Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mars 2022

Carnet / Ni oubli, ni pardon.

carnet, note, journal, chronique, humeur, actualité, politique, christian cottet-emard, france, europe, blog littéraire de christian cottet-emard, moraline, morale, pensée unique, réseau social, pandémie, guerre,campagne électorale,présidentielle 2022,vote castor,front républicain,vote barrage

C’était prévisible. La gestion de la deuxième phase de la crise sanitaire (l’instauration des obligations vaccinales déguisées) a aggravé la défiance et la colère envers le personnel politique. 

Le piège du front républicain appelé aussi vote castor, cette nasse électorale savamment tressée par Mitterrand dans laquelle beaucoup se sont sentis enfermés, s’est encore resserré sous le mandat de Macron. Ce président sait bien qu’il ne suffit plus d’appeler à faire barrage à une extrême-droite diabolisée donc fantasmée qu’il est difficile d’accuser d’être liberticide alors que c’est son gouvernement soi-disant modéré et centriste qui a porté atteinte comme jamais aux libertés individuelles les plus élémentaires. Macron doit donc essayer de créer un nouveau front républicain pour acculer les électeurs mécontents tentés de lui infliger des représailles à voter quand même pour lui. Il s’agit cette fois pour Macron d’ajouter un deuxième barrage à celui construit par Mitterrand, non plus en se contentant d’agiter l’épouvantail commode de l’extrême-droite habillé de son uniforme habituel mais en lui substituant les oripeaux du populisme, du complotisme, de l’obscurantisme, de l’ignorance, de la réaction, du conservatisme stérile et du refus de la modernité qu’il prête à cette frange de la France profonde qu’il méconnaît et méprise au point de renoncer à s’adresser directement à elle pendant que les autres candidats se fatiguent à mener campagne. 

Les électeurs qui ont compris cette stratégie sont évidemment nombreux et une grande part d’entre eux sont si dégoûtés qu’ils se dirigent vers l’abstention. À mon petit niveau, je le constate tous les jours dans mon entourage, sur les réseaux sociaux, auprès de mes amis et connaissances. Moi-même abstentionniste pendant longtemps, je me garderais bien de leur faire la morale. Je comprends et je respecte leur lassitude. 

En certaines périodes moins troublées et moins dangereuses, lors de contextes plus apaisés, l’abstention était une forme de contestation qui pouvait troubler le personnel politique de l’ancienne école mais désormais, ainsi que la crise sanitaire l’a puissamment révélé, nous avons changé de monde. Profitant des rouages certes brinquebalants et grippés du vieux moteur démocratique qui tourne encore cahin-caha avec de plus en plus de ratés, aucun président n’aura désormais de complexes à se faire élire au minimum de suffrages pourvu que cela suffise, ainsi qu’il en fut lors de l’élection de Macron. Nous touchons là aux limites de l’abstention comme forme d’expression d’opposition. Cela signifie que tous les électeurs emmerdés (victimes du chantage vaccinal, professionnels suspendus, citoyens de seconde zone, soignants malmenés encore sous passe et muselière, personnes âgées et jeunes frappés de plein fouet par l’isolement et les interdictions) qui n’iront pas voter parce qu’ils ne veulent pas se compromettre avec des candidats de l’opposition qui leur déplaisent ouvriront un boulevard à Macron 2. Ce n’est ni un reproche ni une leçon à leur adresse, juste un fait.

Dès que Macron reviendra (en même temps que le virus qui a eu la bonne idée de poser ses congés annuels à la veille des élections), il rétablira le passe vaccinal et la muselière (peut-être même en été ou en automne) et bien sûr au moindre prétexte, sans oublier de travailler à la vaccination obligatoire. Pour nous les emmerdés (à qui ce billet est spécialement adressé) vu ce qu’il nous a fait, la priorité n’est pas de savoir si un ou une autre que Macron sera meilleur mais de se débarrasser de lui par le vote. Après, chacun pourra retourner à ses querelles et à ses familles politiques respectives. 

