Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2019

Mon poème du premier dimanche de l'Avent

temps de l'avent, premier dimanche de l'avent, noël, avent, blog littéraire de christian cottet-emard, aventus, fêtes chrétiennes, christian, couronne, première bougie de l'avent, veilleuse, étoile, crèche, symboles, église catholique

I

L’étoile

Trois rois se troubleront d’une nouvelle étoile mais seront rassurés

Ils s’en iront vers celui qui viendra pour naître habiter le logis des humains puis revenir en gloire à la fin des temps

Une mangeoire sera le Berceau

 

II

La couronne

D’épicéa et de laurier

Sertie de pommes de pin de houx et de gui

Elle luira dans la nuit de quatre petites flammes

Telle est la seule couronne dont chacun peut rêver 

 

III

La veille

Le cœur du passereau ralentit dans la plus longue nuit

Il attend lui aussi l’avènement du jour

Dehors tout brille si froidement

Mais le balancier de l’horloge est toujours régulier

Le temps existe encore

 

IV

La crèche

Il fallait au plus grand mystère la plus humble demeure

Même pas une maison à peine une cabane

Un simple abri pour tous les lendemains du monde

 

Extrait de : Mes poèmes de l'Avent et de Noël par Christian Cottet-Emard (droits réservés) © éditions Orage-Lagune-Express

 

29 novembre 2019

Carnet d'avant L'Avent

carnet,note,journal,autobiographie,humeur,huit jours sous une benne,avent,noël,illuminations,guirlandes,bougies,fêtes,christian cottet-emard,sapin de noël,crèche,fêtes chrétiennes,blog littéraire de christian cottet-emard,occident,culture chrétienne,mode de vie occidental,églises

À quelques jours de l'Avent, c'est toutes les années la même rengaine des blasés, des austères, des pisse-froid, des sévères, des ricaneurs, des snobs, des aigris, des constipés, de ceux qui se détestent eux-mêmes et qui veulent en faire profiter les autres, de ceux qui auraient besoin de passer huit jours sous une benne, la longue plainte des allergiques à Noël.

À chaque fois cela me rappelle cette lettre d’information du responsable d’une revue littéraire reçue voici quelques années et qui se termine ainsi : « Et ne vous laissez pas submerger par la tristesse de Noël. Je vous souhaite de survivre. »

Je suis impressionné par tant d’anticonformisme ! Normal, je fais partie des benêts un brin réacs qui aiment Noël et ses musiques. Sans pour autant me laisser ensevelir sous la pacotille des marchands du temple, sans exiger disneyland de ma commune, j’avoue adorer les guirlandes, les bougies et le sapin décoré de toutes les couleurs. Pire, bien qu’agnostique, je reconnais être encore ému par la crèche. Il m’arrive même de me débarrasser d’une pièce de monnaie pour allumer une veilleuse ou un cierge dans les églises.

Je n'y peux rien, je suis un homme simple !

 

09 décembre 2018

Carnet / Deuxième dimanche de l'Avent

 

blog littéraire de christian cottet-emard,fêtes chrétiennes,traditions,avent,deuxième dimanche de l'avent,noël,crèche,église catholique,église catholique romaine,culture chrétienne,christian cottet-emard

Même si, malheureusement pour moi, je n’ai pas la foi, je suis très attaché à la période si particulière de l’Avent. Penser, comme les agnostiques, qu’il est inutile de se soucier à l’excès d’un mystère hors de portée de l’humain ne m’empêche pas de me sentir à l’aise dans ma culture chrétienne. J’aime la manière dont les grandes fêtes chrétiennes ponctuent l’année et donnent au temps sa saveur.

Photo : la grande crèche de Jean-Jacques Dalmais sur le parvis de l'église Saint-Léger d'Oyonnax