Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 août 2021

Meurtre et enquête à l’ombre de l’abbaye

Avril à Cluny, de Jean-Jacques Nuel. Éditions Héraclite. 158 p. 16 €.

avril à cluny,jean-jacques nuel,éditions héraclite,terres de bourgogne,polar,cluny,site clunisien,littérature,roman,blog littéraire de christian cottet-emard,bourgogne,chrétienté,christian cottet-emard,enquête policière,détective privé,brice noval,enquêteur privé,occident

Le privé Brice Noval est de retour dans Avril à Cluny, le dernier polar de Jean-Jacques Nuel. Dans ses deux précédentes enquêtes, La Malédiction de l’Hôtel-Dieu et Terminus Perrache (éditions Germes de barbarie), Noval se creusait les méninges dans les rues de Lyon mais l’âge venant en même temps qu’une certaine lassitude pour la ville aux trois fleuves (le Rhône, la Saône et le Beaujolais), le voici bien décidé à profiter de la retraite dans un village près de Cluny. Seulement voilà, si le village est tranquille, Cluny, malgré ses cinq petits milliers d’habitants, l’est beaucoup moins après le meurtre d’un libraire.

Pour contrarier encore les projets de l’enquêteur désireux de se ranger des voitures, l’ombre menaçante d’un moine erre la nuit dans les rues de la ville aux mille ans d’histoire. Ambiance !

Toujours sensible au charme féminin, Noval laisse son agent immobilier, une jeune femme qui ne se satisfait pas des conclusions de l’enquête officielle, le persuader de mener la sienne, pour le plus grand bonheur du lecteur aussitôt entraîné dans la pénombre et le clair-obscur de cette province qui ne dort que d’un œil mais où les éternelles turpitudes humaines ne s’en déchaînent pas moins. Brice Noval manquera de peu d’en faire les frais mais on verra dans la pirouette humoristique finale d’un ingénieux double épilogue qu’il a fait le boulot.

Au passage, la lecture de ce polar rondement mené nous évoque en brèves notations, sans s’égarer dans trop de développements historiques, les épisodes les plus marquants de l’immense rayonnement puis du déclin du site de Cluny qui fut, par son abbaye et son église, la plus grande de la chrétienté avant la reconstruction de Saint-Pierre de Rome, un phare spirituel de l’Occident.

Ainsi que le fait remarquer l’enquêteur Brice Noval, « si l’on y réfléchit bien, la fin de l’église abbatiale est moins le fait des révolutionnaires que des bourgeois. Ce sont des spéculateurs qui ont voulu optimiser leur profit. Des bourgeois qui se sont enrichis dans cette opération, au mépris de l’art, de l’architecture et de l’Histoire. » À méditer aujourd’hui...

Publié avec grand soin par les éditions Héraclite dans leur collection Terres de Bourgogne, Avril à Cluny nous donne le rythme de l’enquête policière, l’atmosphère romanesque et les rapides escapades dans le temps historique, tout cela concentré en 158 pages. Pas le temps de s’ennuyer !

Christian Cottet-Emard

 

 

08 décembre 2019

Mon poème du deuxième dimanche de l'Avent (extrait)

avent,période de l'Avent,dimanches de l'Avent,noël,fêtes chrétiennes,culture chrétienne,occident,église catholique romaine,église,chrétienté,cloches,carillon,clocher,cierge,gloire,arche,nef,blog littéraire de christian cottet-emard,mes poèmes de l'avent,christian cottet-emard,deuxième dimanche de l'avent

De ma prairie comme d’un îlot je vois l’église de mon village croiser dans le flot des nuées

 

Le clocher est le mât dans les jours calmes ou de tempête

 

Et voici dans la brise ou le vent l’alerte joyeuse des cloches

 

Celle du hameau dans la forêt où l’ombre tremble autour d’un cierge

 

Aussi le carillon des grandes villes qui pétillent en attente de la Fête

 

Et pour les temps de gloire l'Arche et la Nef en un même vaisseau

 

Extrait de Mes poèmes de l'Avent, © Éditions Orage-Lagune-Express, 2017, tous droits réservés.

avent,période de l'Avent,dimanches de l'Avent,noël,fêtes chrétiennes,culture chrétienne,occident,église catholique romaine,église,chrétienté,cloches,carillon,clocher,cierge,gloire,arche,nef,blog littéraire de christian cottet-emard,mes poèmes de l'avent,christian cottet-emard,deuxième dimanche de l'avent

Photos : L'église de mon village vue depuis ma fenêtre. (Photos Christian Cottet-Emard)

20 avril 2019

Visiteur mystère...

notre-dame de paris,cathédrale notre-dame de paris,culture chrétienne,occident chrétien,occident,chrétienté,symboles chrétiens,église catholique,monument,blog littéraire de christian cottet-emard,paris,france,europe,capitale française,racines chrétiennes,curé de campagne

À propos de Notre-Dame, circule actuellement sur Facebook un texte intitulé Sauvons la cathédrale du cœur - Pour un autre usage de Notre-Dame de Paris. L’auteur de cette tribune non signée serait « Un curé de campagne en visite à Paris » .

J'ignore quelle assez belle plume se cache peut-être derrière cet improbable « curé de campagne en visite à Paris » (l'anonymat inspire rarement confiance) mais il me semble que s'il existe vraiment, il fait partie d'un courant de l'église qui dénonce toujours la pompe ecclésiastique.

À mon humble avis d'agnostique attaché à la culture chrétienne, l'église catholique et l'Occident chrétien ne peuvent faire l'économie de symboles puissants, surtout dans le contexte géopolitique actuel.

Laisser Notre-Dame de Paris en ruines pour « la rendre au peuple » ainsi que le préconise notre auteur (qu'est-ce que le peuple ?) reviendrait à une abdication en période de conflit.

De plus, la nature a horreur du vide et la nature humaine aussi. Sur un tel vide, sur de telles ruines, un autre culte nettement moins accommodant avec la laïcité et de nouveau en phase de conquête prospérerait très vite, ce qu'on ne peut souhaiter si l'on est attaché à la paix en France et en Europe.