Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 décembre 2020

Extraits de mon poème du temps de l'Avent et de Noël en quatre parties (première et deuxième)

célébrations,fêtes,circonstances,christian cottet-emard,fêtes chrétiennes,temps de l'avent,noël,blog littéraire de christian cottet-emard,occident,couronne de l'avent,étoile,vigile,crèche,attente,veillée,berceau,mages,église,occident chrétien,france fille ainée de l'église,poèmes religieux,camille saint-saëns,oratorio de noël,tollite hostias,musique française,musique religieuse,éditions orage lagune express,clocher,cloches,roses de noël,orgue,chant,croix,nef,vaisseau,arche,carillon,gloire,bougie,veilleuse,cierge,berceau

Première partie

 

Prologue en quatre partie :

 

I

L’étoile

 

Trois rois se troubleront d’une nouvelle étoile mais seront rassurés

 

Ils s’en iront vers celui qui viendra pour naître habiter le logis des humains puis revenir en gloire à la fin des temps

 

Une mangeoire sera le Berceau

 

II

La couronne

 

D’épicéa et de laurier

 

Sertie de pommes de pin de houx et de gui

 

Elle luira dans la nuit de quatre petites flammes

 

Telle est la seule couronne dont chacun peut rêver 

 

III

Vigile

 

Le cœur du passereau ralentit dans la plus longue nuit

 

Il attend lui aussi l’avènement du jour

 

Dehors tout brille si froidement

 

Mais le balancier de l’horloge est toujours régulier

 

Le temps existe encore

 

IV

La crèche

 

Il fallait au plus grand mystère la plus humble demeure

 

Même pas une maison à peine une cabane

 

Un simple abri pour tous les lendemains du monde

 

Deuxième partie 

 

L'attente et la veille

 

De ma prairie comme d’un îlot je vois l’église de mon village croiser dans le flot des nuées

 

Le clocher est le mât dans les jours calmes ou de tempête

 

Et voici dans la brise ou le vent l’alerte joyeuse des cloches

 

Celle du hameau dans la forêt où l’ombre tremble autour d’un cierge

 

Aussi le carillon des grandes villes qui pétillent en attente de la Fête

 

Et pour les temps de gloire l'Arche et la Nef en un même vaisseau

***

La patience et les rêves passent sous la lanterne

 

L’hellébore noir attend l’hiver près des futaies pour devenir la rose de Noël

 

Près de l’autel le cierge attend la nuit pour ouvrir l’ombre comme un livre

 

Nées l’une et l’autre de lointains obscurs la flamme et la fleur regardent très haut vers les voûtes où se dissipent les parfums de la forêt et de l’encens

 

Et c’est à l’heure la plus sombre où elles vacillent que le vieux monde va s’éclairer et rajeunir

 

(Extrait de mon recueil Célébrations, Fêtes et Circonstances. © Éditions Orage-Lagune-Express. Tous droits réservés.)

Et en musique :

Extrait de l'oratorio de Noël de Camille Saint-Saëns (1835-1921) : (Tollite Hostias) :

- Version chœurs et orchestre

- Version orgue , transcription d'Eugène Gigout (1844-1925)

 

 

17 août 2020

Interlude musical

Camille Saint-Saëns (1835-1921) :

concerto pour piano n°2.

 

12 mars 2016

Carnet / De la quête de joie

Ce qui me frappe lorsque j’écoute de la musique de Jean-Sébastien Bach, c’est que cet homme devait savoir au plus profond de son âme ce qu’est la joie.

carnet,note,journal,écriture de soi,prairie journal,autobiographie,jean-sébastien bach,portugal,lisbonne,christian cottet-emard,neige,campagne,crocus,jonquille,blog littéraire de christian cottet-emard,france,fernando pessoa,âme atlantique,vacances de noël,vacances de pâques,camille saint-saëns,trio wanderer,alexandre guilmant,orgue,olivier vernet,nikolaus bruhns,cantates allemandes,cantus cölln,konrad junghänel,orgue thomas de monaco,ligia,harmonia mundi,disques cd,musique,pâques,fête chrétienne,quête de joie

Pourquoi ai-je toujours le Portugal en tête ? Parce que j’aime ce pays qui, malgré ses problèmes et les grandes difficultés des gens, me semble à l’aise avec son identité et sa culture et qui n’est pas déchiré, en train de se fragmenter et de se couper de ses racines comme la France. Les Portugais n’ont pas besoin de grands mots vides et d’incessantes controverses sur des sujets d’un autre âge. Ils ne sont pas tirés vers le bas par la complaisance envers des croyances et des mœurs archaïques qui tentent de s’imposer chez nous par la pression sur les institutions ou par la violence. Leur mode de vie, leur sensibilité à la culture littéraire et ce que Pessoa appelle « l’âme Atlantique » contribuent à les définir et à les unifier. C’est en tous cas ainsi, en toute subjectivité, que je perçois ce peuple sans pour autant l’idéaliser et bien sûr sans prétendre le réduire à ma simple vision de touriste, ce qui serait heureusement impossible.

Les crocus et quelques jonquilles devant chez moi, enfouis sous vingt centimètres de neige depuis une semaine, réapparus tout frais comme si de rien n’était au petit soleil. Je devrais m’en inspirer sous le voile gris qui me masque si souvent la lumière depuis trois ans. Mais je ne suis pas une fleur.

La croissance des jours enfin perceptible, pour sortir un peu de la déprime de la neige et de l’obscurité. La nuit, j’entends le fracas sinistre des blocs de neige gelée qui s’écroulent des toitures quand le vent tourne au sud et que la campagne s’ébroue comme un ours au réveil.

Pas question de vacances d’hiver ou de printemps. Je persisterai à dire « les vacances de Pâques, « les vacances de Noël » , surtout dans le contexte actuel.

Mes récentes emplettes musicales :

Camille Saint-Saëns, trios piano, violon, violoncelle n°1 opus 18 et n°2 opus 92 par le trio Wanderer (Harmonia Mundi).

Alexandre Guilmant, sonates n°1 opus 42 et n°5 opus 80 par Olivier Vernet à l’orgue Thomas de la cathédrale de Monaco (Ligia).

Nikolaus Bruhns, Cantates allemandes par le Cantus Cölln et Konrad Junghänel (Harmonia Mundi), très bien pour commencer à s’immerger dans l’ambiance de Pâques, fête à laquelle je suis particulièrement sensible.

 

Photo : À Lisbonne (photo © CC-E)