes,france,belgique,mer du nord,ostende,abstraction,paysage,horizon,maritime,blog littéraire christian cottet-emard,rêve,pensée,raisin,fruits,légumes,marchande,primeur,opel,île,sourire,voyage en italie,voyage en sardaigne,souvenir

Dès que je me promène en bord de mer, j’entre dans l’abstraction, en opposition à la vie dans ma région natale et dans ma campagne où règne le concret. Les vacances qui sont une idée abstraite y sont bien sûr pour beaucoup.
 
J’ai vu la mer pour la première fois au milieu des années soixante, l’époque de mon enfance. C’était la mer du nord. J’étais à l’arrière de l’Opel blanche crème de mon parrain. Nous roulions doucement dans les rues d’Ostende lorsque la mer apparut soudain entre deux immeubles.
 
Je m’en souviens comme si j’y étais encore mais je suis incapable de me rappeler précisément l’année et le jour où, très jeune homme, je vis apparaître la Méditerranée. Le souvenir de ma première vision de l’océan est plus précisément daté parce que j’y faisais du camping dans les Landes, ce qui ramène certes au concret mais celui-ci s’efface dès que je flâne sur la plage. Cependant, la véritable abstraction qu’est à mes yeux le paysage maritime est l’horizon méditerranéen.
 
J’ai mis très longtemps à mettre ces pauvres mots sur cette idée qui est aussi une sensation, pour moi un évènement qui s’est produit en entrant acheter du raisin à l’étal d’un petit magasin  de la ville d’Alghero en Sardaigne, un îlot d’ombre précaire dans l’immense lumière bleue du matin.
 
Cette matinée n’était pas un jour de rêve puisqu’elle était bien réelle mais un jour rêvé pour l’abstraction d’une journée où ces gros raisins de couleur parme qu’on trouve en été en Sardaigne se suspendaient en sphères scarieuses dans l’espace ombreux de l’échoppe telles des planètes dans le cosmos.
 
Ainsi naissent des tableaux dans le rêve éveillé des peintres ou quelques lignes lorsqu’on n’est pas capable de peindre et que la jolie marchande de fruits et légumes sourit parce qu’elle croit lire dans les pensées.
 
 
Extrait de mes Carnets d'Italie, © Éditions Orage-Lagune-Express.
Photo : Alghero (Sardaigne) photo Christian Cottet-Emard.
 

22 mai 2015

Des pas dans la nuit

Un jour de bora bianca, ce vent redouté des vénitiens, il longeait la façade Renaissance de la Scuola di san Rocco avant d'entrer dans la basilique Santa Gloriosa dei Frari.voyage,italie,venise,recueil,carnet de voyage,l'italie promise,christian cottet-emard,littérature,éditions orage-lagune-express,escarpin,vénétie,basilique santa gloriosa dei frari,scuola di san rocco,bora bianca,frari,titien,canova,giovani bellini,assomption du titien,encens,gabrieli,ricercare,cavazzoni,canzon,orgue callido,orgue piaggia,trattoria,lasagnes aux orties,poisson grillé,polenta,frascati,aqua,canal,escarpins à nœud papillon,algues,renaissance,droits réservés,©,copyright,pas dans la nuit,fondamente,lagune vénitienne,musique,rêve éveillé,souvenir

Il s’accorda quelques instants de compagnie avec Titien, Canova et Giovani Bellini lorsqu’il entendit quelques craquements dans l'obscurité où stagnaient de lourds effluves d'encens. Des notes d’orgue s'y mêlèrent bientôt, qui lui firent oublier l'Assomption du Titien.

En émergeant de l'ombre lourde de la basilique, il retrouva les ocres du quartier des Frari réconciliés avec le dernier soleil du jour. Le vent avait capitulé et abandonné dans sa déroute des souffles d'algues. L'air se radoucissait et invitait quelques touristes réfugiés dans des bars minuscules et délicieusement enfumés à retrouver le jeu de piste des itinéraires de visite balisés de flèches noires sur fond jaune, idéales pour se perdre mieux encore qu'on ne l'eût espéré. Une nuit, il avait déambulé dans ce quartier souvent désert où, enfilant une rue au hasard, il avait entendu monter de la pénombre une voix :

« Aqua ! » Une silhouette venait de l'avertir que la rue débouchait directement sur le canal et qu'entre les deux, on n'avait pas jugé utile d'installer une barrière.

