Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 novembre 2020

Carnet / Étranges statistiques

blog,internet,réseaux sociaux,facebook,blog littéraire de christian cottet-emard,statistiques,mesure d'audience,christian cottet-emard,états-unis,Amérique,Californie, Illinois, Washington, Virginie, Maryland, Oregon, Ohio

Depuis plusieurs mois, les mesures d’audience de ce blog font apparaître une nette, progressive et considérable augmentation des visites aux États-Unis (Californie, Illinois, Washington, Virginie, Maryland, Oregon, Ohio) ce qui me réjouit beaucoup mais me laisse perplexe.

Je connais certes quelques personnes qui vivent là-bas mais qui ne peuvent à elles seules constituer ce nouveau contingent d’internautes en goguette dans mes pages. Je précise en outre que l’outil utilisé pour établir ces statistiques ne comptabilise pas les robots.

Je constate aussi avec surprise que ce ne sont pas les pays dont je parle le plus dans mes écrits qui suscitent le plus de visites. Par exemple, je n’en ai presque pas au Portugal et en Italie alors que j’évoque très souvent mes séjours en ces contrées que j’apprécie tant.

Quant aux régions de France, c’est Rhône-Alpes, pourtant ma région d’origine, qui me fait le plus d’infidélités avec des écarts d’audience qui s’expliquent sans doute par le vieil adage : nul n’est prophète en son pays.

 

07 mai 2020

Carnet / Avancer masqué

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,Protecteur ou dissimulateur, le masque est la figure de la peur ou tout au moins de l’inquiétude, qu’il soit objet ou expression voire absence d’expression (on parle du masque du dépressif au visage figé dans sa souffrance).

Depuis le début de la crise sanitaire consécutive à la pandémie, masque est l’un des mots les plus employés chaque jour y compris dans l’humour amer et justifié de ceux qui ne savent plus si l’on manque de masques ou si l’on masque les manques ainsi qu’on peut le lire sur les réseaux sociaux.

Alors qu’il devrait nous rassurer parce qu’il est en capacité d’opposer une résistance à une menace, le masque contribue dans le même temps à nous plonger dans l’effroi parce qu’il souligne la gravité de cette menace d’autant plus grande qu’elle ne peut en premier lieu être combattue que par un geste d’urgence appelé aujourd’hui geste barrière. Bien que cela soit nécessaire, ériger des barrières signifie tout de même être assiégé ou pire acculé c’est-à-dire réduit à une certaine passivité bien évidemment angoissante qu’on tentera de masquer, ce qui fait d’autant plus du masque l’instrument du secret.

Qu’il soit gardé ou révélé, le secret inquiète comme tout ce qui aspire à l’opacité, à la dissimulation. Tout ce qui est masqué peut-être perçu comme hostile car tendant à la prise de distance, au retrait, à la volonté d’exclure ou de s’exclure comme on le constate, entre parenthèses, avec l’actuelle problématique religieuse des femmes voilées dans l’espace public occidental. Pour ceux qui en préconisent ou en imposent l’usage, ce voile est bien le masque contre ce qu’ils considèrent comme impur, mauvais, en un mot comme une maladie dont il faut se protéger avec l’obsession d’avancer masqué. Fin de la parenthèse.    

Point n’est besoin de porter un masque en tissu pour avancer masqué dans de nombreux aspects de la vie sociale, professionnelle et parfois même sentimentale. Lorsque nous nous masquons pour nous grimer (à notre avantage croyons-nous), il s’agit encore de garder un secret qui est parfois un secret de Polichinelle, l’un des masques de la commedia dell'arte. Ce masque immatériel peut alors vite devenir un masque de carnaval. D’ailleurs, la vie sociale relève hélas assez souvent d’un bal masqué où il arrive parfois que quand les masques tombent, il n’y a personne derrière.

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,Pour conclure ce petit essai qui, comme tout texte de ce genre, n’a pas vocation à épuiser le sujet, je ne résiste pas au plaisir d’évoquer la figure du héros masqué, en particulier celle de mon préféré, Zorro.

Lui aussi a beaucoup à dissimuler à des adversaires et à des ennemis certes peu perspicaces et encore moins physionomistes car le masque de Zorro ne recouvre que ses yeux. Pourtant, même les belles femmes qui tombent amoureuses de lui se montrent incapables de reconnaître son double qu’elles fréquentent cependant d’assez près, l’aimable mais peu héroïque Don Diego de la Vega.

Tout le tragique de la vie sentimentale de Zorro tient au fait qu’il ne peut tomber le masque sous peine de prendre de terribles risques, non seulement pour sa sécurité mais encore pour sa capacité de séduction. Entre le regard et le masque, qu’est-ce qui séduit le plus ? Encore une affaire de secret !

