Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 janvier 2022

Carnet / La nasse, le passe, la « merdre »

carnet,note,journal,blog littéraire de christian cottet-emard,politique,élection présidentielle 2022,opposition,contestation,protestation,pensée complexe,merdre,ubu roi,alfred jarry,théâtre,vote sanction,pass,christian cottet-emard,crise politique,société,démocratie en danger,nasse électorale,nasse,piège,cas de conscience,mains propres,mains sales,conscience,choix,responsabilité

Bien sûr, la grossièreté que vous venez de sortir à la surprise générale indique que vous avez probablement pété un câble. Avec un brin de pensée complexe, vous pouvez toujours vous rattraper en laissant croire à ceux qui se veulent malins, ceux à qui on ne la fait pas, que vous l’avez fait exprès, que c’était tout à fait calculé.
 
Puisque l’exemple vient d’en haut, je peux aussi me permettre des gros mots. J’affirme donc  qu’en tant qu’électeur, je suis dans la merdre (je préfère employer cette ubuesque épenthèse pour ne pas réveiller les robots modérateurs de Facebook qui pourraient m’emmerdrer).
 
Je disais donc que me voilà bien emmerdré ainsi que le souhaite notre Ubu roitelet. Moi et bien d’autres, nous tournions certes en rond depuis longtemps dans la nasse électorale astucieusement disposée par le président Mitterrand qui nous fit ainsi enchaîner de son vivant et bien après sa mort les votes cordons sanitaires appelés aussi fronts républicains ou votes castors pour faire barrage. Hélas, ce qui est normal et sain pour ces rongeurs ne l’est point pour les électeurs qui ne sont pas des castors.
 
Aujourd’hui, la nasse s’est tellement rétrécie à l’approche de l’élection présidentielle qu’elle en est devenue, disons-le tout net, un vrai piège de merdre parce que pour moi qui désire comme d’autres sortir le roitelet ou tout au moins lui infliger un camouflet s’il vient à se maintenir (ce qui est hélas probable) il n’y a guère d’options au second tour.
 
Première option : je m’abstiens et je contemple du haut de ma noble retraite mes mains aussi propres que ma conscience mais après, je ne viens pas pleurer. Deuxième option : je vote pour l’adversaire du roitelet, quel qu’il soit, même si je ne l’aurais pas fait en temps normal ; mais nous ne sommes pas en temps normal. Nous sommes dans le temps du passe vaccinal, autant dire dans la merdre pour les gens comme moi.
 
Le type de société dans laquelle nous venons de basculer est celle du « pass » pour tout si l’on veut passer partout. D’autres plus compétents que moi l’annoncent déjà dans leurs analyses, notamment en ce qui concerne par exemple un éventuel pass écologique qui comptabilisera le crédit de déplacements en voiture dont on nous permettra ou non de disposer. Et je vois bien arriver un pass-santé qui gèrera le crédit de soins médicaux auxquels nous aurons droit (ou non) à l’aune de notre mode de vie ou d’alimentation et bien sûr en fonction de notre discipline vaccinale ainsi qu’après examen de notre bonne volonté dûment prouvée pour la pratique régulière d’un sport, tout cela évidemment pour notre bien.
 
Moi, j’appelle cela le « passisme » , ce variant du fascisme mou qui finira par devenir dur. Le temps que nous mettrons à prendre pleinement conscience de ce danger allongera celui que nous mettrons à le stopper. Là, juste devant, voici l'élection présidentielle. Qu'est-ce qu'on fait quand on veut virer le roitelet même si son adversaire ne nous plaît pas plus que cela ? Question de merdre, je vous l'accorde.
 

Commentaires

Quel dilemmme....!!
Un choix cornélien, semble-t-il, qui ne sera aucunement satisfaisant selon votre analyse.
Mais vous l'avez écrit,
nous ne sommes pas dans une situation « normale», et aucun endroit ne sera plus un refuge, une bulle protectrice, un sanctuaire nous mettant à l'abri des vicissitudes de ce qui nous entoure.
Bien malin celui qui aura la bonne réponse, en tous les cas nous avons encore le choix, de participer ou pas, et en politique fini le temps ou l'unanimité faisait corps et consensus.
Personnellement, je crains plus l'après élection....

Écrit par : un lecteur intéressé | 24 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

J'ai la même crainte que vous...

Écrit par : christian cottet-emard | 24 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire