Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 février 2022

Carnet / L’amitié au risque du virus ?

carnet,note,journal,politique,opposition,contestation,chronique,société,analyse,crise sanitaire,virus,pandémie,opinion,humeur,amitié,liberté,foule,arène,gladiateurs,combat,christian cottet-emard,giorgio de chirico,peinture,peur,art,blog littéraire de christian cottet-emard,pouvoir,mauvais leader,division,discrimination,relégation,ennemi,césar,tyran,roitelet,#nopass,#antipass,manifestation,oyonnax,haut bugey,ain,france,europe

Giorgio de Chirico. École de gladiateurs. 1953. Huile sur toile 100 x 80 cm. Collection particulière, Rome.

 
Il m’arrive souvent de penser que le virus met les plus belles amitiés à rude épreuve mais au moment de noter ce constat dans un carnet, je réalise que je me trompe de coupable. Le virus n'y est pour rien.
 
Pour suivre le fil de cette idée, il faut prendre un peu de hauteur. Je rappelle au passage que mon humble réflexion, comme d’habitude, ne s’inscrit pas dans un débat d’ordre sanitaire dans lequel je n’ai aucune compétence mais dans une perspective exclusivement politique dans laquelle j’ai les compétences de tout citoyen ordinaire. C’est donc le vecteur du passe vaccinal, mesure dont presque plus personne ne conteste aujourd’hui le caractère essentiellement politique, que prendra mon argumentation.
 
Désormais, la ligne de front (parce que c’est bien d’un front qu’il s’agit) sépare ceux qui approuvent le passe vaccinal et ceux qui s’y opposent. Que cette mesure soit un jour levée ou pas, le fossé est creusé, le malaise durable et, pour rester sur le fil de mon sujet, les amitiés chancelantes.
 
Une des émotions les plus compréhensibles des partisans du passe vaccinal est la peur du virus. De ce fait, comment peuvent-ils éviter de considérer comme une menace leurs amis opposés au passe ? Du côté opposé de la ligne de front, chez les opposants au passe, la peur de la perte de liberté aboutissant à la relégation comme citoyen de seconde zone peut aussi se comprendre. Comment ceux-là peuvent-ils éviter de considérer comme une menace leurs amis favorables au passe ? Comment une amitié peut-elle tenir si chacun devient une menace réelle ou supposée pour l’autre ? Éviter le sujet qui fâche ? Comment l’amitié peut-elle se priver du débat, de l’échange d’opinions, sans devenir une coquille vide ? Chers amis « pro ou antipass » , vaccinés ou non, il faut et il faudra du sang-froid pour ne pas se fracasser sur les récifs.
 
Ce pouvoir paniqué et dévoyé nous a placés dans la situation des gladiateurs dans l’arène, il veut faire de nous des ennemis sans visages contraints de s’affronter alors que nous n’y gagnons rien. Aux premières loges de l’arène, les yeux de César ne sont pas fixés comme on pourrait le croire sur les gladiateurs qui s’épuisent au vain combat mais sur la foule qu’il veut passive, distraite et avide de privilèges aussi comptés qu’illusoires.
 
Il n’existe plus aucun César depuis longtemps mais les arènes sont toujours là avec leurs roitelets et tyranneaux qui portent le même regard sur la foule animée des mêmes passions et avide des mêmes promesses, quel qu’en soit le prix.
 
Pour rester dans le sujet :
 
 
 
 

Commentaires

Est-il vraiment nécessaire de trouver des raisons, des coupables ou des responsables pour expliquer une situation qui a probablement dépassé bon nombre d'êtres humains sur cette planète.....??
Je me pose humblement la question !

Il est certain qu'il y a eu dans des couples, dans les cercles familiaux, des cercles d'amitiés ou même dans le milieu du travail, des avis très probablement divergeants......
Cela entrainant des désaccords, des tensions, des incompréhensions voire des fâcheries à plus ou moins long terme et peut-être définitives !??

Chacun pouvant reconnaître qu'à ses yeux, les décisions prises étaient évidentes et nécessaires, entre ses croyances, les influences diverses et variées, les injonctions gouvernementales et les obligations plus ou moins volontaires !!
Difficile d'imaginer un seul instant qu'un quelconque dialogue puisse être envisageable devant des avis si différents et souvent si clivants, quand un si grand nombre de personnes sont prêtes à se « sauter » à la gorge, pas vraiment enclin à un échange serein.

Votre sujet étant axé sur l'amitié, pas beaucoup de choix possible....
Soit on reste dans l'aigreur, la rancune et on considère que plus rien ne sera comme avant, et qu'on tiendra à distance ceux et celles qui ont eu un avis différent du nôtre, et peu importe que cette amitié soit un témoin des années passées...
Soit on se dit que cette épreuve douloureuse et difficile, même si elle a déclenché une sorte de distance aussi bien affectueuse, intellectuelle et autres, ne doit en aucune façon brisée les fondations sont solides

Écrit par : un lecteur intéressé | 11 février 2022

Répondre à ce commentaire

(Suite)
Si les fondations sont solides .
Avec le bruit des bottes qui se fait entendre à l'est de l'Europe, avec des atteintes permanentes sur la Laïcité, notre démocratie....
Et sans oublier ses attaques en réitérées sur ce que nous sommes en tant que citoyen Français et l'Europe occidentale.....
Sur quels supports pouvons-nous nous raccrochés si ce n'est la Famille et les Amis !!??

Écrit par : un lecteur intéressé | 11 février 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire