Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 février 2022

Carnet / Aversion et nausée

carnet,note,journal,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,nausée,aversion,politique,présidentielle 2022,élection,humeur,opinion,société,opposition,post-démocratie,dériveJ’ai pu passer la majeure partie de ma vie sans me préoccuper de politique parce que les gens de ma génération n’ont connu (je parle de la France) que des régimes centristes dominés, pour résumer à la truelle, par la vieille bourgeoisie. De droite ou de gauche, ces gouvernants étaient à peu près interchangeables sur le fond. Quant à la forme, ce n’était que du théâtre électoral et l’on pouvait sans mal s’en désintéresser ainsi que j’eus la chance de pouvoir le faire durant mes jeunes années et celles de ma maturité.
 
Et voilà qu’aujourd’hui, à l’âge de la retraite officielle où j’arrive en bonne forme et où je devrais normalement continuer dans cette voie reposante de l’indifférence à la politique, je me prends à ne même plus supporter la figure et la voix de l’actuel président de la République ainsi que celles de ses valets les plus médiatisés depuis la deuxième phase de la crise sanitaire qui a dégénéré en crise politique. Mon aversion est telle que je suis obligé de couper le son et l’image, comme lorsque des images de sport passent sous mes yeux. C'est physique, viscéral. C’est la première fois que je ressens quelque chose de semblable à l'encontre d'élus, certes déjà guère légitimes en raison du pourcentage faramineux d'abstention lors de leur élection mais élus tout de même.
 
Le président actuel, hostile à l’idée de nation et donc mal disposé à l’égard de la composante traditionnelle de la population de son propre pays rétive au type de société multiculturelle et technocratique qu’il veut imposer, se verrait bien le patron d’une Europe dont chaque état membre deviendrait une sorte de province progressivement dépouillée de son identité nationale. Dans cette optique, le peu qui persisterait de cette identité ne serait toléré qu’au bénéfice du folklore local toujours bon pour le tourisme.
 
Par le biais de la gestion gouvernementale de la pandémie, nous avons désormais une vision assez nette du quotidien que nous prépare cette société du ou des « pass » , sanitaire, vaccinal, écologique ou autres, une société que l’on pourrait qualifier pour l’instant de post-démocratique, une sorte de transition vers un avatar moderne du despotisme éclairé menant à court terme à la dictature si rien ne vient entraver ce processus. Un pouvoir technocratique à peine élu, des nations réduites à des provinces, des dirigeants hors-sol servant uniquement de « facilitateurs » du commerce, bref, pour moi un cauchemar et une nausée dont je vois l’incarnation dans nos actuels gouvernants.
 
C’est en remuant ces idées noires qu’un épisode du tout début de mon adolescence m’est revenu. C’était l’époque des réfugiés chiliens en France. Ils fuyaient la dictature de leur pays et j’en avais parfois approché certains, des familles, parce que ma marraine et ses amis politiques essayaient de leur apporter de l’aide au quotidien. Elle était même aussi devenu la marraine d’un de leurs enfants.
 
Lors d’une des nombreuses discussions qui avaient lieu chez elle à Lyon avec ces personnes, un jour où j’étais présent, j’entendis une chilienne exprimer la nausée qui la submergeait chaque fois qu’elle voyait des images des chefs de la dictature chilienne dans la presse ou à la télévision. J’étais si jeune et forcément si ignorant que je ne comprenais pas qu’on puisse se mettre dans des états pareils à cause de la politique.
 
Je ne mets pas sur le même plan la dictature chilienne de cette époque et notre actuelle société post-démocratique (bien qu’elle soit à mon avis en dérive et en tentation totalitaire) mais après avoir entendu l’actuel président me traiter de non-citoyen qu’il veut emmerder, je comprends maintenant une part de ce que pouvait ressentir cette femme. Je comprends une partie de sa nausée.
 

#PassDeLaHonte #nopass #antipass #christiancottetemard

Commentaires

Allez d'ici 3 à 4 semaines ce pass vaccinal sera dans les archives de la gouvernance.....Je sais, je suis optimiste à vos yeux !

Votre paragraphe concernant votre vision sur une France folklorique avec les autres membres de l'Union Européenne me semble assez pertinente, et serait assez juste si rien n'arrête la situation actuelle.
Quand notre chef de l'état, comme je l'ai déjà évoqué, affirme que la France n'a pas de culture, que S.Rousseau (EELV) affirme comme beaucoup d'autres que le plat préféré des Français est le coucous (ah bon!), et que le maire de Grenoble E.Piolle (EELV) commence à envisager que le port du burkini est à l'étude dans sa municipalité actuellement pour les piscines municipales, alors que les bermudas sont interdits, ne sont que des petits exemples parmi beaucoup d'autres dans l'hexagone pour ce multiculturalisme affiché et péremptoire.
Ainsi cette appartenance de papiers par liens familiaux ou par la naissance, vous octrois des droits sans aucuns devoirs, et vous autorise à revendiquer sans fins des particularités, une sorte de Libanisation du territoire, ce n'est pas vraiment rassurant.

