Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 octobre 2022

Carnet / À propos de L'Unique et sa propriété de Max Stirner

max stirner,l'unique et sa propriété,philosophie,individu,moi,individualisme,carnet,chronique,blog littéraire de christian cottet-emard,note,christian cottet-emard,lecture,société,pandémie,crise sanitaire,post-démocratie,totalitarisme,hygiénisme,europe

Ma vieille édition de l'Unique et sa propriété

L’Unique et sa propriété de Max Stirner (Johann Kaspar Schmidt, 1806-1856) est un des livres rescapés des purges successives auxquelles je soumets régulièrement ma bibliothèque. Je l’avais demandé comme cadeau d’anniversaire pour mes seize ou dix-sept ans et à cette époque, j’avoue m’être plus d’une fois essoufflé à sa lecture, d’autant que la philosophie ne m’a jamais passionné. 

En bon individualiste que je suis toujours et que j’étais encore plus lorsque j’étais jeune homme, le titre avait tout pour m’attirer, unique et propriété étant les deux piliers de mon édifice intellectuel, encore qu’à l’époque, je n’avais qu’une vague intuition du sens élargi que revêt le terme de propriété dans la pensée de Stirner. Je n’en compris évidemment pas toute la portée, ce qui n’avait rien de surprenant ou de honteux pour un gamin en pleine découverte. Je trouvais cette lecture ardue mais je ne pouvais m’empêcher d’y revenir entre de longues pauses, ce qui explique que l’idée de me débarrasser de cet ouvrage ne m’ait jamais effleuré.

L’adolescence et la jeunesse terminée, je laissai au rayon des souvenirs et des curiosités les constructions philosophiques et politiques de Max Stirner, lesquelles, comme tous les systèmes de pensée attachés à une cohérence extrême, se cognent irrémédiablement au réel dont s’accable la maturité. Classique, mon erreur de jeunesse avait été d’essayer vainement d’établir trop de passerelles entre les concepts de Stirner et la réalité, ce qui parasita ma lecture. Il m’eût fallu comprendre plus tôt et plus vite que la philosophie n’est pas là pour nous tracer des routes mais pour nous aider à suivre des pistes et des sentiers. 

Dans l'univers des concepts, L’Unique et sa propriété n’a pas pour finalité de s’incarner dans le monde matériel en un jeune homme en quête de sens, ce que je finis par comprendre en prenant un peu de bouteille ! Et puis, nous le savons, quel terrible danger que tout système philosophique visant à se réaliser à l’état pur dans l’organisation intellectuelle d’un individu ou dans celle d’une collectivité et pire encore d’une société : folie furieuse (individuelle et collective) garantie. 

Pourtant, bien rangé sur son étagère, le livre de Stirner se signale de nouveau à moi, à vrai dire depuis la révélation de la pandémie de Covid 19 avec son cortège de scandales politiques, de pression sociale et de mesures annonçant de nouvelles formes de pensées et de pratiques totalitaires. Je n’emploie pas le mot révélation par hasard. La pandémie est un révélateur de l’état de nos individualités et de nos sociétés. Elle révèle que, contrairement aux apparences, ni les unes ni les autres n’ont changé depuis les deux guerres mondiales. La même résignation, le même conformisme, la même indifférence, les mêmes comportements frileux et moutonniers, la même hypocrisie, le même cynisme et surtout la même acceptation de l’inacceptable sont au rendez-vous. 

Dans les crises de folie collective, l’individu ne pèse rien, il n’est plus l’Unique et n’a plus de propriété puisqu’il appartient lui-même au soi-disant intérêt général qui n’est en réalité que l’intérêt des classes dominantes et des gens qui dorment. Au secours, Max Stirner ! 

Ce n’est pas non plus un hasard que ce philosophe me fasse de l’œil chaque fois que s’exerce sur moi et sur bien d’autres, évidemment, la pression du collectif, en l’occurrence d’une démocratie à la dérive en direction d’une post-démocratie dans laquelle l’individu sans réaction perdra unicité et propriété. Je ne suis pas allé par hasard me frotter à la pensée de Stirner. À l’époque où j’ai ouvert son livre pour la première fois, je vivais sous la menace du service militaire obligatoire. 