Oui, je sais, cela ressemble à des représailles mais quand on prend des coups, il faut les rendre si on en a la possibilité et l’occasion, sinon on n’est rien, on ne compte pas. Se dire que finalement, tout se termine bien ou mieux que prévu et qu’il n’y a plus lieu d’opposer un vote sanction serait une lourde erreur. Pour se garder de cette tentation, chers amis emmerdés de tous bords, pensons à l’état dans lequel nous étions, aux sentiments d’humiliation, d’impuissance, de colère et de révolte qui nous submergeaient à chaque nouvelle mesure scélérate annoncée sans que les pseudo-contrepouvoirs bougent un cil. Ni oubli, ni pardon.

 

05 mars 2022

Carnet / Avez-vous votre « Passe bonne morale » ?

carnet,note,journal,chronique,humeur,actualité,politique,christian cottet-emard,france,europe,blog littéraire de christian cottet-emard,moraline,morale,pensée unique,réseau social,pandémie,guerre,élisabeth lévy,Valery Gergiev, Anna Netrebko,wagner,strauss,prokofiev,chostakovitch,Dostoïevski,céline,vodka,blinis,radiofrance.fr,réfugiés,victime de guerre,occident

Je n'ai évidemment rien contre les initiatives humanitaires en faveur des victimes de guerre et des réfugiés.
 
Ceci dit, je ne vois de la part du gouvernement actuel dans l'affaire de l'Ukraine que posture de diversion pour éviter d'avoir à rendre compte de son bilan et pour escamoter la campagne électorale, posture alarmiste pour créer la stupeur dans l'opinion et continuer de gouverner par la peur de la guerre après la peur du virus et enfin posture belliciste irresponsable (notamment avec les déclarations hallucinantes et scandaleuses de Bruno Le Maire qui a dit vouloir « livrer une guerre économique et financière totale à la Russie » , même s'il a fini par revenir sur ses propos déments mais qui montrent bien que ce gouvernement est en train de péter un câble).
 
Tous ceux qui ont écouté ou lu l’intégralité du délire guerrier de Bruno Le Maire dans sa première version ont pu constater que le ministre de l’économie s’est vautré avec une visible complaisance sur les conséquences pour le peuple, les petites gens, des gens comme vous et moi, d’un effondrement de l’économie qu’il appelle de ses vœux à l’encontre d’une nation avec laquelle nous ne sommes pas en guerre. Il en a décrit avec la précision de quelqu’un qui sait de quoi il parle, qui en a la compétence, les effets dévastateurs. C’est tellement irresponsable que le Sénat a été obligé de lui secouer les puces. Cet épisode n’est qu’un parmi tant d’autres des couacs et de l’absence de maîtrise de la parole gouvernementale qui doit être mesurée en toutes circonstances, en particulier dans les manœuvres diplomatiques de rigueur lors de crises internationales aussi sérieuses.
 
Dans le même temps, les habituels indignés sélectifs du camp du bien se collent des petits drapeaux sur les pommettes et sur leurs photos de profil Facebook. Ils feraient bien de s'informer plus en détail et en croisant les sources avant de relayer avec naïveté ou cynisme la propagande officielle (je parle de la propagande du gouvernement Macron qui est aussi celle des pouvoirs issus du même moule européen, celui de ces gouvernements post-démocratiques révélés par la crise Covid, tous donneurs de leçons et qui se croient fondés à imposer leur pensée unique sans craindre le ridicule d’initiatives discriminatoires décrétées dans l’arbitraire le plus total contre des personnes qui font leur métier. J’en veux pour preuve les ennuis qu’on fait à des artistes tels que Valery Gergiev, Anna Netrebko et d’autres dont la liste s’allonge de jour en jour en une pure et simple chasse aux sorcières.
 
