Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 décembre 2015

Carnet / Du deuxième dimanche de l’Avent

Je ne suis pas toujours tendre avec Oyonnax, la bourgade où j’ai vécu jusqu’en 2009 et qui est la ville la plus proche de mon village pour trouver des croissants très tôt le matin. À cette heure encore nocturne, il y a quelque chose de Fellinien à conduire la voiture à travers les illuminations des rues désertes du centre ville.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,avent,deuxième dimanche de l'avent,noël,fête chrétienne,tradition,blog littéraire de christian cottet-emard,crèche,jean-jacques dalmais,sylvia plath,la traversée,ted hughes,birthday letters,poésie gallimard,poésie,littérature,christian cottet-emard,église saint léger d'oyonnax,saint léger,oyonnax,ain,rhône-alpes,france,europe,haut-bugey

La crèche devant l’église Saint-Léger est une vraie réussite et je suis soulagé d’être encore capable d’en concevoir une émotion.

Je passais d’un recueil à l’autre, dimanche 6 décembre, en une lecture croisée de La Traversée de Sylvia Plath et de Birthday Letters de Ted Hughes, unis dans la vie puis réunis dans la collection Poésie / Gallimard, ce qui n’est pas banal pour deux poètes.

Sylvia Plath :

Maintenant, dans des vallées aussi étroites

Et sombres que des poches, les lumières des maisons

Luisent comme de la petite monnaie.

Ted Hughes :

... Tu étais un appareil photo

Captant les reflets que tu ne pouvais pénétrer.

Depuis deux ans, la poésie et la nature me parlaient peu ou de très loin. Légère amélioration. Durable, j’espère... Un Noël au balcon me serait un bon allié. Un hiver sans neige ? Ne rêvons pas. Essayons au moins de vivre le redoux au jour le jour comme s’il devait durer jusqu’aux premiers crocus.

Photo : la crèche réalisée par Jean-Jacques Dalmais à Oyonnax (Photo Marie)

11 septembre 2014

Dalmais (Sculpture) - Maréchal (Peinture)

EXPOSITION
du 13 septembre au 19 octobre 2014

CHAPELLE DE L'HÔTEL DE VILLE, VESOUL

Deux artistes autour du thème

"Matière noire et énergie sombre"
Installation

jacki maréchal,peinture,jean-jacques dalmais,sculpture,arts plastiques,matière noire,énergie sombre,exposition,installation,artistes,peintre,plasticien,sculpteur,vesoul,chapelle de l'hôtel de ville,blog littéraire de christian cottet-emard,annonce

 Jean-Jacques Dalmais (Sculpture) - Jacki Maréchal (Peinture) 

Chapelle de l'hôtel de Ville 58, rue Paul Morel

VESOUL

Ouvert de 14h à 18h tous les jours sauf mardi et jours fériés

 Vernissage de l'exposition

Samedi 13 septembre à 18h30

 

 

21 octobre 2013

Jean-Jacques Dalmais expose au centre culturel Aragon d'Oyonnax

Réflexions faites, ainsi s'intitule l'exposition qui réunira du 22 octobre au 23 novembre des œuvres de l'artiste plasticien Jean-Jacques Dalmais, salle Gustave Miklos, au troisième étage du centre culturel Louis Aragon d'Oyonnax. Lors du vernissage mercredi à partir de 18h, le film de Bastien Ferré, Un monde sous la main, concernant l'artiste, sera projeté en avant-première. L'exposition sera ouverte le dimanche 3 novembre. Pendant les vacances, elle est fermée le mercredi matin.

Je saisis cette occasion pour remettre en ligne le texte que j'avais écrit à propos d'une sculpture de Jean-Jacques Dalmais, sa très belle Vénus archaïque, texte qu'on trouve aussi sur son site personnel :

1261534102.jpg

Premier parti, dernier revenu, le frêne garde toujours un oeil sur sa fleur, même lorsqu'il court sous la neige.

Jean-Jacques Dalmais logea au coeur de ses fibres la Vénus errante qu'il élut archaïque.

Pour toute parure, flammes, pigments, cire et lumière rendirent au bois les teintes de la fleur.

De ces retrouvailles, naquirent l'icone et l'icône puis, dans la foulée, leurs espiègles portées de joueurs, les totems qui habitent le chêne et, parfois, celui des anciennes poutres de l'atelier.

Leur lisière est un visage en attente de notre oubli car l'oeil dont le sculpteur peut soulever la paupière d'aubier ne cille qu'en lui même.

Son bref destin d'astre sylvestre s'accomplira dans le sommeil des images qui réveillent la vision, celle qui bondit toujours dans l'amicale multitude d'immémoriales futaies.

© Éditions Orage-Lagune-Express et Christian Cottet-Emard

Sculpture : Vénus archaïque (200 cm).
http://www.dalmais.net/