Je relis maintenant de nouveau ces pages dans le monde que vient de nous révéler la pandémie, ce monde dans lequel nous nous croyions libres parce que les crises étaient éloignées de nous, voire dissimulées ou niées par des autorités non élues (sanitaires, européennes… Choisissez l’adjectif) avec la complicité de leur valetaille gouvernementale nationale. 

Je suis bien sûr très loin de partager la radicalité de Stirner sur sa conception du moi affranchi de toute limite mais en ces temps où nous vivons le retour sournois et brutal de la pression voire de l’oppression du collectif sur l’individu et des attaques de plus en plus directes de la post-démocratie contre la sphère privée (pour notre bien censé correspondre en toute occasion au bien public), je crois que L’Unique et sa propriété est un livre qui a encore quelque chose à nous dire.

 

#christiancottetemard #philosophie #philosophy #individualisme #maxstirner

22 septembre 2022

Dans l'actualité :

- Europe : il y a trente ans, la clairvoyance de Philippe Séguin.

- Des pays européens demandent à L'Union Européenne de renégocier les contrats de vaccins : André Bercoff, Sud radio.

 

 

22 avril 2022

S’il n’y a pas de honte à se trouver un jour victime, il y a du déshonneur à y consentir.

élection présidentielle 2022,politique,vote,scrutin,honte,déshonneur,urne,blog littéraire de christian cottet-emard,société,politique,vote castor,vote blanc,abstention,christian cottet-emard

Ce message s’adresse à tous ceux qui ont subi dans leur quotidien les conséquences des passes sanitaire et vaccinal instaurés par le gouvernement Macron, à tous ceux qui ont été contraints par chantage à l’emploi de se faire injecter un produit expérimental qu’on nomme improprement vaccin, à tous ceux qui ont perdu leur emploi en refusant l’injection, à tous ceux qui ont été traités d’irresponsables et de non citoyens ne méritant rien d’autre que d’être emmerdés par le chef de l’État et ses sbires et à tous ceux qui se sentent aujourd’hui menacés par le retour de ces mesures qui rappellent les heures les plus sombres de la France occupée.
 
À tous ceux-là, on peut dire que leur lassitude, leur dégoût, leur fatalisme, leur amertume sont compréhensibles comme peut l’être leur tentation de se retirer de cette farce lamentable et sinistre qu’est la politique telle qu’elle est pratiquée dans nos sociétés pas encore totalitaires mais déjà post-démocratiques ainsi que veulent les imposer Macron en France et ses clones en Europe.
 
Tous ceux qui se sentent dans cet état d’esprit dans lequel la colère le dispute à la résignation doivent être pleinement conscients que l’abstention, le vote blanc et le vote barrage (appelé vote castor ou, de manière impropre et mensongère front républicain) sont des votes qui valent consentement à tout ce dont ils ont souffert et continueront de souffrir si Macron et sa bande sont reconduits au pouvoir.
 
L’écrasante majorité de la presse nationale qui a approuvé les mesures liberticides et discriminatoires mises en œuvre durant la crise sanitaire qualifie l’adversaire de Macron d’extrémiste mais qui nous a dit à quelle heure sortir, combien de temps, à quelle distance et dans quels lieux ? Qui a imposé la discrimination entre citoyens ? Macron et ses collaborateurs au sens le plus méprisable du terme. L’extrémiste, c’est Macron.
 
Dans ce contexte électoral particulier, éprouvant et redoutable pour la suite, s’abstenir, voter blanc ou voter castor revient pour toutes les catégories de victimes citées au début de ce billet à prendre une gifle sans la rendre et surtout à consentir à tous les autres coups qui seront immédiatement portés dès la reconduite de cet individu au pouvoir.
 
S’il n’y a pas de honte à se trouver un jour victime, il y a du déshonneur à y consentir.
 

#christiancottetemard #politique #Election2022 #Presidentielle2022 #crisesanitaire