Une de mes connaissances qui m’accuse fort imprudemment sur Facebook, donc en public, de « soutenir Poutine » ce qu’aucune de mes publications ne suggère, n’hésite pas à affirmer : « Je ne vois pas en quoi il serait néfaste de demander fermement à certains artistes pro Poutine de prendre leurs distances avec un dictateur. » (On appréciera au passage le « demander fermement »). C’est donc cela la liberté de penser et la liberté d’expression à la nouvelle sauce européenne ? On ordonne (pardon, on demande fermement (!) à des artistes et des sportifs russes et biélorusses de décliner leurs idées et leurs opinions politiques sans même leur laisser le choix d’être silencieux puisqu’il leur est explicitement commandé de se positionner sur la guerre en Ukraine sous peine de perdre leurs engagements. C’est du chantage et rien d’autre. À quand les concerts et spectacles édifiants comme au bon vieux temps ? Comment peut-on admettre ces pressions dignes des anciennes chaisières des ligues de vertu ? Nous voilà donc revenus au temps de la stigmatisation de Wagner, de Richard Strauss, de Prokofiev, de Chostakovitch, de Céline, de Dostoïevski ? Qu’est-ce que ce sera la prochaine fois ? Le boycott de la vodka et des blinis ?
 
La même personne que j’évoquais précédemment revient à la charge après notre engueulade au cours de laquelle je lui expliquais qu’il n’était pas conseillé de m’accuser devant témoins de soutenir qui que ce soit si je ne l’avais pas exprimé moi-même. J’ai donc droit à l’interrogatoire :
« Donc, tu ne soutiens pas Poutine ? » Me voici donc sommé, moi, minuscule blogueur, de présenter moi aussi mon « passe anti-Poutine » pour accéder au camp du bien !
 
Ainsi que l’a très bien dit Elisabeth Lévy à la télévision, on ne peut plus évoquer le sujet de cette guerre, exposer une analyse ou une opinion sans préalablement l’assortir de la mention politiquement correcte je ne soutiens pas Poutine. J’ai encore un peu le droit de dire ce que je pense mais attention : sans oublier la mention légale comme sur les bouteilles d’alcool et les paquets de cigarettes ! Ces mises en demeure visent à empêcher toute contradiction, toute remise en cause de cette déferlante de pensée unique et de moraline sur nos consciences d’européens surveillées par Bruxelles. Si je « soutenais Poutine » (ça lui ferait une belle jambe !), je le dirais haut et fort et seulement si je décidais d’en faire état en public. Ce consentement généralisé à l’assignation de montrer patte blanche en permanence, très peu pour moi. La période Covid a semé de bien mauvaises habitudes dans les esprits ; à ceux qui n’ont pas perdu le leur de veiller à ce que cela ne devienne pas des réflexes.
 
Au moment où je finis de mettre à peu près en ordre ces notes que j’ai précédemment publiées sur le réseau social, j’apprends sur radiofrance.fr que la Fédération des concours de musique alerte contre l’exclusion des jeunes candidats russes !
 
Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne plus rond en Occident. La musique n’a pas de frontières, Que les fanatiques de la pensée unique qui fait rage en ce moment en Europe se le disent !
 

#musique #music

14 février 2022

Carnet / Cela ne m’amusait pas vraiment...

carnet,note,journal,politique,opposition,contestation,chronique,société,analyse,crise sanitaire,virus,pandémie,opinion,humeur,amitié,liberté,foule,arène,gladiateurs,combat,christian cottet-emard,giorgio de chirico,peinture,peur,art,blog littéraire de christian cottet-emard,pouvoir,mauvais leader,division,discrimination,relégation,ennemi,césar,tyran,roitelet,#nopass,#antipass,manifestation,oyonnax,haut bugey,ain,france,europe,no pass,pass de la honte,macron dehors

... mais j’ai participé samedi, comme il y a deux semaines, à la manifestation contre le passe vaccinal à Oyonnax, oh, surtout pour dire de ne pas être resté les bras croisés à critiquer.
 
