Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 avril 2018

JOYEUSES PÂQUES !

En musique (Victimae Paschali Laudes)

Une autre version ici

et avec

le Plenum de Notre-Dame-de-Paris.

 

 

17 décembre 2017

Esquisse pour mon poème du troisième dimanche de l'Avent

estime-toi heureux,occident,culture chrétienne,blog littéraire de christian cottet-emard,poèmes d'inspiration chrétienne,avent,période de l'avent,noël,cloches,village,église,chapelle,clocher,forêt,campagne,grande ville,carillon,fêtes chrétiennes,grand solemnel,notre-dame de paris,campanone,basilique saint-pierre du vatican,rome

Les cloches

De ma prairie comme d’un îlot je vois l’église de mon village croiser dans le flot des nuées

 

Le clocher est le mât dans les jours calmes ou de tempête

 

Et voici dans la brise ou le vent l’alerte joyeuse des cloches

 

Celle du hameau dans la forêt où l’ombre tremble autour d’un cierge

 

Aussi le carillon des grandes villes qui pétillent en attente de la Fête

 

Et pour les temps de gloire Grand Solemnel de Notre-Dame et Campanone de Saint-Pierre

 

Photo : Cloches à Porto (photo Christian Cottet-Emard)

 

22 mai 2014

À l’américaine (nocturne urbain)

récits des lisières,estime-toi heureux,éditions orage-lagune-express,poèmes,poésie,note,journal,littérature,fragment,brouillon,blog littéraire de christian cottet-emard,édition,publication,feux rouges,feux tricolores,nuit,américaine,à l'américaine,néons,lumières,signalisation,nuit urbaine,ville,auto,samedi,commerces,magasins,messe,église,cloches,pare-brise,pluie,averse,nocturneBruits de la ville de province dans la pluie

 

Orange rouge vert dans les gouttes sur le pare-brise

 

Les cloches du samedi soir et les magasins où paient et sortent les derniers clients

 

Certains vont à la messe et te regardent sans crainte assis dans ton auto confortable emmitouflé dans ton manteau

 

Ils te prendraient presque pour un des leurs parce que tu stationnes sur un emplacement autorisé et que tu es vêtu très comme il faut et que tes cheveux sont coupés courts et que ta voiture propre inspire confiance

 

Tu présentes assez bien et ce n’est pas marqué sur ta figure que tu ne veux pas participer et que la seule chose intéressante pour toi c’est attendre regarder écrire

 

L’idée que le monde pourrait te quitter la voici

 

Elle arrive aux quatre décennies plus six années quand s’éloignent les petites lettres

 

Que cela t’encourage à laisser la poésie à d’autres pour dire simplement ta fatigue qui lasse le monde

 

Le moment vient peut-être d’écrire à l’américaine « je sors prendre un verre au soleil »

 

Ce n’est peut-être rien d’autre un poème

 

(Extrait de Poèmes de Preben Mhorn© Éditions Orage-Lagune-Express, 2007.