Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2010

Présentation et lecture en public de Tu écris toujours ? à La scène poétique à Lyon Part-Dieu

À l'initiative de Patrick Dubost, mercredi 12 mai 2010 à 18h30, je présenterai à Lyon mon dernier livre Tu écris toujours  ? (éditions Le Pont du Change) dans le cadre de la Scène poétique, à la Bibliothèque municipale de Lyon Part-Dieu, 30 boulevard Vivier-Merle, 69003 Lyon. J'en profiterai pour lire aussi quelques poèmes extraits de mes différents recueils.
Roland Tixier, l'auteur du recueil Simples choses (éditions Le Pont du Change), partagera ce moment de lecture en public avec moi et lira des extraits de son œuvre.
Entrée libre.
topo-mai-juin10.JPG
Illustration : annonce de la scène poétique dans Topo, le journal des bibliothèques de Lyon (mai 2010)

06 mars 2010

Les mondes de Murakami et de Paasilinna

Même s'il est capable, lui ou sa traductrice, de laisser traîner dans ses livres des phrases comme celles-ci : « Hormis les grondements d'un train qui passait de temps à autre sur les rails non loin de là, l'environnement était très calme. » puis, quelques pages plus loin, à la fin de la même nouvelle : « Les trains roulaient sur les rails » (comme si les trains pouvaient rouler sur autre chose que des rails), j'apprécie Murakami de qui j'ai lu à la suite le roman Les Amants du spoutnik et deux gros recueils de nouvelles, L'éléphant s'évapore et saules_aveugles.jpgSaules aveugles, femme endormie. D'habitude, je me méfie des grands pondeurs, des machines à écrire, des auteurs en pilote automatique. Le succès les expose à un danger, celui de n'être pas relus par leurs éditeurs trop contents de puiser à la source régulière de copie.

On peut lire aussi dans cette catégorie l'incroyablement ponctuel Arto Paasilinna, auteur du merveilleux Lièvre de  Vatanen et du truculent Fils du dieu de l'orage, 51WFCW3TKZL._SL500_AA240_.jpgqui fait la joie de son éditeur en rappliquant paraît-il chaque année ou presque à la même période avec un nouveau roman. J'ai du mal à continuer le troisième que je lis du finlandais, Le Cantique de l'apocalypse joyeuse, caractéristique d'une écriture en pilote automatique, mais c'est ainsi, malgré ces petits travers, je suis accroché. Sans doute parce que ces deux romanciers savent inventer leurs mondes pour mieux nous parler du nôtre.

* À propos de Murakami, lire aussi chez Alain Bagnoud, cette note sur Kafka sur le rivage.