Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2018

Un article de Jacki Maréchal à propos de mes Poèmes du bois de chauffage

jacki maréchal artiste plasticien,texte,littérature,poésie,récits,poèmes narratifs,oyonnax,ain,rhône-alpes,haut bugey,christian cottet-emard,poèmes du bois de chauffage et autres récits de l'homme invisible,éditions germes de barbarie,périgord,le fleix,dordogne,aquitaine,blog littéraire de christian cottet-emard,critique,note de lecture,article,librairie,médiathèquePOEMES DU BOIS DE CHAUFFAGE Christian Cottet-Emard
par Jacki Maréchal, artiste plasticien

Le lecteur qui prend les mots pour des choses plutôt que pour des signes sera bien marri à la lecture des Poèmes du bois de chauffage, il est vrai que comme le dit Christian Cottet-Emard, lorsque « le cerisier monte au ciel dans le vent il ressemble à un grand adolescent ». Enfance, adolescence, âge adulte, là n’est pas la question mais on sent bien que le compositeur de ce recueil « s’ensauvage » de tous vécus, qu’ils soient de l’infime de son quotidien ou du souvenir d’un cher disparu : « Parfois mon chat me regarde d’un air sérieux comme mon père ».
 
J’emploie ici le terme compositeur en conscience, parce que j’ai perçu ce livre comme une véritable partition de petites notes, qui sonnent en grand, comme lorsqu’on laisse la pédale du piano, en harmonie à la fois poétique et philosophique. Une composition à l'apparente simplicité où le musicien dirait en notant sa partition : « Je me comporte donc avec le temps comme quelqu’un qui a gagné à un jeu de hasard ».
 
Christian nous offre là davantage encore que ce que l’on pourrait de toute façon sentir comme un bijou au « parfum de neige » (et de bois de chauffage). Dans ce recueil, des petites pépites s’enchaînent, sans que la ponctuation d’ailleurs n’y soit jamais présente et tout cela se lit comme une source qui coule, fraîche et apaisante. J’y trouve parfois une solitude à la Fernando Pessoa, mais chez Christian Cottet-Emard elle ne fait jamais drame, rattrapée qu’elle est par sa capacité à sourire, souvent, avec malice, de lui-même et de la dérision du monde : « …le dernier des ratés peut contempler tranquille le ciel » ou alors : « Certains arbres attendent d’être vieux pour faire l’amour »
 
Vous l’aurez compris, ce recueil est à la fois bucolique et philosophique, une philosophie à l’antithèse d’elle-même puisqu’elle est indifférente à toute tentative d’explication du monde et de l’individu. Si vous montez à bord vous aurez plutôt la sensation d’un grand poème qui se lit aussi facilement qu’un haïku — il a du haïku l’apparente facilité et la profondeur non bavarde — il se déroule là, sous nos yeux, comme des herbes qui se penchent en semblant accepter le vent à la manière d'un ami caressant le dos des choses. La magie singulière des phrases, des mots, des lettres de ces poèmes du bois de chauffage vous laissera songeur, au sommet d’une montagne. Et à cet endroit qui vous paraîtra tout à fait votre place, vous vous sentirez vite voisin ou familier de Christian Cottet-Emard, mais chaque fois cette approche physique sera furtive, comme si vous écoutiez à la porte et que le vide entre les mots se fasse sentir... Comme si Christian vous murmurait sans cesse : « L’eau le long du saule est son seul chant dans le soleil ».
 
Je conseille fortement la lecture de ces Poèmes du bois de chauffage et autres récits de l’homme invisible, c’est peut-être le meilleur des livres de Christian Cottet-Emard, mais attention, choisissez un moment où votre disponibilité est réelle et éveillée, les choses les plus simples sont toujours les plus exigeantes, elles ont besoin d’espace…
 
Jacki Maréchal
 
* Toutes les citations sont tirées du recueil.
 
 

17 décembre 2018

« Risques et périls » de Bernard Deson distingué par Lettres et Arts du Périgord

L'Académie des Lettres et des Arts du Périgord vient de récompenser l'anthologie poétique personnelle Risques et périls en attribuant à son auteur, Bernard Deson, le Prix de poésie Paul Courget (remis tous les deux ans). La cérémonie a eu lieu le jeudi 13 décembre à Bergerac.

académie des lettres et des arts du périgord,prix de poésie paul courget,bergerac,périgord,dordogne,bernard deson,poésie,littérature,risques et périls,anthologie poétique personnelle,orage-lagune-express éditions,germes de barbarie éditions,blog littéraire de christian cottet-emard

académie des lettres et des arts du périgord,prix de poésie paul courget,bergerac,périgord,dordogne,bernard deson,poésie,littérature,risques et périls,anthologie poétique personnelle,orage-lagune-express éditions,germes de barbarie éditions,blog littéraire de christian cottet-emard

 

16 décembre 2018

Mon poème du troisième dimanche de l'Avent

(Gaudete)

estime-toi heureux,occident,culture chrétienne,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes d'inspiration chrétienne,avent,période de l'avent,noël,cloches,village,église,chapelle,clocher,forêt,campagne,grande ville,carillon,fêtes chrétiennes,grand solemnel,notre-dame de paris,campanone,basilique saint-pierre du vatican,rome

Les cloches

 

De ma prairie comme d’un îlot je vois l’église de mon village croiser dans le flot des nuées

 

Le clocher est le mât dans les jours calmes ou de tempête

 

Et voici dans la brise ou le vent l’alerte joyeuse des cloches

 

Celle du hameau dans la forêt où l’ombre tremble autour d’un cierge

 

Aussi le carillon des grandes villes qui pétillent en attente de la Fête

 

Et pour les temps de gloire Grand Solemnel de Notre-Dame et Campanone de Saint-Pierre

 

Photo : Cloches à Porto (photo Christian Cottet-Emard)