Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mars 2016

Carnet / De l’individu et de la collectivité

carnet,note,journal,autobiographie,prairie journal,écriture de soi,blog littéraire de christian cottet-emard,henry james,carnets d'henry james,folio classique,loi travail,el khomri,macron,mobilité géographique professionnelle,famille,précarité,travail,isolement,hospitalisation,mai 68,verdun,anatole france,société,individu,collectivité

Un décalage de plus avec mon époque : je suis friand de littérature autobiographique. La vie et les états d’âme d’une personne m’intéressent beaucoup plus que son travail et son éventuel engagement dans la société. Même si l’autobiographie comporte de la complaisance, des accommodements avec la réalité, j’estime que la manière dont quelqu’un raconte sa vie renseigne sur sa personnalité unique et son regard particulier sur le monde. Comment cette personne considère-t-elle son environnement ? Quelle attitude adopte-t-elle dans la vie ? Comment s’organise-t-elle dans le chaos de l’existence, comment arrive-t-elle à trouver de l’agrément, de l’intérêt à la vie ? Comment se débrouille-t-elle dans l’organisation de la vie matérielle ? Quelles relations parvient-elle à nouer ? Quels sont ses rêves, ses espoirs, ses renoncements ? Comment tout cela peut-il être comparé à ma propre vie et quel enseignement puis-je en tirer ? Comment quelqu’un devient-il lui-même ?

Cette dernière question revêt pour moi une importance cruciale car c’est à mon avis le sens premier de notre passage terrestre s’il y en a un, non pas ce que nous pouvons faire mais ce que nous pouvons être : probablement des ombres furtives mais certaines d’entre elles pouvant être plus contrastées que d’autres.

Animé par ces préoccupations récurrentes, je me suis procuré les Carnets d’Henry James dont Folio classique vient de sortir une édition. J’ai choisi de commencer ma lecture de ce fort volume par les carnets II et VII qui relèvent plus de l’autobiographie que les autres dans lesquels Henry James ouvre plutôt une fenêtre sur son « atelier d’écrivain » .

Ravage de la mobilité géographique professionnelle contrainte : de plus en plus d’individus et de couples se retrouvent isolés dans la région où ils ont trouvé un emploi le plus souvent précaire, ce qui les obligera à bouger de nouveau sans avoir eu le temps de créer des liens amicaux durables. Résultat : des personnes en difficulté au moindre mauvais coup du sort, notamment un ennui de santé. Pas de famille proche pour apporter de l’aide, une aide souvent élémentaire qui consiste simplement à apporter soutien moral, matériel et réconfort à l’occasion d’une hospitalisation. Si la famille est à des centaines de kilomètres, détruite ou inexistante, c’est l’angoisse de la solitude malgré le travail des assistants sociaux.

Cette réflexion me vient après un rapide échange ces derniers jours avec une personne dans ce cas. Je suis particulièrement sensible à cette problématique de la mobilité géographique professionnelle non choisie et de l’absence de famille parce que j’ai moi-même la double chance de choisir de rester chez moi et d’avoir une famille unie et aidante. La famille, lorsqu’elle fonctionne normalement, est le dernier rempart, l’ultime refuge lorsque la société devient hostile. Je peux même personnellement témoigner que la famille peut être un vrai contre-pouvoir même si les soixante-huitards la considéraient comme le lieu central de l’oppression et de l’ordre établi.

Or, on constate aujourd’hui que cette détestation de la famille caractéristique de la pensée contestataire de 1968 trouve un prolongement et un écho inattendus dans l’esprit des forces les plus réactionnaires de la société, notamment le patronat qui a tout intérêt à disposer d’un réservoir de plus en plus grand d’individus isolés et coupés de leur racines, bien plus vulnérables et corvéables que des personnes bien ancrées dans un environnement social et humain solidaire et structuré.

