Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2017

Obsèques de Jeannine Cottet-Emard : intentions de messe et remerciements

1735482744.jpgLes funérailles de ma mère Jeannine Cottet-Emard née Joly décédée le 28 janvier 2017 à l'âge de 86 ans ont eu lieu le mercredi 1er février 2017 en l'église Saint-Léger d'Oyonnax (Ain). Elle a été inhumée au nouveau cimetière d'Oyonnax.
Suite aux funérailles, deux intentions de messe seront célébrées : le 5 février 2017 et le 12 mars 2017 en l'église Saint-Léger à 10h.
Remerciements au Père Laurent Revel, curé du groupement paroissial d'Oyonnax et à Mme. Michaud, ainsi qu'à toutes les personnes qui par leur présence, messages et envois de fleurs ont pris part à la peine de la famille.

 

31 janvier 2017

Jeannine Cottet-Emard (1930-2017)

 maman, jeunesse, instant, vie, hommage, adieu, blog littéraire de christian cottet-emard, jeannine joly, épouse cottet-emard

 

24 février 2014

Carnet / Des compliments sincères mais nocifs

En rangeant mon bois à ma manière, c’est-à-dire en m’énervant, en jurant de la plus ordurière façon et en empilant complètement de travers, je pense à la notion de « travail bien fait » , à l’obligation de « s’appliquer » (notions positives quand elles impliquent un service mais négatives quand elles légitiment une servitude) et à deux compliments dont on m’a gratifié, l’un quand j’avais seize ans et l’autre à l’approche de ma trentaine.

compliment,compliment nocif,note,carnet,journal,bois de chauffage,tas de bois,empilement,travail bien fait,application,s'appliquer,travailler,travail,corvée,juron,colère,exaspération,impatience,quotidien,blog littéraire de christian cottet-emard,citation,rené char,livre,réflexion,poésie,littérature,service,servitude,professeur,ouvrier,employé,usine,cartonnerie,job de vacances,boulot,poème,prose,fond,forme,style,écriture,livre,jeunesse,tourment,maturité,bilan

Le premier compliment venait d’un ouvrier proche de la retraite avec qui j’avais travaillé dans une cartonnerie comme simple manœuvre pendant un mois pour financer mes vacances d’été. Quant au second compliment, il provenait d’une de mes anciennes professeures de français (paraît-il décédée — paix à son âme parce que je l’aimais bien) à qui j’avais envoyé mon second livre, un recueil de petites proses et de poèmes sélectionnés dans ma production de l’époque. Elle m’avait répondu par courrier. (Je suis d’une génération qui envoyait encore nouvelles et salutations à quelques professeurs spécialement appréciés. Je ne sais plus si cela se fait encore aujourd’hui).

Je me souviens d'avoir assez vite compris que ces deux compliments étaient nocifs malgré la sincérité de leurs auteurs. Dans sa lettre de remerciement, la professeure de français me félicitait pour ce que j’estimais moi-même comme la part la plus faible de mon livre, à savoir une volonté trop marquée à mon goût de m’appliquer, un souci excessif de la forme au détriment du fond.  Quant à l’ouvrier qui était une connaissance de ma famille, il avait déclaré à mes proches que j’étais « un bon employé » , ce qui ne m’a pas flatté longtemps.

compliment,compliment nocif,note,carnet,journal,bois de chauffage,tas de bois,empilement,travail bien fait,application,s'appliquer,travailler,travail,corvée,juron,colère,exaspération,impatience,quotidien,blog littéraire de christian cottet-emard,citation,rené char,livre,réflexion,poésie,littérature,service,servitude,professeur,ouvrier,employé,usine,cartonnerie,job de vacances,boulot,poème,prose,fond,forme,style,écriture,livre,jeunesse,tourment,maturité,bilanCes deux compliments m’ont été adressés à une période de ma vie durant laquelle je me cherchais non seulement sur le plan social mais encore sur le plan littéraire, et aussi à un moment où résonnait en moi de manière insistante une phrase de René Char que je n’approuve pourtant que partiellement: « Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. » J’ai suffisamment médité ce constat un peu hautain de René Char pour me dire ceci : si tu continues à susciter ce genre de compliments dans ta vie comme dans tes écrits, tu es fichu, cuit, grillé. Et je continue aujourd’hui de le penser en cet instant devant mon tas de bois à l’esthétique et à l’harmonie certes approximatives mais à la stabilité au moins assurée.

Photos : autoportrait au tas de bois

Mon bois empilé à ma façon