Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 janvier 2020

Carnet / Courage, fuyons !

carnet,note,journal,autobiographie,printemps des poètes,usine à gaz,souillarde,arrière-cuisine,brouet,courage,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,cigare,cuba,havane,montecristo club,montecristo,cigares cubains,vuelta abajo,vuelta arriba,cigarillo,cigare du nicaragua,paradiso,nicaragua,christian claude louis cottet-emard,oiseau,chat,campagne,humidor

J’ai lu qu'en 2020, le thème du Printemps des poètes est le courage. J’imagine le genre de brouet qu’on va touiller pour l’occasion dans les souillardes de cette usine à gaz qui lâche chaque année ses petits miasmes sous forme d’animations au rabais et d’anthologies subventionnées et publiées en pure perte.

Courage, fuyons !

Quant à cette vertu dont les conseilleurs sont rarement les payeurs, elle m’inspire un dicton plaisant que j’ai récemment découvert, plus l’oiseau est brave, plus le chat est gras.

Aujourd’hui, j’ai remporté une petite victoire sur mon tabagisme. Bien qu’en rupture de stock de mes petits havanes de la Vuelta Arriba (très honorables en qualité pour fumer tous les jours par rapport à ceux plus prestigieux de la Vuelta Abajo), je ne suis pas descendu spécialement à Oyonnax pour me réapprovisionner.

carnet,note,journal,autobiographie,printemps des poètes,usine à gaz,souillarde,arrière-cuisine,brouet,courage,poésie,blog littéraire de christian cottet-emard,cigare,cuba,havane,montecristo club,montecristo,cigares cubains,vuelta abajo,vuelta arriba,cigarillo,cigare du nicaragua,paradiso,nicaragua,christian claude louis cottet-emard,oiseau,chat,campagne,humidor

En fouillant un peu partout chez moi, l’inventaire s’est résumé à deux cigarillos, un Montecristo Club et, dans l’humidor ruiné pendant les fêtes, un imposant Paradiso du Nicaragua trop nourrissant pour une soirée à repas ordinaire. J’ai même dégoté une cigarette, une Gitane blanche sans filtre rescapée d’un paquet acheté voici des mois dans un tabac de village guère fourni. J'ai donc fini la soirée avec ce que j'avais. Peu de courage en somme. La flemme a été plus forte que l’addiction.

 

28 décembre 2018

Carnet / Le toucan du tonton Louis

 

carnet, souvenir, note, journal, enfance, lecture, écriture de soi, autobiographie, oiseau, jungle, forêt, indiens, toucan, nature, iguane, poulet des forêts, blog littéraire de christian cottet-emard, cadeau, poulet, image, papier cadeau, tchaïkovski, casse-noisette, dans de la fée dragée, musique, ballet, noël, fêtes de fin d'année, épiphanie, brioche des rois, goûter, brioche, rois mages, roisUn des plaisirs de Noël : le cadeau tardif, toujours inespéré. Quel pouvait être mon âge ? En tous cas, je savais lire.

J’étais seul avec ma mère lorsqu’une voix inconnue m’interrompit dans mes coloriages et dans l’écoute d’un de mes disques préférés, Casse-noisette de Tchaïkovski. Je levai les yeux sur un vieux monsieur vêtu de noir qui me parut très grand, chenu, plutôt réservé. Il me tendit un large et lourd rectangle emballé d’un papier cadeau et dit à ma mère sans s’adresser directement à moi « voilà pour le jeune homme » . J’étais flatté qu’un vieux monsieur m’appelle jeune homme. Le papier cadeau libéra la couverture d’un beau livre intitulé Les Animaux de la jungle. Ce devait être le lendemain de l’Épiphanie car j’avais eu un restant de brioche pour mon goûter.

Ma mère m’invita à dire merci et au revoir au tonton Louis. J’avais déjà entendu parler de lui dans les repas de famille mais encore aujourd’hui, le lien de parenté avec cet homme âgé est resté pour moi très flou. Je ne l’ai d’ailleurs jamais revu après cette visite qui est pourtant gravée dans ma mémoire à cause du livre Les animaux de la jungle, notamment après avoir découvert qu’il existait dans le monde un oiseau appelé le toucan, un oiseau flamboyant au bec orange vif et aux yeux goguenards. 

Ce livre aux illustrations somptueuses et aux textes imprimés en gros caractères m’apprit aussi qu’il existait une créature nommée iguane et que les indiens de la jungle surnommaient ce lézard poulet des forêts, ce qui, en dehors du fait que ma mère m'appelait parfois poulet, modifia mon regard non seulement sur le poulet rôti dominical mais encore sur ce monde étrange dans lequel je débutais au son de la Danse de la fée-dragée.