Il vit alors l'ombre s'approcher. Elle appartenait à une jeune femme en imperméable qui le jaugea, amusée mais vigilante. « Attention au canal ! » Elle lui parlait en français. Il pensa qu’il devait avoir une tête de français. Elle l'accompagna le temps de lui indiquer un chemin plus sûr. Il l’observa furtivement. Elle était dans son élément. Ses escarpins surmontés d'un nœud papillon s'assuraient avec une grâce appliquée sur les dallages de pierre. Le rythme de son pas dans le silence nocturne créait cette même harmonie, ce même équilibre ténu qu'un ricercare des Gabrieli ou une canzon des Cavazzoni sur l'orgue Callido et sur l'orgue Piaggia de la basilique.

Ce pas, il l’entend encore s'éloigner, des années après, aussi nettement que ce soir-là où il dînait, dans une trattoria silencieuse, de lasagnes aux orties et de quelques poissons grillés agrémentés d'une tranche de polenta et de vin blanc.

 

Extrait de mon recueil L'Italie promise, © éditions Orage-Lagune-Express. Ce texte sera repris dans mon prochain recueil de nouvelles à paraître cette année.

14 mai 2015

Carnet / Visite nocturne de l’enseigne de vaisseau Mhorn

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,éditions éditinter,le grand variable,preben mhorn,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,roman,por larrañaga,cigare,havane,cigare cubain,luger,personnage de roman,fiction,double,littérature,double inversé,vent sec,arbre,campagne,feuillage,nuit,éclairage public,pollution lumineuse,blog littéraire de christian cottet-emard,lunette astronomique,étoile,voûte céleste,voie lactée,soir,médiathèque municipale d'oyonnax,ciel,crépuscule,prêt de livre,lecture publique,réserve,bibliothèque nationale de france,dépôt légal,bnf,isbn,ean,copyright,©,christian claude louis cottet-emardLe grand vent chaud et sec qui favorise les échanges vitaux entre les arbres est tombé ce soir après toute une journée à ébouriffer les feuillages. La nuit désormais sans contrainte d’éclairage public dans ma campagne déploie un immense ciel étoilé.

Je fume un havane au milieu des effluves de lilas et je repense à cette coupure accidentelle de courant qui avait plongé la moitié de mon quartier dans le noir lorsque j’habitais encore en ville.

C’est cet incident qui avait déclenché l’écriture des premières pages de mon livre Le Grand Variable * à la fin des années 90. Je suis encore étonné aujourd’hui d’avoir pu aussi facilement publier ce texte à l’époque alors qu’il est maintenant si difficile d’imposer une écriture non calibrée.

Au lieu de me dissuader de continuer dans cette voie, ces triomphes du nouveau conformisme et de la pensée unique m’inciteraient plutôt à me remettre dans la peau de mon double inversé, de mon contraire, l’improbable et opportuniste enseigne de vaisseau Mhorn carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,éditions éditinter,le grand variable,preben mhorn,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,roman,por larrañaga,cigare,havane,cigare cubain,luger,personnage de roman,fiction,double,littérature,double inversé,vent sec,arbre,campagne,feuillage,nuit,éclairage public,pollution lumineuse,blog littéraire de christian cottet-emard,lunette astronomique,étoile,voûte céleste,voie lactée,soir,médiathèque municipale d'oyonnax,ciel,crépuscule,prêt de livre,lecture publique,réserve,bibliothèque nationale de france,dépôt légal,bnf,isbn,ean,copyright,©,christian claude louis cottet-emardqui ne prend pas le temps d’avoir peur du monde parce qu’il a appris à ne rien espérer ni désirer et à se foutre d’à peu près tout, du moment qu’il sent près de sa main son vieux Luger au fond d'une poche de son caban, en cas de mauvaise rencontre.

carnet,note,journal,écriture de soi,autobiographie,prairie journal,éditions éditinter,le grand variable,preben mhorn,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,roman,por larrañaga,cigare,havane,cigare cubain,luger,personnage de roman,fiction,double,littérature,double inversé,vent sec,arbre,campagne,feuillage,nuit,éclairage public,pollution lumineuse,blog littéraire de christian cottet-emard,lunette astronomique,étoile,voûte céleste,voie lactée,soir,médiathèque municipale d'oyonnax,ciel,crépuscule,prêt de livre,lecture publique,réserve,bibliothèque nationale de france,dépôt légal,bnf,isbn,ean,copyright,©,christian claude louis cottet-emard

 

 

C’est ainsi que pendant la dégustation nocturne d’un Por Larrañaga au milieu de mes massifs de lilas par une belle nuit de mai, certains de mes personnages romanesques viennent me visiter comme s’ils ne m’avaient pas encore tout dit.

 

* Éditions Editinter, épuisé mais disponible dans certaines bibliothèques, à Oyonnax par exemple.