Avec ce qui se passe actuellement et bien malheureusement à
2000 kms à vol d'oiseaux de notre frontière, j'ai envie de déclarer que nos démocraties sont devenues des "pantouflardes au ventre mou ", persuadées que 70 ans de paix permettrait de faire rayonner la démocratie au delà de nos frontières, et que nous ne serions plus que jamais à l'abri sous le protectorat de l'Oncle Sam.......
Se mettant pour ce qui concerne la France, à la merci pour des questions de rentabilités et d'échanges des flux commerciaux, avec un risque accru de disparition de son indépendance et en état de fragilité pour sa souveraineté, dans un dénuement total face aux entités autocratiques et aux dictatures, qui sont bien décidées à rebattre les carte de l'ordre mondial, avec des aspirations revanchardes et où tous les coups sont permis afin d'en finir avec la puissance des U.S.A.
il est vrai qu'avec un pseudo Tzar à l'est, un pseudo Sultan sur les rives du Bosphore et un pseudo Empereur dans l'Asie du sud est, sans oublier le saupoudrage des vindictes religieuses qui explosent partout dans le monde, avec un seul objectif une éradication de toutes les prétentions démocratiques et une envie affichée de mettre à genoux l'Occident, je ne suis vraiment pas optimiste !!

Notre petite prise de conscience souvent tardive, sur le ressenti et le vécu de ceux qui subissent et vivent des moments terribles et dramatiques (l'actualité nous revient en pleine figure ), nous alerte que lorsque notre façon de vivre est en péril......
Ne nous voilons pas la face, tranquillement installés dans nos vies (médiocres ou pas), sous perfusions de ce que nous revendiquons comme La Liberté ou nos Libertés (c'est selon), peu importe tout ce qui se trouve en dehors de notre périmètre de confort, notre égocentrisme et notre égoïsme nous "protègent" de ce qui n'a aucun intérêt ni lieu d'être à nos yeux.
Pas de jugement, un constat simple et sans appel, comme une évidence que nous revendiquons et assumons.

Et il y a de quoi avoir la nausée lorsque l'on prend conscience du long processus insidieux et délétère qui est sur la voie de son apogée, qui règne de manière intangible au sein de notre société.
Parlons de ce qui me semble primordial actuellement, même si la liste est loin d'être exhaustive, je pense à ce politiquement correct qui nous inonde en permanence par la "bien-pensance",
car "les nouveaux intolérants" (article Figaro mag. 18 février 22) gouvernent l'espace public médiatique, cette nouvelle "dictature des vertueux" (livre Souazig Quémener/François Aubel) modèle, façonne la pensée et la parole...... Et celui qui osera s'insurger contre cela, il deviendra le paria, l'infréquentable, le banni et n'aura plus de place parmi les tolérés de la cité.
Alors par effet domino, l'autocensure devient la ligne de conduite, il semble que dans les maisons d'éditions (vous pourrez peut être confirmer) qu'il y a des "lecteurs en sensibilité", une sorte de correcteurs automatiques, passage obligé pour faire paraître un livre !?
Un peu comme Laure Adler membre du "conseil de surveillance du monde"....(fichtre!)
Je pense également au dessinateur X. Gorce collaborateur depuis 18 ans, qui à claquer la porte définitivement du journal le Monde, après les excuses de ce dernier concernant un dessin ayant offensé certaines personnes !!?
Et oui même l'humour, la satire et l'ironie sont à proscrire......
On va finir vraiment par s'emmerder !!

Écrit par : un lecteur intéressé | 24 février 2022

Répondre à ce commentaire

Le "service" "lecteurs en sensibilité" existe bien. C'est consternant, très choquant, et le pire est que certains auteurs l'approuvent et en redemandent parce qu'ils ne veulent pas prendre le risque de déplaire et encore moins d'affronter des groupes de pression de plus en plus nombreux et actifs. Cela rejoint bien sûr tout ce que vous déplorez et que je déplore aussi. En ce qui me concerne, je n'en ai jamais souffert jusqu'à maintenant car je n'ai publié que chez des petits éditeurs qui sont aussi des amis et qui n'ont évidemment pas recours à ces pratiques. Pour certaines de mes publications plus anciennes, cela n'existait pas encore. S'il m'arrivait un jour d'être personnellement confronté au problème, je pense que je renoncerais à la publication, quitte à confier le bébé à Amazon ainsi que je l'ai déjà fait pour certains de mes ouvrages trop spécialisés. Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment car je ne fais pas d'envois spontanés de manuscrits, ni aux grandes ni aux petites maisons d'édition. Je ne travaille qu'avec des gens que je connais personnellement et sur des projets dont nous discutons ensemble.

Écrit par : christian cottet-emard | 03 mars 2022

Écrire un commentaire