Finalement, le célèbre « famille je vous hais » des révolutionnaires d’antan peut aujourd’hui être repris en choeur avec profit par les représentants les plus conservateurs du nouvel ordre établi qui avance, comble de l’ironie, sous les masques de la modernité et de la réforme (suivez mon regard du côté d’El Khomri, Macron et consorts).

Jusqu’à une époque encore toute récente, la famille était le ciment de la société alors qu’aujourd’hui, la société semble de plus en plus trouver son intérêt à la détruire. Cette aberration nous prouve qu’en certaines circonstances, non contente de ne plus protéger ses membres, la société peut tout à fait les mettre en danger.

L’illustration la plus radicale d’un tel phénomène a été fournie par la première guerre mondiale durant laquelle le premier ennemi des soldats n’était pas les soldats du camp adverse mais leur propre pays, ainsi qu’on a pu le constater lors des épisodes les plus absurdes et terrifiants de ce conflit qui a fait dire au brave Anatole France : « on croit mourir pour la patrie et on meurt pour les industriels » . En ces temps où l’on commémore Verdun, gardons bien à l’esprit cette clairvoyance.

 

 

25 novembre 2015

Carnet / Sans commentaire

carnet,note,journal,blog littéraire de christian cottet-emard,actualité,presse,édition,mode de vie,autobiographie,prairie journal,écriture de soi,solitude,isolement,sécurité,insécurité,indépendance,individu,individualité,esprit critique,sans commentairePas envie de commenter l’actualité, de rajouter mon insignifiant grain de sel à tout ce que j’ai lu et entendu dans les médias et sur les réseaux sociaux à propos du malheur du 13 novembre.

J’avais commencé à me laisser embarquer dans une discussion à propos de sécurité (un sujet sur lequel je suis chatouilleux) sur Facebook avec un de ces types comme j’en connais des dizaines, typiques de ces deux générations qui, dans leur pensée et dans leurs analyses, ont bloqué leur compteur à la guerre d’Algérie pour les plus vieux et aux années soixante-dix pour les plus jeunes. Cela s’est terminé par un blocage mutuel et c’est très bien ainsi.

Je me pose quand même la question de savoir pourquoi je retrouve fréquemment ce profil socio-politique dans nombre de mes contacts, connaissances et relations personnelles alors que j’ai déjà bien fait le ménage. Sans doute un vieux malentendu qui durait depuis le début de mon adolescence, un malentendu probablement entretenu par mes activités littéraires et mon mode de vie considéré comme folklorique ou marginal.

Les rares personnes qui me connaissent encore bien savent et ont toujours su que je ne suis pas recyclable en politique parce que sur bien des points je suis un homme de gauche mais qu’en matière de sécurité, je suis un homme de droite, ce qui se solde inévitablement par un isolement définitif.

J’ai souvent cru que je payais cher cette attitude à laquelle je n’ai jamais dérogé. Cher ? Pas tant que cela en vérité. Qu’ai-je perdu ? Des occasions professionnelles de rebondir après ma sortie de la presse ? Ennuyeux financièrement mais négligeable sur le plan de l’épanouissement personnel. Quelques opportunités de publier dans des maisons d’édition dont j’apprécie le catalogue ? Compte tenu des récentes évolutions techniques dans ce domaine, j’aurais des résultats au moins égaux ou supérieurs si je prenais pour de bon la décision de m’autoéditer.

Les post-soixante-huitards, les quinquas-anciens-punks, les ravis du New Age, les bobos trentenaires et quadragénaires bien pensants, je ne pense pas comme eux, ne rêve pas comme eux, n’espère pas comme eux, ne vis pas comme eux.

C’est aussi pour cela que je n’ai pas envie de commenter ce qui vient d’arriver et qui était annoncé depuis les années quatre-vingt-dix puis « officiellement » confirmé le 11 septembre 2001.

14 janvier 2015

Carnet / J'apprécie le romantisme d'une femme ou d'un homme mais pas celui d'une foule.