Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 janvier 2019

Mon poème de l'Épiphanie

épiphanie, rois mages, gaspard, melchior, balthazard, fête chrétienne, blog littéraire de christian cottet-emard, or, encens, myrrhe, tradition, galette des rois, épicéa, étoile, offrandes

D’une nouvelle étoile trois rois se troublent mais sont rassurés

 

Ils marchent vers celui qui vient pour naître habiter le logis des humains puis revenir en gloire à la fin des temps

 

Une mangeoire est le Berceau

 

Gaspard Melchior et Balthazar rejoignent le temps des merveilles

 

Leur étoile n’est pas de ces abominations de la désolation que les savants ravissent avec enthousiasme des ténèbres aux éperviers de leurs calculs

 

Elle est l'étoile de ceux que leur espoir fait rois

 

© Éditions Orage-Lagune-Express et Christian Cottet-Emard

 

Image : Frère Eric de Saussure. L’Adoration des Mages.
Vitrail de l’église de la Réconciliation de Taizé, 1962.

 

 

02 décembre 2018

Un de mes poèmes du Premier Dimanche de l'Avent

temps de l'avent,premier dimanche de l'avent,noël,avent,blog littéraire de christian cottet-emard,aventus,fêtes chrétiennes,christian,couronne,première bougie de l'avent,veilleuse,étoile,crèche,symboles,église catholiqueI

L’étoile

Trois rois se troubleront d’une nouvelle étoile mais seront rassurés

Ils s’en iront vers celui qui viendra pour naître habiter le logis des humains puis revenir en gloire à la fin des temps

Une mangeoire sera le Berceau

 

II

La couronne

D’épicéa et de laurier

Sertie de pommes de pin de houx et de gui

Elle luira dans la nuit de quatre petites flammes

Telle est la seule couronne dont chacun peut rêver 

 

III

La veille

Le cœur du passereau ralentit dans la plus longue nuit

Il attend lui aussi l’avènement du jour

Dehors tout brille si froidement

Mais le balancier de l’horloge est toujours régulier

Le temps existe encore

 

IV

La crèche

Il fallait au plus grand mystère la plus humble demeure

Même pas une maison à peine une cabane

Un simple abri pour tous les lendemains du monde

 

Photo : la première bougie de l'Avent

Extrait de : Mes poèmes de l'Avent et de Noël par Christian Cottet-Emard (droits réservés) © éditions Orage-Lagune-Express

 

05 mars 2018

Patrick Dubost en lecture à la médiathèque d’Oyonnax

Auteur d’une vingtaine de livres de poésie et habitué des lectures en scène, Patrick Dubost est l’invité de la médiathèque municipale d’Oyonnax au centre culturel Aragon vendredi 29 mars 2018 à 20h (entrée libre en fonction des places disponibles). Il propose, dans le cadre du printemps des poètes, une lecture poétique intitulée Manisfeste pour habiter la lune.

patrick dubost,manifeste pour habiter la lune,lecture poétique,médiathèque municipale d'oyonnax,centre culturel aragon,printemps des poètes,ain,rhône-alpes auvergne,haut-bugey,poésie,littérature,blog littéraire de christian cottet-emard,scène poétique,fomalhaut,étoile,poisson austral,astronomie,cosmos,christian cottet-emard,roland tixier,jean-jacques nuel,frédérick houdaer

Premier plan : Roland Tixier. Deuxième plan de droite à gauche : Patrick Dubost et moi. Arrière-plan : de droite à gauche : Jean-Jacques Nuel et Frédérick Houdaer après la Scène poétique du 12 mai 2010 à Lyon

 

Patrick Dubost est un des premiers à m’avoir publié lorsque j’avais une vingtaine d’années, notamment dans le cinquième numéro de sa revue de poésie qui portait un nom d’étoile, Fomalhaut. Je me souviens aussi, dans ces mêmes années 80, d’une journée littéraire qu’il avait organisée en Beaujolais dans une belle maison de maître où j’avais rencontré entre autres poètes Roland Tixier.

 

Bien des années plus tard, en mai 2010, Patrick Dubost m’avait invité à lire mes textes à son fameux cycle de la Scène poétique à l’époque où celle-ci avait lieu à la bibliothèque de la Part-Dieu à Lyon. J’en garde un très bon souvenir (organisation professionnelle, contrat de travail, affiches, tracts et information dans Topo, le magazine de la bibliothèque). Les lectures de la Scène poétique étant enregistrées et archivées, il existe une vidéo de ma lecture qui se balade sur internet mais je n’en fais pas la publicité car je trouve ma prestation très mauvaise, notamment à cause de mon affreux accent d’Oyonnax.

 

Patrick Dubost a quant à lui une belle présence sur scène, acquise au cours des nombreuses années à pratiquer cet art difficile de faire passer, comme le disait Jean Tardieu, le mur du son à la poésie.