Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 juin 2016

Carnet / Musiques du petit jour

Petit déjeuner en musique parce que France Musique est en grève. Vive la grève ! Ne pas être obligé de couper le son à chaque bulletin d’information, quel bonheur. À quoi sert un journal sur une radio musicale ?

Dans la pénombre de 6h45, alors que l’aube devrait l’envelopper, la maison laisse entrer une autre musique, celle des grillons dans l’ondulation des foins sous une mer de nuages sombres. Pendant que le café passe, la stridulation me rappelle que je commence une journée de la mi-juin. Il faut bien cela. Le glapissement du renard, peu fréquent le matin, m'a surpris.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,blog littéraire de christian cottet-emard,musique,jean-sébastien bach,sonates en trio,pierre simonet organiste,orgue,collégiale de saint-donat,drôme,littérature,festival de saint-donant,christian cottet-emard,france musique,édition,correction d'épreuves,bon à tirer,cafetière,petit matin,point du jour,grève,grillons,intégrale des sonates en trio par pierre simonet organiste

Une visite matinale du renard chez moi (photo CC-E)

Hier, après l’ultime correction des épreuves, j’ai signé le bon à tirer de mon volume de carnets. Voilà au moins un chantier débloqué. Une impulsion, même infime, pour plus de sérénité ?

Pour m’aider à retrouver au moins partiellement cet état, après trois ans au cours desquels je me suis affaibli en vaines remises en question culturelles ne menant qu’à des impasses, j’ai souvent recours aux sonates en trio de Jean-Sébastien Bach. Il en existe de nombreuses bonnes interprétations mais ma préférée est celle de l’organiste Pierre Simonet qui fut titulaire de l’orgue de la collégiale de Saint-Donat dans la Drôme. L’ensemble est gravé sur deux vinyles, ce qui explique que je lui fasse quelques infidélités, mais aucune autre version ne me parle autant que la sienne.

À une personne tourmentée, je dirais que ces sonates en trio ne consolent pas mais qu’elles réparent ; l’affect, l’esprit et même le corps.

 

12 mars 2016

Carnet / De la quête de joie

Ce qui me frappe lorsque j’écoute de la musique de Jean-Sébastien Bach, c’est que cet homme devait savoir au plus profond de son âme ce qu’est la joie.

carnet,note,journal,écriture de soi,prairie journal,autobiographie,jean-sébastien bach,portugal,lisbonne,christian cottet-emard,neige,campagne,crocus,jonquille,blog littéraire de christian cottet-emard,france,fernando pessoa,âme atlantique,vacances de noël,vacances de pâques,camille saint-saëns,trio wanderer,alexandre guilmant,orgue,olivier vernet,nikolaus bruhns,cantates allemandes,cantus cölln,konrad junghänel,orgue thomas de monaco,ligia,harmonia mundi,disques cd,musique,pâques,fête chrétienne,quête de joie

Pourquoi ai-je toujours le Portugal en tête ? Parce que j’aime ce pays qui, malgré ses problèmes et les grandes difficultés des gens, me semble à l’aise avec son identité et sa culture et qui n’est pas déchiré, en train de se fragmenter et de se couper de ses racines comme la France. Les Portugais n’ont pas besoin de grands mots vides et d’incessantes controverses sur des sujets d’un autre âge. Ils ne sont pas tirés vers le bas par la complaisance envers des croyances et des mœurs archaïques qui tentent de s’imposer chez nous par la pression sur les institutions ou par la violence. Leur mode de vie, leur sensibilité à la culture littéraire et ce que Pessoa appelle « l’âme Atlantique » contribuent à les définir et à les unifier. C’est en tous cas ainsi, en toute subjectivité, que je perçois ce peuple sans pour autant l’idéaliser et bien sûr sans prétendre le réduire à ma simple vision de touriste, ce qui serait heureusement impossible.

Les crocus et quelques jonquilles devant chez moi, enfouis sous vingt centimètres de neige depuis une semaine, réapparus tout frais comme si de rien n’était au petit soleil. Je devrais m’en inspirer sous le voile gris qui me masque si souvent la lumière depuis trois ans. Mais je ne suis pas une fleur.