Deux cents personnes au premier cortège, ce qui n’est pas si mal pour une bourgade comme Oyonnax, irrémédiablement comateuse sur les plans politiques et culturels, et ce samedi, une centaine au second rendez-vous, sans doute en raison du début des vacances mais aussi parce que des gens ont préféré se joindre aux convois de la liberté.
 
On peut penser aussi que la très incertaine perspective d’une prochaine suspension du passe de la honte (mais seule vaut sa suppression définitive) a pu contribuer à affaiblir la motivation des opposants les plus tièdes. Même si c’était le cas, baisser la garde serait une lourde erreur car la parole de ce gouvernement n’a pas plus de valeur réelle que l’argent qu’elle fait sortir du chapeau du diable, la planche à billets. Ils sont drogués aux « pass » , le pluriel est de rigueur parce qu’on a compris que ce qu’ils veulent n’est rien d’autre que la société de tous les « pass » possibles et imaginables pour tous, pour tout et partout.   
 
Sur le terrain des cortèges et des rassemblements, même au fond des provinces comme les nôtres, les prises de parole donnent un bol d’air, celles du Comité des professionnels suspendus, celles des parents scandalisés par le sort fait aux enfants et aux jeunes (les grands oubliés de la folie furieuse gouvernementale), celles des citoyens pas forcément engagés sous une quelconque bannière mais qui constatent tout simplement que plus rien n’est désormais normal et décent dans ce pays comme ailleurs en Europe et celles d’un jeune de quinze ans, déjà bon orateur, qui a résumé en peu de temps ce que tant de journalistes et de commentateurs appointés ne sont plus capables de dire dans notre presse et dans nos médias subventionnés.
 
Bien évidemment dans cette petite manif, tout s’est passé dans le calme car personne n’a envie de tomber dans le piège du désordre. Au centre d’Oyonnax, un œuf lancé sur le cortège depuis un balcon a atteint son but, je me plais tout de même à le préciser, non pas parce que c’est dramatique mais parce que cela montre ce que certains ont dans la tête : un certain désordre.
 
Et puisqu’on parle tant de désordre à propos de l’opposition au passe de la honte, répétons la question autant qu’il le faudra : qui a mis le pays en morceaux depuis cinq ans et plus encore depuis l’obligation vaccinale déguisée ? Qui a créé le désordre ? Réponse : celui qui reviendra pour cinq autres années grâce à l’abstention et à la vieille gauche dont les rescapés, par les sortilèges de l’âge, de l’embourgeoisement et de la trouille, sont devenus les fachos d’aujourd’hui.
 
Mieux vaut s’en souvenir dès le premier tour de l’élection présidentielle : n’importe qui contre Ubu roitelet et sa jumelle au rictus qu’aucun photoshop n’arrivera à transformer en sourire. Ce serait dangereux pour les libertés? Ah oui ? Lesquelles ? Il y a certes toujours moyen d’en enlever encore mais celles qui sont déjà passées à la trappe soi-disant provisoirement, c’est déjà bien essayé, non ? Et pas par des khmers rouges ou des chemises noires.
 
Toutes les manifestations sont pleines de gens sympathiques ainsi que je l’ai vu aussi à celles de l’été dernier à Bourg-en-Bresse mais je sais que beaucoup de ces opposants au passe de la honte ne voteront pas dans deux mois parce qu’ils estiment déjà qu’il n’auront pas d’autre choix. S’ils n’y vont pas, on en reprendra pour cinq ans avec un risque accru d’obligation vaccinale. Alors les manifs, c’est bien gentil et bien pratique pour se sentir tout propre sur soi mais inutile si l’on ne finit pas le travail au bon moment, quitte pour certains à voter en se bouchant le nez comme on l’a d’ailleurs fait si souvent depuis si longtemps sans s’être pour autant transformé en extrémiste. D’ailleurs, les extrémistes, ce sont eux qui sont actuellement au pouvoir.