Illustration toucan prise ici

 

20 octobre 2017

En forêt

estime-toi heureux, ©éditions orage-lagune-express, christian cottet-emard, poème narratif, blog littéraire de christian cottet-emard, photo, couchant, jura, forêt, campagne, caissière, nature, oiseau, rapace, buse variable, improbo fabrum labore ascendit, tippett, britten, laveur de vitres, pompiste, employé administratif, bugey, sanglier, chevreuil, passereau, automne, effraie,réunion,dossiers,directeur régional,collègues,gardien,personnel,travail,auto,costume,cravate,respirer

Tu as une réunion mais en même temps pas mal de dossiers à traiter

 

Tu as cette réunion qui ne te concerne en rien et tout ce travail qui ne te concerne en rien mais que tu dois abattre car tu es payé pour cela

 

Mais la réunion qui ne te concerne en rien prime sur les dossiers à traiter parce que le nouveau directeur régional s’est déplacé

 

Il tutoie tout le monde et aime beaucoup prononcer le mot « crapoteux » pour qualifier tout ce qui relève de la vie privée de ses subalternes il confirme qu’il a un cancer de la prostate « comme ça c’est dit une fois pour toutes » avant les nouvelles techniques de management une émotion serait passée comme un ange mais chacun sait que le nouveau directeur régional est un nettoyeur combien en a-t-il à son tableau de chasse alors sa prostate c’est son problème tu as une mauvaise pensée un homme qui est rentré dans une secte après la mort de son jeune fils atteint du sida t’a expliqué que les mauvaises pensées filent droit devant celui qui les conçoit font le tour de la planète et finissent par lui revenir en pleine figure voilà où on en est au début du 21ème siècle après Lascaux les Lumières c’était bien la peine tu n’es sûrement pas le seul à avoir une mauvaise pensée à l’encontre de la prostate du nouveau directeur régional pourquoi s’émouvoir de la prostate d’un ennemi dommage pour sa femme et ses enfants qui sont peut-être gentils dommages collatéraux « il va y avoir des morts chez ceux qui ne s’adapteront pas » (dans la terminologie du nouveau directeur régional les morts sont ceux qui perdent leur emploi) tiens encore une mauvaise pensée mieux vaut perdre son emploi que sa prostate et encore une mieux vaudrait perdre le nouveau directeur régional

 

Tu n’as rien à craindre du nouveau directeur régional car tu quittes le navire aussi as-tu sur le bord des lèvres « nous n’avons pas gardé les cochons ensemble que je sache » mais tu ne dis rien car tu ne veux pas mettre dans l’embarras ton directeur local déjà jugé « trop proche du personnel » et tes collègues qui sont sympathiques tu ne vas pas jeter un froid pas aujourd’hui le moment serait mal choisi

 

À tes débuts on t’a expliqué « il est nécessaire que les dossiers soient traités rapidement » mais du seul fait de la présence du nouveau directeur régional cela n’a plus aucune importance

 

Après tout s’ils ne veulent pas que leurs dossiers avancent en quoi cela te concerne-t-il ? La réunion avec le nouveau directeur régional perturbe le traitement des dossiers et alors ?

 

Travail ou pas réunion ou pas nouveau directeur régional ou pas 90 % de toi sont déjà en forêt et 10 % seulement à la réunion ou en bagarre avec les dossiers (pourcentages donnés à titre indicatif car pouvant varier)

 

Il est 15h45 et à 16h00 tu seras sorti même si à 16h00 seule une infime partie des dossiers aura été expédiée à cause de la réunion avec le nouveau directeur régional et à 16h00 les 10 % de toi qui assistaient au numéro du nouveau directeur régional s’en iront rejoindre les 90 % qui sont déjà en forêt

 

À 16h00 tu sors à 16h02 tu dis au revoir au gardien tu passes la porte à 16h05 tu conduis ton auto en direction de la forêt et à 16h10 tu te retrouves sous l’épicéa columnaire (circonférence 2m75 hauteur totale 43m volume grume 12m3) et rien absolument rien d’autre n’a d’importance

 

C’est drôle tu marches dans la forêt en costume cravate (ça pressait trop) tu respires mieux tu respires l’air des grands arbres qui font le même bruit que la mer quand le vent met les voiles tu respires le grand air des trois sapins pectinés de plus de 40m de haut âgés de plus de 200 ans

 

Voici à peine 20 mn tu respirais mal tu respirais le même air que le nouveau directeur régional

 

Maintenant tu respires mieux tu entends la rivière tu respires l’air des feuilles mouillées tu vas pouvoir rentrer chez toi tout propre

 

Extrait de mon recueil de poèmes narratifs Estime-toi heureux, © Éditions Orage-Lagune-Express. Droits réservés.