La croissance des jours enfin perceptible, pour sortir un peu de la déprime de la neige et de l’obscurité. La nuit, j’entends le fracas sinistre des blocs de neige gelée qui s’écroulent des toitures quand le vent tourne au sud et que la campagne s’ébroue comme un ours au réveil.

Pas question de vacances d’hiver ou de printemps. Je persisterai à dire « les vacances de Pâques, « les vacances de Noël » , surtout dans le contexte actuel.

Mes récentes emplettes musicales :

Camille Saint-Saëns, trios piano, violon, violoncelle n°1 opus 18 et n°2 opus 92 par le trio Wanderer (Harmonia Mundi).

Alexandre Guilmant, sonates n°1 opus 42 et n°5 opus 80 par Olivier Vernet à l’orgue Thomas de la cathédrale de Monaco (Ligia).

Nikolaus Bruhns, Cantates allemandes par le Cantus Cölln et Konrad Junghänel (Harmonia Mundi), très bien pour commencer à s’immerger dans l’ambiance de Pâques, fête à laquelle je suis particulièrement sensible.

 

Photo : À Lisbonne (photo © CC-E)

30 décembre 2013

Carnet de l’entre deux fêtes

Entre deux « fêtes » , entre deux ans, entre deux saisons intérieures, période d’oscillation, de balancement. Comme d’habitude, je trouve du réconfort dans la musique, dans la Messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach, notamment dans le Duetto (soprano/altus) Et in unum Deum. Du feu serein.

feu,flamme,ténèbres,monde désenchanté,poésie,sentiment,journal,quotidien local,journal intime,note,carnet,jean-sébastien bach,messe en si mineur,sérénité,musique,réconfort,bougie,lyon,place bellecour,grande roue,roue,blog littéraire de christian cottet-emard,christian cottet-emard,fourmilière,travail,peine,espoir,oscillation,balancement,consolation,se protéger,engagement,dégagement,fuite,retrait,homme à la fenêtre

 Au feu le journal !
Je déplie des pages du quotidien local auquel ma mère persiste à s’abonner et dont je la débarrasse pour allumer le feu. Ouvrir ces journaux, c’est prendre en pleine figure les miasmes de la vie locale. Cela vous arrive dans les narines comme un relent de bistrot ou de vestiaire et le moral peut en prendre un coup. Cette actualité pue la petite vie rance et moisie. Vite, au feu !    
Au feu le monde désenchanté !
Rien de pire pour moi que de vivre dans un monde désenchanté, un monde où l’on ricane de la poésie et où l’on se défie des sentiments, un monde où l’on naît et où l’on est que pour le fonctionnement de la fourmilière.
Un monde non désenchanté n’est pas forcément un monde enchanté, un monde qui se nourrit de rêves mièvres et de poésie à deux sous, c’est un monde où l’on attend le lendemain, où l’on est impatient du lendemain, où l’on sait que le lendemain apportera son lot de joie, de curiosité, de découverte et d’échange, le contraire du monde que nous font aujourd’hui l’économie, l’industrie, la politique, le journal télévisé, le bourrage de crâne de la performance et de l’engagement, le spectacle hideux et affligeant du sport de compétition (y compris de la compétition avec soi-même), au feu ce monde-là !
Petite flamme dans les ténèbres
La seule bonne attitude quand on est déjà capable de se réconforter avec le Duetto Et in unum Deum de la Messe en si mineur de Bach : être en retrait, ne pas s’engager en pure perte où l’on est attendu au tournant, se protéger, contourner obstacles et vains conflits, bannir toute compétition, éviter toute personne qui met en situation de compétition, même amicale, toute personne qui évalue et attend d’autrui ce qu’il ne peut donner, être un homme à la fenêtre. Je ne suis pas riche mais j’ai quand même les moyens de ce luxe extraordinaire pour l’époque. Une flamme de bougie me réchauffe et m’éclaire dans les ténèbres du monde désenchanté et cette toute petite flamme rayonne plus que la grande roue de la place Bellecour.

Photo : Place Bellecour à Lyon, avant Noël.