En portant son masque, Zorro préserve sa vie secrète de héros mais il se protège aussi du regard de l’élue de son cœur, un regard dont la flamme pourrait bien faiblir ou pire encore s’éteindre s’il finissait par sombrer dans les yeux d’un homme démasqué, autant dire d’un homme ordinaire.

À part un baiser furtif, rien n’est possible entre Zorro et sa belle et quand bien même on les verrait enfin réunis dans un quotidien conjugal, imaginez la scène : Zorro rentre chez lui après son boulot de héros. Sa bien-aimée lui demande :

« Alors, chéri, ta journée s’est bien passée ? »

Réponse de Zorro : « Pas terrible, aujourd’hui je n’ai secouru qu’une veuve et un orphelin... »

Madame : « Ah bon... »

Zorro : « Ben oui. Alors pour me distraire, j’ai sorti mon épée devant le sergent Garcia et je lui ai tracé un Z sur la bedaine. »

Madame : « Ah bravo, c’est malin. »

carnet,note,journal,essai,masque,héros masqué,zorro,sergent garcia,série télé,christian cottet-emard,secret,hygiène,prophylaxie,pandémie,virus,maladie,peur,inquiétude,protection,coronavirus,covid-19,geste barrière,avancer masqué,héros,voile,polichinelle,bal masqué,commedia dell'arte,blog littéraire de christian cottet-emard,réseaux sociaux,facebook,carnaval,don diego de la vega,

 

26 avril 2019

Carnet / Édition : des sujets qui fâchent

carnet,note,journal,édition,parution,publication,auto-édition,presse,le figaro,rentrée littéraire,michel houellebecq,blog littéraire de christian cottet-emard,roman,premier roman,primo-romancier,librairies,surproduction éditoriale,trésorerie,christian cottet-emard,franchir le rubicon,réseaux sociaux,amazon,raymond carver,facebook,internet,toile,web,librairie ombres blanches,toulouse,salon du livreJ’ai lu récemment sur internet la réaction offusquée du directeur de la librairie Ombres blanches à Toulouse à propos de la présence de plus en plus marquée du stand Amazon au salon du livre de Paris. Il reproche notamment à Amazon d’être une entité qui compromet les relations entre auteurs et éditeurs en faisant la promotion de l’auto-édition, reléguant ainsi l’action des éditeurs à l’exercice d’une autorité financière et intellectuelle dépassée. 

Si je peux facilement comprendre les griefs des libraires à l’encontre d’Amazon, j’ai un peu plus de mal avec l’hostilité affichée des éditeurs envers ce spécialiste de l’auto-édition.

J’entends toujours les éditeurs (petits et grands) se plaindre d’être ensevelis sous des piles de manuscrits non sollicités qu’ils reçoivent par la poste.

Ne devraient-ils pas plutôt se réjouir d’être progressivement délestés de tous ces textes indésirables dont une grande part peut désormais converger vers les plateformes d’auto-édition telles qu’Amazon ?

En outre, je me demande bien en quoi les relations entre écrivains et éditeurs travaillant dans le circuit classique de l’édition peuvent être compromises par la possibilité offerte à des auteurs qu’ils ne publieront jamais de s’éditer eux-mêmes.

Le patron de la librairie Ombre blanches emploie le mot autorité, certes plus noble, mais c’est en réalité de pouvoir qu’il s’agit. Ce que je lis dans cette hostilité générale envers l’auto-édition relève à mon avis de l’angoisse de la perte d’un pouvoir demeuré longtemps sans partage.

Pour qui s’intéresse à ces questions, je renvoie à un article que j’ai publié dans le troisième numéro de la revue Instinct nomade consacré à l’écrivain Joseph Delteil et sur ce blog ici et .

carnet, note, journal, édition, parution, publication, auto-édition, presse, le figaro, rentrée littéraire, michel houellebecq, blog littéraire de christian cottet-emard, roman, premier roman, primo-romancier, librairies, surproduction éditoriale, trésorerie, christian cottet-emard, franchir le rubicon,carnet, note, journal, édition, parution, publication, auto-édition, presse, le figaro, rentrée littéraire, michel houellebecq, blog littéraire de christian cottet-emard, roman, premier roman, primo-romancier, librairies, surproduction éditoriale, trésorerie, christian cottet-emard, franchir le rubicon, réseaux sociaux, amazon, raymond carver, facebook, internet, toile, web,librairie ombres blanches,toulouse,salon du livre,paris,revue instinct nomade,joseph delteil,éditions germes de barbarie